Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

100 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2014

Frei Betto: le Brésil a besoin d'une nouvelle constitution

Ecrivain récompensé par le prix Jabuti, la plus importante distinction littéraire au Brésil, partisan de la théologie de la libération et militant au sein des mouvements pastoraux et sociaux, Frei Betto a été conseiller spécial du président Luiz Inácio Lula da Silva entre 2003 et 2004 et coordonnateur de la mobilisation sociale autour du programme Faim Zéro.

Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Ecrivain récompensé par le prix Jabuti, la plus importante distinction littéraire au Brésil, partisan de la théologie de la libération et militant au sein des mouvements pastoraux et sociaux, Frei Betto a été conseiller spécial du président Luiz Inácio Lula da Silva entre 2003 et 2004 et coordonnateur de la mobilisation sociale autour du programme Faim Zéro. Né à Belo Horizonte le 25 août 1944, il a été arrêté à deux reprises sous la dictature militaire: en 1964, pendant 15 jours, et entre 1969 et 1973. Après avoir purgé quatre ans de prison, il a vu sa peine réduite par la Cour suprême à deux ans. Son expérience en prison a été rapportée dans les livres Lettres de prison (ACT), Dario Fernando - dans les geôles de la dictature militaire brésilienne (Rocco) et « le Baptême du sang » (Rocco). Traduit en France et en Italie en 1983, le « Baptême du sang » décrit les coulisses du régime militaire, la participation des frères dominicains à la résistance contre la dictature, la mort de Charles Marighella et les tortures subies par Frei Tito. Helvétius Ratton a produit le film « Le baptême du sang », basé sur le livre et sorti en 2007.

Frei Betto, vous qui avez été emprisonné et torturé pendant la dictature, comment analysez vous cette date anniversaire des 50 ans du coup d’Etat militaire?

Frei Betto. Il faut commémorer, au sens étymologique de la mémoire, 50 ans après la mise en place de la dictature au Brésil. Comme dirait Marx, pour l'histoire, une tragédie ne se répète que comme une farce. Les jeunes générations ont besoin de savoir ce qu’a été, ce qu’a fait la dictature tout au long de ces 21 ans au pouvoir. Nous avons encore, dans notre pays, des «veuves» de la dictature qui proclament que le retour de l'armée permettra d'améliorer le pays...

Comment analysez-vous aujourd’hui le processus de démocratisation du Brésil? Quelles sont les plus grandes avancées de cette conquête?

La dictature a été renversée par la pression politique issue de la mobilisation des mouvements sociaux: les communautés de base, les associations de quartier, la lutte pour la terre, les syndicats, l'art et la culture, etc. Nous avons pu élire un ouvrier métallurgiste - Lula - Président de la République, et consolider le processus démocratique. Des avancées majeures ont eu lieu tout au long des 11 années du gouvernement du PT: maîtrise de l'inflation, augmentation du salaire minimum, inclusion sociale et économique de 55 millions de personnes, etc. Cependant, les archives de la dictature en possession des forces armées n'ont pas été ouvertes jusqu'à aujourd'hui et la Commission de la vérité, qui enquête sur les crimes du régime militaire, n'a pas le pouvoir de punir. En outre, aucune réforme structurelle n’a été mise en œuvre dans ces 11 ans de gouvernement, ni agraire, ni politique, ni fiscale etc.

Le processus de démocratisation au Brésil a-t-il forgé au fil des ans un Etat de droit?

FB: Oui, mais le chemin est encore long. Nous avons besoin d'une nouvelle charte constitutionnelle, et nous espérons que le peuple brésilien votera pour lors du référendum qui aura lieu le 7 septembre prochain. Nous avons besoin, après l'inclusion économique, de l'inclusion politique, pour laquelle les jeunes se mobilisent dans les rues. Notre démocratie est encore simplement "délégative" et non participative. Il ya beaucoup à faire et à se battre!

Entretien réalisé à Sao Paulo le 20 mars 2014.

© 

Voir la page Facebook de la journée du 17 mai

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat