Mariethé FERRISI
Auteure de roman policier
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

5 Éditions

Billet de blog 25 août 2011

Mariethé FERRISI
Auteure de roman policier
Abonné·e de Mediapart

Le socialisme: une utopie condamnée à l'échec ?

Mariethé FERRISI
Auteure de roman policier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi le socialisme échouerait-t-il ?

Un professeur émérite d’économie de l’université américaine Texas Tech affirme qu’il n’a jamais recalé le moindre étudiant, bien qu’il ait dû une fois recaler sa classe entière.

Il raconte que cette classe lui soutenait que le socialisme fonctionnait bien, que ce système ne comptait ni pauvres ni riches, mais qu’au contraire la plus stricte égalité y régnait.

Le professeur proposa alors à ses élèves de transformer le cours en expérience sur le socialisme : plutôt que d’attribuer une note individuelle à chacun des étudiants, ils recevraient tous la même note, moyenne de l’ensemble des travaux rendus, de telle manière que personne ne devrait être recalé et que personne non plus ne recevrait de A (20/20).

Lors du premier examen les notes furent, comme prévu, ramenées à la moyenne de l’ensemble et tous les étudiants reçurent un B. Ceux qui avaient beaucoup travaillé furent déçus, ceux qui avaient peu étudié, ravis.

Mais à l’heure du deuxième examen, les étudiants qui avaient peu révisé travaillèrent encore moins. Ceux qui s’étaient beaucoup investis la première fois s’investirent moins, puisqu’ils savaient désormais qu’ils n’auraient pas de A. La moyenne pour le deuxième examen fut alors D.

Personne n’était satisfait.

Au troisième examen, toute la classe reçut un F : tous recalés.

Les notes ne se sont pas améliorées par la suite. Les étudiants ont commencé à se disputer, se blâmant les uns les autres des mauvaises notes. Le ressentiment et les insultes les gagnèrent. Plus personne n’était prêt à étudier pour qu’un autre moins volontaire bénéficie de son travail.

A la stupéfaction de la classe entière, ils furent tous recalés au terme du cours.

Le professeur leur demanda alors si ils comprenaient la raison de l’échec du socialisme.

C’est simple, l’être humain est disposé à se sacrifier en travaillant dur quand la récompense est attractive et justifie son effort; mais quand le gouvernement enlève cette motivation, personne n’est plus prêt à faire le sacrifice nécessaire pour atteindre l’excellence.

Au bout du compte, l’échec est général. Je rappelle ici les deux personnalités politiques ô combien célèbres qui ont déclamé :

Winston Churchill, prix Nobel (de littérature) en 1953 :

"Le socialisme, c’est la philosophie de l’échec, le credo des ignares et le prêche des envieux, sa mission est de distribuer la misère de manière égalitaire pour le peuple"

L’ex premier ministre britannique Margaret Thatcher:

"Le socialisme échoue une fois dépensé l’argent… des autres"

Je pars également du principe que ce professeur dénature le socialisme. Dans un système socialiste, les élèves ne travailleraient pas chacun dans leur coin, mais ensemble, les meilleurs aidant les plus faibles à comprendre leur cours, dans un esprit de coopération. Mais renversons également l’expérience, si dans une classe, on nommait une personne dont les notes dépendraient non pas de son travail, mais de celui des autres élèves : un pourcentage de chaque note des élèves étant prélevé, et le total de ces prélèvements ferait la note de leur "dirigeant"

Combien de temps mettrait la classe avant de se révolter devant ce système injuste ?

Il s’agit évidemment d’une simplification à grands traits, mais il s’agit au fond de montrer que pour être un vrai socialiste, et parvenir à l’égalité sociale, il faudrait également se sentir responsable individuellement du bien commun. C’est lorsque chacun se repose sur l’effort des autres que se brise la concorde…

Blog de "Alas de plomo"....

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau