Manifeste: une élection sans Lula serait frauduleuse

Les signataires du manifeste défendent aujourd'hui non seulement l'ancien Président Lula d'une condamnation injuste, mais aussi le maintien de la primauté de l’Etat du droit au Brésil.

Pour la défense d'un état de droit et la préservation de la souveraineté populaire, il est essentiel que le pouvoir judiciaire soit indépendant, tout comme le législatif afin de garantir les décisions. Ce qui est évident dans un Etat de droit, c’est que tous les citoyens peuvent croire en une justice indépendante, impartiale et non-médiatique. C’est pourquoi la condamnation de Lula prévue pour le 24 janvier, représente la condamnation de la jeune démocratie brésilienne et légitime l'état d'exception au Brésil.

Si l’ancien président est condamné et arrêté, c'est certainement parce qu'il a commis des crimes graves contre les intérêts de son pays; Quels seraient les crimes de Lula? Dans ce cas, les tribunaux brésiliens ont l'obligation de présenter des preuves concrètes des actes illégaux de corruption passive et de blanchiment d'argent commis par le président Lula. Cependant, le juge Sergio Moro et son équipe « Lava-Jato »  n'ont fourni aucune preuve authentique de l'implication directe de Lula dans la création d'un système de corruption lié à Petrobras pour son propre bénéfice.

Selon la défense de Lula, il n'y a aucune preuve et aucun élément de preuve qui incriminent l'ancien président. Lula est victime, selon ses avocats, de normes procédurales d'exception. L’ancien Président a été traité de manière discriminatoire et inégale, sa défense a été constamment obstruée. L’instruction du  procès a été faite à une vitesse éclair  afin de fixer la date du procès au 24 janvier pour l’associer au calendrier électoral afin d’empêcher la candidature de Lula. Dans toutes les enquêtes d’opinion, Lula est en tête de  tous les scénarios politiques de cette année 2018 et peut même gagner au premier tour.

Selon les avocats du président, Lula est la victime de la méthode « lawfare » du juge Sergio Moro et son équipe. « Lawfare » est un mot anglais qui désigne l'utilisation abusive des ressources juridiques à des fins de persécution politique. Lula est également victime de « fake news »  qui sont des informations totalement fausses sans aucun fondement. Les grands médias brésiliens connus pour leur soutien à la dictature militaire, ont agi en complicité avec le secteur conservateur de la magistrature brésilienne et ont contribué largement au coup d'Etat contre la présidente Dilma Rousself et aujourd'hui dans la condamnation de Lula. Ils ont transformé les questions juridiques de l'opération  « Lava-jato » en opération politique. Aujourd'hui, l'opinion publique brésilienne et internationale réalise que l'objectif principal de cette opération n'a pas été le combat contre la corruption, mais la lutte pour le pouvoir par les puissants.

La complicité confirmée entre les médias et la justice a conduit le pays à l'état d'exception, la méthode du « lawfare » a été utilisée pour influencer les trois pouvoirs (judiciaire, législatif et exécutif) et pour manipuler l'opinion publique.

J'utilise les mots prononcés dans une lettre publique écrite par l'évêque de l'Église catholique au Brésil, D. Paulo Jackson (évêque de Garanhuns-PE) : «S'ils veulent condamner Lula pour enrichissement illicite, ils doivent trouver des comptes à son  nom, des documents, des écrits et des données concrètes. Pas de simples déductions  quel argent, quelle propriété; quelle réforme serait pour l'usage de Lula ? S'il n'y a pas d'acte de propriété,  de preuve d'utilisation personnelle et effective de pot de vin, il faut chercher  au-delà de la simple délation  opportune d'un accusé en quête de liberté et de réduction de la peine. Je suggère de chercher des enregistrements audio et des vidéos, comme cela a été fait pour Aécio (le candidat du PSDB qui a perdu les élections contre Dilma).»

Il est évident que tout le monde devrait être égal devant la loi, personne n'est au-dessus de la loi. Ce qui a conduit à la rédaction de ce manifeste signé par des personnalités représentatives du monde et par des intellectuels de différents pays est la défense de l'Etat de droit au Brésil. Le président Lula s'est tant battu pour la reconstruction de la démocratie brésilienne.

