Fralib-Gémenos : la lutte créatrice

Ce 14 mai 2015, l'usine de thé et infusions des Fralib de Gémenos redémarre officiellement sa production et sa commercialisation sous la marque Scop TI. Les Fralib ont gagné face à Unilever après une lutte obstinée de cinq années : sur les 76 salariés présents à la fin du conflit, 58 ont accepté de mettre au pot pour devenir coopérateurs et fonder une SCOP.

Ce 14 mai 2015, l'usine de thé et infusions des Fralib de Gémenos redémarre officiellement sa production et sa commercialisation sous la marque Scop TILes Fralib ont gagné face à Unilever après une lutte obstinée de cinq années : sur les 76 salariés présents à la fin du conflit, 58 ont accepté de mettre au pot pour devenir coopérateurs et fonder une SCOP.

Chacune des décisions a été actée par l’AG des salariés, parfois à l’issue de débats houleux. Ces derniers mois,  c’est la politique salariale qui a suscité des crispations. Faut-il un même salaire pour tous ou un salaire par catégorie ? «Ça bastonne bien sur le sujet, reconnaît Olivier Leberquier (leader CGT, désormais directeur général délégué) . La démocratie, c’est compliqué à mettre en œuvre.»

Pour la première année, l’objectif de production est de 250 tonnes. L'enjeu est de produire des thés et infusions de qualité (certification Bio) en associant le savoir-faire français, héritier de tout un passé de production (agriculture drômoise, savoir-faire des Fralib) et toute une qualité de thés vietnamiens découverts dans le nord du pays.

Les machines, surveillées et bichonnées depuis cinq ans afin d'éviter leur déménagement, tournent à nouveau : vive Fralib ! vive la lutte !

 

                                                  fralib.6.jpg&sa=X&ei=fjVUVeOGNsHBUt2rgfgK&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNFnfIhWQqMa4QP74Ty9w-_9mKrnSg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.