Se fédérer, marche du 17 octobre, Perpignan.. Néolibéralisme vs commun

Voilà! Se fédérer se lance dans un partage d'agenda. Nous allons ouvrir une rubrique sur le site mais aussi envoyer régulièrement un message comme celui-ci: un"agenda fédéré". En espérant qu'il soit utile à toutes les formes de résistance, de luttes et d'émancipation. N'hésitez pas, bien sûr, à envoyer tout ce qui vous semble utile. Synthèse puis détails ci-dessous, amitiés fédérées.

Bonjour, bonsoir à toutes et tous,

Voilà! Se fédérer se lance dans un partage d'agenda. Nous allons ouvrir une rubrique sur le site mais aussi envoyer régulièrement un message comme celui-ci: un"agenda fédéré". En espérant qu'il soit utile à toutes les formes de résistance, de luttes et d'émancipation. N'hésitez pas, bien sûr, à envoyer tout ce qui vous semble utile.

Synthèse puis détails ci-dessous,

amitiés fédérées.

 

• Suite de débats "Du néolibéralisme au commun", Perpignan, 25-26 septembre (LDH 66)

• Rassemblement anti-Linky, Paris, République, 14h (coordination anti-Linky Ile-de-France SCALP-IdF)

• Marche des sans-papiers, plusieurs villes, 17 octobre (Marche des solidarités)

 

Suite de débats "Du néolibéralisme au commun",

Perpignan, 25-26 septembre

La Ligue des Droits de l’Homme 66 propose, à Perpignan

les 25 et 26 septembre 2020, un échange autour du thème :

« Du néolibéralisme au Commun », en présence de Pierre DARDOT

« Des paillotes du Bourdigou aux cabanes des Gilets jaunes »

                                    Vendredi 25 septembre à 15 h

  • Présentation générale des deux journées par Françoise Attiba
  • Table ronde, la commune libre du Bourdigou, introduite par Patricia Bachkine
  • Projection du film « Bordigo, un paradis perdut »
  • Lecture de « Imagine un instant » texte de Maurice Durozier 

« Bourdiguero » de la première heure, Maurice est devenu l'un des principaux acteurs de la troupe du Théâtre du Soleil autour d'Ariane Mouchkine

«  S’il y a eu un esprit bourdiguero, c’est bien la résurgence du rêve perdu des exilés de la guerre d’Espagne, c’étaient eux, à l’époque qui ont construit le Bourdigou, avec tout ce qu’ils trouvaient sur les chantiers, décharges, terrains vagues. »

  • Chorale, chants du Bourdigou et autres chants de lutte
  • 17H45 : Table ronde : les gilets jaunes et l’expérience commune de la lutte, introduite par Paul Luc

Samedi 26 septembre à 15 h

  • 15h : une expérience du « commun », la psychothérapie institutionnelle, la révolution espagnole et François Tosquelles, par Françoise ATTIBA, psychologue et psychanalyste
  • 15h30 : Introduction au sujet du néolibéralisme par Jacques Pérez

Lors du colloque Lippmann, dès 1938, se réunissaient des économistes pour s’entendre sur les principes du néolibéralisme

  • 16h30 : Intervention de Pierre Dardot, philosophe

Il écrit avec son complice Christian Laval : « Nous avons posé le commun comme un principe politique (…) il traduit les aspirations des mouvements hostiles au capitalisme et les formes de leurs actions, il nourrit des pratiques relatives à la création et au gouvernement des communs. »

Conseil départemental – Hall Guy Malé 

Du néolibéralisme au Commun

Des paillotes du Bourdigou aux cabanes des ronds-points gilets jaunes

Comment créer nos propres outils pour résister à la catastrophe néolibérale et comment être à la hauteur des enjeux qui se profilent déjà ?

Dès 1938 se réunissaient des économistes pour s’entendre sur les principes du néolibéralisme. Ce système économique et idéologique règle aujourd’hui la vie de tous les pays, c’est la globalisation. Les États Unis, la Grande Bretagne particulièrement sous Thatcher, le Chili de Pinochet, l’Argentine et aujourd’hui parmi bien d’autres pays, la France sous Macron en sont des exemples parlants. Il apparait que soumis à ces règles néolibérales, nous perdons ce qui fait de nous des êtres humains à part entière et nous ne devenons plus que des objets utilitaires, du capital humain.

Et pourtant bien des expériences de pratiques collectives novatrices fleurissent de par le monde après la grande crise de 2008, qui battent en brèche l’inhumanité du néolibéralisme et produisent de nouvelles formes de résistances, le Commun : les indignés en Espagne, les printemps arabes, le mouvement de la place Syntagma en Grèce, Occupy Wall Street aux USA et certaines expériences du Municipalisme qui émergent dans beaucoup de pays européens.