Beaucoup de Brésiliens vivant en France depuis des décennies sont les témoins de la solidarité et de l'engagement que les Français ont toujours eu avec le rétablissement de la démocratie et la défense des droits de l'homme au Brésil. Il suffit de rappeler la large mobilisation qui s'est produite lorsque Lula a été condamnée par la dictature militaire en tant que syndicaliste. Le réseau de solidarité a été tissé entre de nombreux partis de gauche, intellectuels et syndicalistes français. La figure du leader charismatique Lula et son parcours ont toujours été un motif d'admiration ici en France.

Quand j'ai signé le «Manifeste : Une élection sans Lula serait frauduleuse », de nombreux souvenirs sont apparus dans mon esprit. Le souvenir de mon ami Ferreirinha (José Domingos Cardoso) syndicaliste, qui était un ami proche de Lula, les deux étaient des ouvriers et appartenaient au syndicat des métallurgistes, Ferreirinha a travaillé à Rio et Lula à Sao Paulo, tous les deux ont participé à la CUT-Union Centrale  des Travailleurs. Quand nous nous sommes rencontrés pour la dernière fois à Rio de Janeiro, Ferreirinha m'a parlé de son cancer, il était très déprimé, mais il gardait son sourire de coquin. Il m’a rappelé son exil et la solidarité qu'il y avait en Belgique et en France. Il a rappelé le voyage qu'il avait fait en 1981 en France avec d'autres syndicalistes brésiliens pour discuter de différentes formes de soutien et de travail en commun. Il disait que c'était grâce au soutien de la solidarité française et de ses avocats que les comités d'amnistie ont gagné en force, que le PT a été légalisé et que la CUT a été créée. Sans cette solidarité, ils n’auraient pas pu s'organiser, disait Ferreirinha. Et avec son grand sourire, il déclarait que grâce au charisme de Lula, la CUT a obtenu une projection nationale et que le PT est devenu un parti avec une pluralité politique.

Longtemps avant d'être un symbole admiré dans de nombreux pays du monde, Lula a été  un syndicaliste combatif qui a fait face à la dictature militaire et a contribué à l'innovation du syndicalisme brésilien avec la création de la CUT. Il est Impossible de nier le rôle important de Lula dans la présidence brésilienne. Il a été un grand homme d'État et a fait de la lutte contre la misère sa priorité absolue.

Aujourd'hui, selon la CSI, la Confédération syndicale internationale, la plus grande organisation syndicale mondiale, avec environ 180 millions de travailleurs de 161 pays, réunie dans 325 entités affiliées. "Personne ne refuse de soutenir Lula. Il est très admiré et respecté par le mouvement syndical international, qui le reconnaît comme le plus grand président que le Brésil ait jamais eu et comme une référence mondiale. "

Voici la liste des grands intellectuels français qui ont signé le manifeste, démontrant que la solidarité internationale reste intacte:

Pierre-Cyrille Hautcoeur / ancien Président de l'EHESS est un économiste très réputé et également un historien de l'économie.

Dominique Merllié / Professeur émérite - Département de sociologie & d'anthropologie -Université Paris 8 (Vincennes → Saint-Denis)

Francine Muel-Dreyfus / Sociologue - Directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Auteur de travaux de sociologie et d'histoire sociale sur les processus d'imposition et d'acquisition des identités sociales.

Francis Chateauraynaud / Directeur d'études à L'école des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris), où Il dirige le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive

Gisèle Sapiro / Sociologue, directrice de recherche au CNRS, directrice des études au  EHESS.

Afranio Raul Garcia / Anthropologue; docteur par le PPGAS du Museu Nacional de Rio de Janeiro, pos-doc sous la direction de Pierre Bourdieu, maître de conférences à l'EHESS et chercheur CESSP; il anime le Groupe de Réflexion.sur le Brésil contemporain à l'EHESS.

