La barbarie.. depuis que le monde est monde

Doit-on en vouloir indéfiniment aux "barbaresques" d'avoir enlevé sur les côtes méditerranéennes plus d'un million d'européens, femmes, enfants, hommes à des fins d'esclavage dans leurs pays d'origine ? Doit-on condamner indéfiniment la France, l'Angleterre d'avoir colonisé les pays d'Afrique pour mettre un terme à la piraterie des mers et au commerce d'esclaves blancs ?

L’absence d’autorité centrale forte et de cadre juridique contribua à asseoir l’influence des pirates, dont les raids destinés à se procurer des esclaves avaient lieu dans les villes et villages du littoral atlantique africain, ainsi qu’en Europe même. Les rapports mentionnent des raids barbaresques et des enlèvements de personnes en Italie, Espagne, France, Portugal, Angleterre, Pays-Bas, Irlande, Écosse et jusqu’en Islande, entre les xvie et xixe siècles. On estime qu’au cours de cette période les pirates capturèrent entre 1 million et 1,25 millions d’Européens pour les vendre comme esclaves à Salé, Tunis, Alger et Tripoli. Cette estimation n’inclut pas le commerce des esclaves européens dans d’autres parties de la Méditerranée20.

A ces deux questions, je répondrais non. On peut philosopher sur la signification du substantif "barbare", de cette perception toute relative que chacun y met selon le degré de civilisation, la capacité d'universalité au monde au-delà du local où l'humain, corps parlant, dépasse le primitif. Si philosopher est une "sagesse en mouvement" c'est parce qu'elle se conjugue au monde, à son histoire et à l'altérité de l'être.

Dans le contexte actuel, l'Occident est attaqué dans ses fondements démocratiques par des personnes qui sèment "la terreur". Ainsi, le populisme trouve matière à se développer, à la recherche semble-t-il, d'un César qui franchirait le Rubicon. D'ailleurs, l'histoire nous rappelle ceux qui ont pris ce modèle impérial à des fins de domination européenne, mondiale et d'épuration éthnique.

Je décompte tout ce temps perdu par les responsables politiques qui ont, à l'insu de leur plein gré, entretenu les inégalités sociales ici et ailleurs, une sorte de "barbarie douce", reproduisant en France, les mêmes inégalités que celles qui existèrent entre européens d'Algérie (avant son indépendance) et les algériens eux-mêmes traités "d'indigènes" dans leur propre pays, un terme qui m'allait si bien étant moi-même fille d'ouvrier italien.

Oui, la barbarie existe bien, elle se déroule sous nos yeux, ici et au-delà de nos frontières.

Pour Mireille Delmas Marty ICI nous vivons "Un état de guerre sans frontières ni droit, cela s'appelle la guerre civile mondiale permanente" Il faut dire que l'Europe n'a pas adopté une même définition du "terrorisme" ce qui peut s'expliquer par les intérêts divergents de chacun de ses membres. Autre anomalie, la Turquie, membre de l'OTAN bombarde les kurdes qui sont nos alliés contre Daesh.

La globalisation culturelle en marche me semble être à long terme une catastrophe humanitaire.

Comment préserver son individualité ?

L'opportunité d'une seule référence idéologique propre à sauver du désespoir culturel "les êtres parlant" ne se reconnaîssant pas dans cette globalisation, demeure pour le moins, dangereuse. Ce totalitarisme de la pensée version religion islamique se heurte donc à l'absence d'une autre théorie qui ouvrirait un débat démocratique.

Trois livres de chevet que je relirai sans doute tant ils m'ont marquée :

- Terreur dans l'hexagone de Gilles Kepel

2084. La fin du monde de Boualem Sansal

Manifeste pour une France de la diversité de Jean-Michel Le Boulanger

Traite des esclaves de Barbarie ICI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.