Une expérience du commun  qui a produit la théorie de la psychothérapie institutionnelle, elle s’est inventée en pleine guerre d’Espagne avec le génie du catalan François Tosquelles, elle est toujours d’actualité comme résistance à la destruction de la psychiatrie publique.

Localement, de 1950, jusqu’à sa destruction non sans résistance, en 1979, s’est dressée la commune libre du Bourdigou, tout près de Perpignan, village populaire de paillotes dont l’une des devises était «  quand on peut se bricoler la vie ».

Plus près de nous, les cabanes des ronds points des gilets jaunes, transformées en réelle agora, où le politique et le vivre ensemble tentaient de se réinventer.

Le philosophe Pierre Dardot écrit dans son livre « Commun » : « nous avons posé le commun comme un principe politique. Il n’est pas notre invention, il se dégage des contestations de l’ordre actuel. IL désigne d’abord les lignes de front et les zones de luttes où se joue la transformation de nos sociétés, il traduit les aspirations des mouvements hostiles au capitalisme et les formes de leurs actions, il nourrit des pratiques relatives à la création et au gouvernement des communs. »

Sur le thème de nos journées des 25 et 26 septembre 2020, néolibéralisme et Commun,

bibliographie

Pierre Dardot et Christian Laval:Ce cauchemar qui n'en finit pas, Comment le néolibéralisme défait la démocratie

La Découverte (lecture facile)

Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle

La Découverte (590 pages )

La Nouvelle Raison du monde – Essai sur la société néolibérale

La Découverte 

Serge Audier
Le colloque Lippmann – Aux origines du "néolibéralisme"
BDL éditions (500 pages- 2012 – bourré de références, très instructif)

Présentations
Commun
Essai sur la révolution au XXIe siècle

Pierre DARDOTChristian LAVAL

Partout dans le monde, des mouvements contestent l’appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication. Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le commun.
Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s’impose aujourd’hui comme le terme central de l’alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l’écologie politique par la revendication des « communs » contre les nouvelles formes d’appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis.
Mais, selon les auteurs, le commun ne tient ni de l’essence des hommes ni de la nature des choses, mais de l’activité des hommes eux-mêmes : seule une pratique de mise en commun peut décider de ce qui est « commun », réserver certaines choses à l’usage commun, produire les règles capables d’obliger les hommes. En ce sens, le commun appelle à une nouvelle institution de la société par elle-même : une révolution ?Version papier : 15 €


Ce cauchemar qui n'en finit pas
Comment le néolibéralisme défait la démocratie

Pierre DARDOTChristian LAVAL

Comment expliquer l’étrange survie des forces pourtant responsables de la crise économique de 2008, l’une des pires depuis 1929? Comment expliquer que le néolibéralisme soit sorti renforcé de la crise ? Au moment de son déclenchement, nombre d’économistes parmi les plus célèbres avaient hâtivement annoncé sa « mort ». Ils n’ont vu dans la poursuite des politiques néolibérales que le résultat d’un entêtement doctrinal.
Pour Pierre Dardot et Christian Laval, le néolibéralisme n’est pas qu’un simple dogme. Soutenu par des oligarchies puissantes, il est un véritable système politico-institutionnel obéissant à une logique d’auto renforcement. Loin d’être une rupture, la crise est devenue un mode de gouvernement d’une redoutable efficacité.
En montrant comment ce système s’est cristallisé et solidifié, le livre explique que le verrouillage néolibéral a réussi à entraver toute correction de trajectoire par la désactivation progressive de la démocratie. Accroissant le désarroi et la démobilisation, la gauche dite « gouvernementale » a contribué très activement au renforcement de la logique oligarchique. Ceci peut conduire à la sortie définitive de la démocratie au profit d’une gouvernance expertocratique soustraite à tout contrôle.
Pourtant, rien n’est encore joué. Le réveil de l’activité démocratique, que l’on voit se dessiner dans les mouvements et expérimentations politiques des dernières années, est le signe que l’affrontement politique avec le système néolibéral et le bloc oligarchique a déjà commencé.Version papier : 13,50 €