Jean-Pierre Faguer/ Chargé de recherche chez Centre de sociologie européenne, CNRS, Centre de sociologie européenne, CNRS   Paris 8

Jean-Yves Mollier / professeur émérite, Centre d'histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles.

Juliette Dumont – maitre de conférence-Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine/Centre de recherche et de documentation sur les Amériques.

Marie -France Garcia - Parpet / Sociologue. - Chercheur à l'INRA

Maud Chirio - Historienne e sociologue/ Professeur titulaire à l’Université de Marne-la-Vallée, membre do Laboratoire d’Analyse Comparée des Pouvoirs (EA 3350) et du Laboratoire MASCIPO (UMR 8168). Contato: chirio@free.fr

Michel Pialoux / sociologue, professeur retraité de Paris V, membre du CESSP, France.

Monique de Saint Martin / sociologue, directrice des études honoraire da EHESS, membre do IRIS.

Pierre Salama / Economiste, professeur à l’Université de Paris XIII, ancien directeur  scientifique de la revue Tiers Monde, Docteur Honoris Causa de l’Université de Guadalajara et des Universités autonomes métropolitaines (Mexico).

Roger Chartier / directeur des études au EHESS e professeur au Collège de France.

Rose-Marie Lagrave / sociologue, directrice des études honoraire du EHESS.

Olivier Compagnon / professeur d’histoire contemporaine – Directeur de L'IHEAL et du CREDA

Paul Pasquali / sociologue, chargé de recherche CNRS, membre do CURAPP-ESS, Université d’Amiens.

Michel Plon / Psychanalyste, directeur de recherches au CNRS, membre du centre de recherche universitaire Psychanalyse et pratiques sociales de la santé (CNRS/Université de Picardie).

Dominique Plihon professeur à Paris Nord /économiste français rattaché au courant théorique de l'école de la régulation. Il a été professeur à l'Université Paris XIII de 1992 à 2012. Militant altermondialiste, il est porte-parole d'Attac France depuis 2013 après avoir été président de son conseil scientifique. Il est membre des économistes atterrés.

Pascal Percq journaliste retraité Pascal Percq, ancien directeur du service Démocratie participative et citoyenneté à la mairie de Lille.

Michael Löwy, est un sociologue, philosophe marxiste et écosocialiste franco-brésilien. Il a été nommé en 2003 directeur de recherche émérite au CNRS1 et enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Auteur d’ouvrages sur Marx, Lukács, Walter Benjamin et Franz Kafka, il a reçu en 1994 la médaille d'argent du CNRS.

Michel Foucher, Géographe, docteur d'État-Sorbonne-1986 (Les frontières des États du Tiers monde). Il enseigne depuis octobre 2007 à l'École normale supérieure, à l'IEP de Paris et à l'ENA2. Il a été de 1998 à 2002 - Conseiller chargé des affaires politico-stratégiques au cabinet d'Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères. Directeur du Centre d'analyse et de prévision du Ministère des Affaires étrangères de 1999 à 2002. Ambassadeur de France en Lettonie de 2002 à 2006.

Helena Hirate, Sociologue, sociologue, directrice de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France et professeur invité international au département de sociologie de l'USP. Ses recherches sur la sociologie du travail et du genre comparent le Brésil, la France et le Japon.

Costa Gravas cinéaste renommé né en Grèce et naturalisé français.

L’adhésion au manifeste touche aussi des intellectuels et personnalités européennes, comme Heidemarie Wieczorek-Zeul, ancienne ministre de la coopération pour le développement d’Allemagne; Stefan Rinke, professeur de l’Institute of Latin American Studies et du Friedrich-Meinecke-Institut, Freie Universität Berlim (Alemanha), Inês Oliveira, cinéaste (Portugal); Maria Luís Rocha Pinto, professeur-associé de l’université de Aveiro (Portugal); Filipe do Carmo, chercheur à la faculté de Lettres- Université de Lisbonne (Portugal); Pedro de Souza, chercheur et éditeur (Portugal).

La liste peut encore s’allonger et je vous invite à signer...

https://www.change.org/p/sociedade-brasileira-em-defesa-do-direito-de-lula-ser-candidato-a-presidente-do-brasil.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.