Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

100 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2016

Dilma Rousseff victime d’un coup d’état très machiavélique

La Présidente Dilma Rousseff a-t-elle commis un crime de responsabilité ? Selon le grand juriste brésilien Dalmo Dallari la réponse est NON. La destitution est d’abord avant tout politique car le « pédalage », cette acrobatie comptable a été employée impunément par ses prédécesseurs et ne caractérise pas un crime de responsabilité fiscale car il n'y a pas de perte pour le Trésor public.

Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Présidente Dilma Rousseff a-t-elle commis un crime de responsabilité ? Selon le grand juriste brésilien Dalmo Dallari la réponse est NON. La destitution est d’abord avant tout politique car le « pédalage », cette acrobatie comptable a été employée impunément par ses prédécesseurs et ne caractérise pas un crime de responsabilité fiscale car il n'y a pas de perte pour le Trésor public. Le « pédalage » constitueun artifice comptable, mais l'argent ne sort pas des caisses publiques, il ne se caractérise pas comme un détournement des fonds public. Dans une interview au « Journal du Brasil » le jour de l’impeachment de Dilma Rousseff, le juriste Dallari a déclaré que le vote de la destitution et du maintien des droits politiques de Dilma Rousseff montre que le Sénat n’a jamais pu prouver la responsabilité fiscale, qu'il n'y avait pas de crime et que cela dénote la fragilité du processus. 

Le président de l'Association des juges du Brésil pour la démocratie (AJD), Andre Bezerra, a déclaré après la cassation du mandat de la présidente Dilma Rousseff, que l'association considère le vote du Sénat comme « complètement illégitime ». Pour lui, le processus de mise en accusation « ignore complètement le caractère légal qu’il devrait avoir, ce vote a un caractère purement politique ». Pour l'ancien président de l'Association du Barreau du Brésil (OAB), Marcelo Lavenère, la destitution de la  présidente Dilma Rousseff, est « l'une des pages les plus tristes » de l'histoire du Brésil. C’est la  chronique d’une mort annoncée. Selon Lavenère la distinction du vote du Sénat qui a mis fin au mandat de la présidente tout en lui conservant ses  droits politiques, n’est qu’une tentative pour mettre un peu de vernis sur une illégalité.

Cependant la charge la plus violente contre le coup d’Etat vient de l’ancien président de la Cour Suprême au Brésil M. Joaquim Barbosa qui a comparé ces partis politiques à des  « factions » qui ont pris le pouvoir pour se protéger et pour continuer à voler.

Ainsi, le Brésil va vivre deux ans dans une anomalie institutionnelle. Pour le diplomate Samuel Pinheiro Guimarães, le pays a subi un coup d'Etat orchestré par les classes hégémoniques. Selon lui, le Sénat a rejeté non seulement la présidente Dilma Rousseff, mais son projet pour le pays. Pour l'ancien ministre du Secrétariat des affaires stratégiques, le nouveau gouvernement ne tiendra pas compte de questions telles que l'inégalité sociale, il ne pense qu'au « marché ».

Les conspirateurs ne veulent pas entendre le terme « coup d’Etat » surtout pour se donner une image de normalité institutionnelle au plan international. Mais dans ce cas, comment appeler un processus dans lequel un Chef d'État élue démocratiquement est démis de ses fonctions avec une justification juridique douteuse ? La vérité est que la plupart des sénateurs conservateurs n’ont jamais accepté qu'une ancienne « guérilléra » soit arrivée au pouvoir au Brésil. Le Brésil est un pays conservateur, de culture ultra-misogyne et Dilma Rousseff dès le début de son premier mandat n’a pas été épargnée par les grands médias qui se sont acharnés sur elle avec des propos et de blagues  d’une violence sexiste extrême. Elle a été condamnée aussi en tant que femme.

La Présidente Dilma Rousself a été la cible d’une vaste campagne de déstabilisation en permanence. Réélue avec plus 54 millions de voix, son élection a été considérée par l’opposition et les moyens de communication comme une défaite. L’opposition n’a jamais digéré sa défaite. Les partis de la droite brésilienne et les secteurs les plus conservateurs de la société, ont toujours eu le soutien inconditionnel du quatrième pouvoir : les grands médias au Brésil. Avec l’appui de ceux-ci et des conservateurs du pouvoir judiciaire, une femme honnête a été mise en pâture. La presse brésilienne a donné l’image d’une Présidente empêtrée dans les scandales de corruption, en position d’accusée. Malheureusement la corruption est endémique au Brésil, on la retrouve partout et ne concerne pas exclusivement la classe politique ! C’est sous le gouvernement de Dilma Rousself que les moyens de la lutte contre la corruption on été accrus. La Présidente du Brésil a fait de la « culture de la transparence » son principal cheval de bataille. C’est pour cela qu’elle a été destituée ! La révélation d’enregistrements démontre la véritable raison du coup d’Etat pratiqué contre la démocratie et contre le mandat légitime de Dilma Rousseff. Dans ces enregistrements le sénateur Romero Juca du PMDB (parti de l’actuel président Temer) propose «un pacte», passant par la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff pour étouffer l’affaire Petrobas dans laquelle il est lui-même visé : « La destitution est nécessaire » disait-il. « Il n’y a pas d’autre issue. Il faut résoudre toute cette merde. Il faut changer le gouvernement pour stopper l’hémorragie.Il faut un accord, un grand accord national, et mettre Michel Temer au pouvoir ». 