La nouvelle raison du monde
Essai sur la société néolibérale

Pierre DARDOTChristian LAVAL

Il est devenu banal de dénoncer l’absurdité d’un marché omniscient, omnipotent et autorégulateur. Cet ouvrage montre cependant que ce chaos procède d’une rationalité dont l’action est souterraine, diffuse et globale. Cette rationalité, qui est la raison du capitalisme contemporain, est le néolibéralisme lui-même. Explorant sa genèse doctrinale et les circonstances politiques et économiques de son déploiement, les auteurs lèvent de nombreux malentendus : le néolibéralisme n’est ni un retour au libéralisme classique ni la restauration d’un capitalisme « pur ». Commettre ce contresens, c’est ne pas comprendre ce qu’il y a précisément de nouveau dans le néolibéralisme : loin de voir dans le marché une donnée naturelle qui limiterait l’action de l’État, il se fixe pour objectif de construire le marché et de faire de l’entreprise le modèle du gouvernement des sujets.
Par des voies multiples, le néolibéralisme s’est imposé comme la nouvelle raison du monde, qui fait de la concurrence la norme universelle des conduites et ne laisse in-tacte aucune sphère de l’existence humaine. Cette logique érode jusqu’à la conception classique de la démocratie. Elle introduit des formes inédites d’assujettissement qui constituent, pour ceux qui la contestent, un défi politique et intellectuel inédit. Seule l’intelligence de cette rationalité permettra de lui opposer une véritable résistance et d’ouvrir un autre avenir.

Version papier : 14 €

Trait-d'union, Journal de Saint-Alban. Éditoriaux, articles, notes (1950-1962)Ouvrage regroupant toutes les contributions de Tosquelles au Journal intérieur de l'hôpital de Saint-Alban ; préface par Pierre Delion, dossier historique et documentaires réalisé par Jacques Tosquellas, Mireille Gauzy et Sophie Legrain. Paris, Edition d'une, collection La B

 Marche des sans-papiers, 17 octobre

 

Informations, notamment aux réseaux de soutien et structures signataires de la Marche nationale des Sans-Papiers pour aider à amplifier la mobilisation.

Aide au parcours - Organisation d'un événement - Montée à Paris le 17 octobre - Réseaux sociaux et médias - Financement

 

Aider sur les parcours de la marche

 

Pour aider à organiser l’accueil sur les étapes (logistique, mobilisation locale et événements) on a besoin de tous les réseaux.

 

Pour connaître les étapes prévues + indiquer les événements prévus consulter le site : https://marche-des-sans-papiers.org

(cliquer sur l’icône correspondant à la ville-étape)

 

Pour infos et obtenir les contacts locaux :

 

axe ouest : 0687795217 (trajet à partir de Rennes) – 0684707958 (sud-ouest)

axe sud-est : 0689058308 (trajets au départ de Marseille, Montpellier et Grenoble) 

axe nord-est : 0635404323 (trajet au départ de Strasbourg)

axe nord : 0675706118 (trajet au départ de Lille) - 0772226150 (départ de Rouen)

 

 

Organisation d’un événement 

 

Au-delà des étapes prévues de la marche nous souhaitons bien sûr que se multiplient les initiatives locales pendant la marche, en soutien de celle-ci bien sûr mais aussi en s’appuyant, sur elle pour développer la mobilisation.

Organisez donc des actions de tous types selon vos possibilités, vos idées… N’hésitez pas à nous les envoyer (avant pour relayer, après pour afficher la mobilisation).

Cela peut se faire à n’importe quelle date.

Là où c’est possible ce serait bien de multiplier les apparitions publiques le week-end du 2/3/4 octobre (mi-marche et plusieurs départs prévus à cette date).

 

Manifestation du 17 octobre - Montée à Paris

 

Toute la marche va converger à Paris pour une manifestation nationale que nous espérons massive le samedi 17 octobre à Paris pour aller vers l’Elysée.

Il s’agit donc d’organiser les modalités pratiques pour permettre au maximum de personnes intéressées de venir manifester à Paris (cars, co-voiturages, etc…).

Pour chaque ville n’hésitez pas à nous envoyer les modalités/contacts pour départ collectif.

 

Des versions A3 de l’affiche sont disponibles pour tirages locaux (voir PJ version image - pour fichier pdf HD demander à marche.des.solidarites@gmail.com).

 

Pour la région parisienne des tracts et des affiches sont disponibles au local de Solidaires, 31 rue de la Grange aux Belles (métro Colonel Fabien).

 

Réseaux sociaux et médias

 

Utilisez vos réseaux sociaux et contacts-médias pour faire connaître la marche, relayer l’appel et la « Lettre ouverte à Emmanuel Macron » : Marche des Sans-Papiers: lettre à Emmanuel Macron

 

Partagez les publications de la page facebook : fb marche des solidarités

 

 

Financement

 

La marche se construit - y compris financièrement - grâce aux collectifs de sans-papiers et aux réseaux de solidarité et démontre/visibilise leur existence. C’est déjà de ce point de vue une grande réussite.

