Dive politique rose

Que dire ? plus grand chose si ce sont quelques tours de mots comme on dirait - jouer un tour, jouer un coup -

 

Oh PéeSse ! Oh ma PéeSse !

divine du vent, rose esquive,

sans repos jamais tu ne cesses

de célébrer bruit et salive

 

Tu combles un vieux monde fini

de verve élastique et morose,

d'un jeu de verbeuse manie

qui peut-être soigne l'arthrose

 

Tu n'es pas seule, oh ma PéeSse !

des cortèges de grands diseux

jouent encore aux kakatoes

puisque rares sont les taiseux

 

Rassure-toi, dive marâtre

il en faut peu pour un orchestre !

aux trompettes, trois idolâtres,

aux tromblons, de pâles senestres

 

Et voilà les fêtes primaires !

la voix du peuple bruisse au loin,

dans des frimas interglaciaires

tu peux fêter le baragoin !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.