Marielle Billy
récolter, semer
Abonné·e de Mediapart

202 Billets

4 Éditions

Billet de blog 21 déc. 2011

Marielle Billy
récolter, semer
Abonné·e de Mediapart

Etre lecteur, contributeur sur Mediapart: le virtuel peut-il devenir réel?

Je tente ici de donner une petite suite à mon échange avec Dianne et Samines, sur le fil du dernier billet de Nefertari, échange dont je les remercie.

Marielle Billy
récolter, semer
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je tente ici de donner une petite suite à mon échange avec Dianne et Samines, sur le fil du dernier billet de Nefertari, échange dont je les remercie.

La Pyramide Déchaînée, votre gazette de Médiapart City, neuvième édition.

Pour dire vite, je soulève une question, à laquelle l'usage du club et des commentaires des articles me conduit : ce petit monde est-il fatalement un unique lieu de débats, sorte d'immense salon de discussion, ou peut-il parfois devenir le tremplin d'un passage à l'action, si modeste soit-elle ?

Et cette réflexion s'est précisée pour moi, lorsque j'ai rencontré lors de la journée porte ouverte de Mediapart le 12 mars 2011, un ancien salarié de la Generali (assurances), venant témoigner de la grève de la faim de tout un groupe licencié dans des conditions iniques. L'écoutant parler, cela m'a sauté aux yeux que je ne pouvais pas prendre connaissance, dans ce lieu de l'information libre, d'un tel problème, sans tenter de convertir cette information en action. En d'autres temps, nous avons connu une telle initiative lorsque Bérangère Bonvoisin créa sur la scène du théâtre de La Madeleine, à Paris, un spectacle uniquement fondé sur un fil de discussion (autour du thème de la laïcité) : moment fort du croisement d'une parole et d'un geste.

Cette préoccupation, je la résume par une formule :

virtuel --> réel

Le propos du billet tente d'être une critique, au sens de questionnement, et, j'espère, n'est pas une expression chagrine.

Nous vivons une période d'intenses discours, tout parle partout, toutes ces paroles se transmettent très vite, disparaissent aussi vite. Le fonctionnement technique du club est à l'image de ce mouvement incessant où l'on a l'impression que rien ne reste dans la réalité de ce quotidien en fuite.

Ce que je recherche est un lien, une fabrique de liens, non pas en termes d'affinités momentanées, mais en terme de processus de construction : Mediapart a créé un journal d'un type nouveau, je ne m'étends pas, et en ce lieu, si on lit ce qui s'écrit, on mesure que ce qui fait trop défaut, c'est la traduction des dénonciations, indignations, en actions. Je ne parle pas, je le redis, d'une forme de militantisme spécialisé, qu'il soit pour un parti ou un syndicat ...J'évoque ce que dit en d'autres termes Stéphane Hessel : « l'indignation » ne peut pas se passer de « l'engagement ». Comment ne pas être touché, appelé par cette vigueur du désir de riposte, de résistance ? Pourquoi ne pas saisir chaque occasion, à la mesure de nos forces, pour faire avancer un geste, un pas, une envie de créer avec les autres ?

Je ne dénie pas la vertu de la discussion que j'aime beaucoup aussi, mais je désire ouvrir les murs, ou les fonctionnements trop bien établis qui tournent comme des allant-de-soi. Quelles pudeurs, quelles craintes, quels renoncements ou quelles fatigues peuvent justifier que cette conversion virtuel/réel ne se tente pas ? Car ce n'est pas une injonction que je formule, mais une simple invitation.

En conclusion, je pense que ce qui fait du « bien » à l'homme, c'est de se sentir actif, désirant. La période est très sombre, répétitive, facteur d'immobilité, et le désir va mal.

Alors saisissons la moindre occasion pour faire mentir ce constat !

Agrigente, Nicolas de Staël, 1954

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org