Il n’en reste pas moins que les besoins de financement global sont importants. Pour indication des frais ont déjà été engagés centralement pour du matériel de mobilisation (tracts, affiches…) pour environ 4000 euros. Nous aimerions sortir aussi des auto-collants. L’argent avancé pour les t-shirts se monte déjà à près de 15 000 euros (qui devraient être remboursés par la vente). L’équipement des marcheurs partis de Marseille et Montpellier a déjà coûté plus de 1000 euros.

Deux camions ont déjà été financés (par Solidaires pour l’axe sud-est et l’UD-CGT du Nord pour Lille). Mais il va en falloir pour les autres marches et il faut mettre de l’essence ! Pour indication la location avancée par Solidaires pour le camion parti de Marseille a coûté 1900 euros - sans compter l'essence.

Il restera aussi à financer l’organisation de la manifestation du 17 octobre et payer les transports pour les déplacements des marcheurs et marcheuses de la région parisienne rejoignant les points de départ.

 

En l’absence de compte dédié nous avons mis en place une cagnotte nationale : https://www.lepotcommun.fr/pot/ssqm0lal

 

Celle-ci sert à la fois pour les soutiens individuels et aussi pour les versements des structures signataires (indiquez le nom de votre structure lors du versement : un reçu peut être imprimé).

Pour les structures qui ne peuvent absolument pas passer par la cagnotte contactez-nous à marche.des.solidarites@gmail.com

 

Nous avons actuellement 240 structures qui ont apporté leur soutien à la marche. Nous faisons appel principalement pour le financement aux structures nationales et de la région parisienne et incitons les structures locales à aider localement au financement de l’accueil et/ou de la montée vers Paris le 17 octobre.

 

A titre indicatif les montants suivants sont proposés :

- grosses organisations nationales : 2000 euros (genre confédérations syndicales interpro, plus grosses assos, organisations politiques nationales)
- organisations nationales moyennes : 500 à 1000 (fédérations syndicales, assos moyennes)
- associations et autres organisations nationales entre 200 et 500 
- divers structures locales ou nationales 50 à 200

 

Pour des raisons de transparence nous ferons circuler avant le 17 octobre un premier bilan des dépenses et des soutiens reçus. Une équipe « finances » s’est mise en place avec représentantEs de CSP75, Fasti, Droits devant, Solidaires et ZSP18. D’autres peuvent s’y joindre. Nous aurions aussi besoin qu’une grosse association se propose pour utiliser son compte pour les versements qui ne peuvent passer par la cagnotte.

 

Pour info la liste des signataires au 23 septembre :

 

CASP, CISPM, CSP 13, CSP 59, CSP 75, CSP 92, CSP 93, CSP 95, CSP Alsace, CSP Kabyle, CSP Montreuil, CSP Paris 20, CSP Rouen, Collectif des Immigrants en France, Collectif Pour l’Avenir des Foyers, Collectif Schaeffer d’Aubervilliers, CTSP Vitry, Droits Devant !!, Ensemble Pour Notre Régularisation Sans Exceptions, 

 

La Marche des Solidarités et les Etats Généraux des Migrations,

 