L'objectif était bien de freiner l'enquête sur la corruption à Petrobras « pour la mettre sous le tapis » a réagi l'ancien ministre de gauche Ricardo Berzoini. Ce coup d’état parlementaire a été fait sous la pression des médias et d’une frange conservatrice du système judiciaire. Pour les Brésiliens qui ont élu Dilma Rousseff au suffrage universel la démocratie brésilienne vient d’être mutilée. Le Sénat a condamné la présidente Dilma Rousseff - par décision majoritaire - sans vraiment démontrer qu’elle avait commis un crime. Une coalition des parlementaires corrompus a pris cette décision qui entre dans l'histoire des grandes injustices. La présidente Dilma Rousseff est destituée, toutefois elle restera pour l'histoire comme la victime d’un coup d’état parlementaire et comme une grande dame de la RÉSISTANCE. Elle n’était pas obligée de venir se défendre devant les sénateurs déterminés à l’abattre « Je viens pour vous regarder dans les yeux, messieurs les sénateurs, et dire que (...) je n'ai pas commis les crimes pour lesquels je suis injustement et arbitrairement accusée ». Elle a bravé un parlement composé d'une majorité de corrompus transformés en juges.  Pendant 15 heures d’affilée, malgré la fatigue elle a répondu calmement mais fermement à chacune des interventions des 48 députés. Au contraire de ses détracteurs, elle n’est personnellement liée à aucune accusation de corruption ou de détournements de fonds publics, mais pour des acrobaties comptables employées impunément par ses prédécesseurs. 

Malheureusement il existe au Brésil une justice a deux vitesses, qui  retarde la condamnation des parlementaires brésiliens dont 58,1% - selon l’ONG Transparency International - ont, ou ont eu, des démêlés avec la justice pour des affaires de corruption. Toutefois en raison de leur immunité, les parlementaires ne répondent pénalement de leurs actes que devant le STF - Le Tribunal Fédéral Suprême - qui ne semble pas tellement pressé de les juger. Ce sont ces mêmes parlementaires qui ont été autorisés par ce même tribunal à devenir juges pour condamner une Présidente innocente. Et là, pour casser le mandat de Dilma Rousseff, le processus de destitution n’a pas trainé.

La destitution de Dilma est un imbroglio politique et juridique machiavélique, il ouvre une période d’instabilité politique au Brésil. Les fondements démocratiques de la nation Brésilienne sont en péril. La question du coup d'Etat parlementaire au Brésil n’est pas isolée du contexte international de la crise du capitalisme financier. Il y a eu une remise en cause des politiques néolibérales quand les grandes puissances ont vu les économies s’effondrer à partir de 2008. Même si le néolibéralisme était largement responsable, l’idéologie n’a pas été emportée par la crise car elle a fait l’objet d’une réorganisation et les Etats sont intervenus pour éviter la dépression et la faillite du système. Keynes a été vite ressuscité et très vite enterré. Le continent sud-américain ne pouvait suivre un autre chemin hors le néolibéralisme…

Michel Temer qui n’a jamais réussi a gagné une élection au Brésil est très impopulaire, il est avide de pouvoir et de vengeance. Il est le meilleur choix pour mettre en place un projet pour le pays qui correspond à un « Etat néolibéral ». En moins d'une semaine, après avoir pris le pouvoir par intérim, il a démantelé tous les programmes d'inclusion sociale en matière de droits du logement, de l'éducation, de la santé et du travail. Ce qui représente une énorme injustice envers les populations défavorisées. Ces programmes d'inclusion sociale avaient façonné la réputation de Lula et Dilma sur la scène internationale. 

Réaffirmant son innocence, Dilma a quitté la Présidence de la République avec cette déclaration : « L’histoire sera implacable avec eux » dans un discours incisif défendant la continuité de la lutte pour construire « un Brésil meilleur ». « Rien ne nous fera reculer, a-t-elle déclaré. Je ne vous dirai pas adieu aujourd’hui, je suis même sûre que je peux vous dire à très bientôt. Nous reviendrons pour continuer ce chemin au service du Brésil, pays dont le peuple est souverain ». Elle a ajouté : « ils auront contre eux l’opposition la plus déterminée qui puisse exister face à un gouvernement né d’un coup d’Etat ».

La première femme présidente du Brésil a combattu et continuera la lutte pour la défense de la primauté du droit et de la démocratie. Ce « coup d’Etat » parlementaire restera enregistré dans la mémoire de l'histoire politique brésilienne et M. Temer sera toujours considéré comme un Président illégitime.

Je souhaite partager avec le public de Mediapart une autre vision peut-être différente de celle dela presse française. A quelques exceptions près, les correspondants français au Brésil ont préféré faire du copié/collé sans faire d’analyse politique. Il est difficile de savoir si c’est par manque d’information sur la complexité politique du Brésil, ou par méconnaissance de la partialité du monde médiatique au Brésil. Cela a largement contribué à déformer la perception de la réalité de la politique brésilienne en France.

 Marilza de Melo Foucher, Docteur en Economie (Sorbonne) a travaillé dans la coopération internationale en France, actuellement journaliste et bloggeuse, collabore avec Mediapart et au Brésil avec les journaux Correio do Brasil-Rio de Janeiro et Brésil 24/7-Sao Paulo.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart