Ce qui ne sera pas abordé à la COP 21 : exploitation américaine des minerais des astéroïdes

Obama vient de signer mi-novembre 2015 l'acte CSLCA : c'est une loi qui autorise les sociétés spatiales privées américaines à conserver les ressources qu'elles pourraient extraire en dehors de notre Terre.

Ce n'est pas de la science fiction, ni une rumeur complotiste.
Un des enjeux de l'industrie à venir est d'accéder à de plus en plus de terres contenant des minerais rares (platine, lithium...), ceci par exemple dans le cadre de la production d'énergies renouvelables (ex : éoliennes).

DSI (Deep Space Industries) s'est ainsi révélée au public et aux journalistes en 2013 comme une société de prospection minière spatiale. A l'époque, le programme était annoncé comme débutant en 2015 avec le lancement d'un vaisseau inhabité baptisé " FireFly" permettant de repérer et d'étudier la compositiondes astéro£ïdes proches de la Terre. Puis, c'est un plus gros vaisseau, le DragonFly, qui devra aller collecter quelques échantillons pour les ramener sur Terre entre 2016 et 2020.

Et bien, messieurs, la voie est ouverte ! C'est la loi H2 2262 sur la « Compétitivité des missions spatiales commerciales des Etats-Unis »

http://www.generation-nt.com/obama-autorise-prospection-miniere-espace-asteroides-actualite-1922057.html

texte du Congrès américain :

https://www.congress.gov/bill/114th-congress/house-bill/2262

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.