20ème Solidaire avec tou.te.s les migrant.e.s, 2MSG, Accueil Demandeurs d’Asile Grenoble, Accueil Réfugiés Vals du Dauphiné, ACORT, ADTF, AEResP28, Ah Bienvenue Clandestins !, Allamma internationale, Alternatiba ANV Rhône, Alternatiba Rouen, AMDH Paris-IDF, AMF, Amicale CNL de Hautepierre à Strasbourg, Amoureux au Ban Public Lyon, ARDHIS, Assemblée antiraciste du 20ème, Assemblée locale des EGM de Cahors, ASIAD, ASIL Accueil 88, ASMA, ASMIE – Solidarité mineurs isolés, ASTI d’Elbeuf, ASTI de Montélimar, ASTI de Petit-Quevilly, ASTI de Romans sur Isère, ASTI de Valence, Association Talawassi, ATMF, ATTAC France, ATTAC 45, ATTAC Moselle, ATTAC Rennes, ATTAC Romans, ATTAC Strasbourg, Autremonde, Ballon Rouge (Aubagne), Bangladesh Community in France, BDS France Marseille, BDS France Montpellier, CADM 70, CDDLE de Besançon, Cercle 49, CGT, CGT AHS Franche-Comté, Chemins Pluriels, CISEM, CIVCR, CNT, CNT-FTE, CNT SO, CSRA, Collectif 343 racis.ée.s, Collectif Casse-rôles, Collectif Chabatz d'entrar de la Haute-Vienne, Collectif des écoles de Marseille, Collectif des Sorins de Montreuil, Collectif de soutien aux réfugiés en Ariège, Collectif de soutien de l’EHESS aux sans-papiers et aux migrant-es , Collectif du 5 novembre – Noailles en colère, Collectif Intersquats Exilé.e.s Lyon et Environs, Collectif Justice et Libertés du Bas-Rhin, Collectif Loire « Pour que personne ne dorme à la rue », Collectif Migrants 83, Collectif Migrants Comminges (31), Collectif Réfugiés du Vaucluse, Collectif Sénonais de Soutien aux Migrants, Collectif Solmiré (Solidarité Migrants-Réfugiés) de Besançon, Collectif Solidarité Migrants 01, Collectif Solidarité Migrants Pays Basque et Sud Landes ETORKINEKIN, Collectif Solidarité Migrants Wilson, Collectif Toulouse Anti CRA, Collège sans Frontières Maurice Sève, Comité de Soutien aux Sans-papiers Haïtiens, Comité de Vigilance sur le Droit des Etrangers de Montbéliard, Comité Génération.s Immigration, Confluences, CRI, CRID, CRLDHT, DAL, Décoloniser les arts, DIEL, DNSI 67, DNSI 86, EELV Paris 18, Emancipation Lyon-69, Emancipation tendance intersyndicale, Ensemble !, ETM 31.46, EVTC, Extinction Rébellion Ardèche, Extinction Rébellion Montreuil, Extinction Rébellion PEPPS, FA, FASTI, Faux-Solidaires, FETAF, Femmes solidaires, FI Krutenau- Esplanade Insoumise (Strasbourg)Filles et Fils de la République, FSU, FTCR, Fondation Frantz Fanon, FUIQP, Genepi, GISTI, Habitat&Citoyenneté, ICARE 05, Identité Plurielle, INDECOSA-CGT 67, Jarez Solidarités, J'En Suis J'Y Reste, KOLONE, La Boîte Sans Projet, La Cimade, La Cimade Figeac, La Cimade Yonne, La Mule Du Pape, La Révolution Est En Marche, LDH Amiens, LDH Istres Ouest-Provence, LDH Mâcon, LDH Montpellier, LDH PACA, L’Effet Papillon, Le paria, Les Voisins Solidaires de Versailles, LFI 35, Mama Road, MAN, MAN 71, MAN IdF, MDP, Modus Operandi (Grenoble), Montreuil Rebelle, Mouvement Utopia, MRAP, MRAP Centre Ardèche, MRAP Limoges-Haute-Vienne, MRAP Montpellier, MRAP Tarbes, MRAP Strasbourg, Nayan France Association of Child éducation Bangladesh, Nogozon, Nouvelle Jungle Lille, NPA, OCML-VP, Organisation de Femmes Egalité, Paris d’Exil, PCOF, Parti des travailleurs (Tunisie) section France, Pas Sans Nous, PCF 06, PEPS, PG 06, PIR, Planning Familial 33, Queer Education, RASH Tolosa, Ras L’Front Strasbourg, Réfugiés Bienvenue Nîmes, REMCC, RESF 13, RESF 36, RESF 51, RESF 61, RESF 69, RESF 82, RESF Bassin minier 71, RESF Castres, RESF Somme, RESF Tournon 07Réseau Féministe « Ruptures », RSM 89, RUSF 51, Sang pour Sans, Section CGT de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration, Section syndicale CGT Société de Restauration du Musée du Louvre, SNPES-PJJ/FSU, Solidaires 13, Solidaires 35, Solidaires Alsace, Solidaires en Beaujolais, Solidarité et Langage (Valence), Solidarité Migrants Collectif 06, Solidarité Migrants du Haut Nivernais, SOS-Racisme, Sous le même ciel, SUD Culture Solidaires, SUD Education 35, SUD Education 91, SUD Education 92, SUD Education 93, Syndicat des Quartiers Populaires de Marseille, Terre d’Ancrages, Tous Migrants, UCL, UD CGT 67, Une Ecole, un Toit, des Papiers - Pays dacquois (40), UJFP, UJFP Lyon, Union syndicale Solidaires, United Migrants, Un Toit C’est Tout, Un Toit c’est Un Droit, UTAC, VISA, Voies Libres Drôme, ZSP18, 

 

 

 

 

---
To unsubscribe: <mailto:appelsefederer-unsubscribe@lists.riseup.net>
List help: <https://riseup.net/lists>

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.