Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

100 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2021

Lula à Paris. Une relation d'amitié et de solidarité qui dure

Le 17 novembre, le Président Lula recevra le Prix « Courage Politique 2021 », à Paris, en présence de nombreuses personnalités adhérents à ce Club prestigieux.

Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien avant d'être un symbole admiré dans de nombreux pays du monde, Lula était un syndicaliste militant qui a affronté la dictature militaire et a contribué à la rénovation du syndicalisme brésilien avec la création de la CUT. Il est venu pour la première fois à Paris dans les années 1980 et a été reçu comme dirigeant syndical à la Bourse du Travail, en présence de représentants d'organisations syndicales, principalement de la CFDT-France. On ne peut oublier la fascination qu'avaient les centrales syndicales en Europe pour ce nouveau leader qui émergeait au Brésil. 

Au cours de cette période, dans les années 1980, Lula a commencé à préparer son départ de la direction syndicale pour organiser et légaliser le Parti des travailleurs (PT) nouvellement créé. 

Après avoir disputé le gouvernement de São Paulo, avoir été élu député fédéral, avoir été candidat à la présidence de la République à trois reprises et avoir contribué à la consolidation et à l'ascension du Parti des travailleurs au pouvoir local, notamment en remportant les mairies et les gouvernements des États, Lula est finalement élu président du Brésil et assume le pouvoir exécutif national en janvier 2003. 

Du réseau de solidarité à la coopération internationale de réciprocité 

Lorsqu'il a été élu président, Lula n'a pas oublié le lien de solidarité internationale qui s'est développé dans plusieurs pays d'Europe lorsqu'il était syndicaliste, lorsqu'il a été arrêté pendant la dictature militaire et lorsqu'il a rencontré beaucoup de difficultés pour légaliser le Parti des travailleurs. Fort de son immense culture et de son expérience de négociateur, Lula commence à visiter plusieurs pays, principalement la France. Dans ce contexte, la relation institutionnelle entre la France et le Brésil se renforce progressivement à travers un dialogue politique approfondi et une riche coopération culturelle, scientifique et technologique. Au cours de ses deux mandats consécutifs, le président Lula a effectué quatre visites officielles en 2005, 2006, 2008 2009, ce qui témoigne du renforcement incontestable de ces relations. Le renforcement des liens d'amitié entre le Brésil et la France repose sur des principes et des valeurs communs aux deux pays : la promotion des droits démocratiques et humains, l'engagement pour la justice sociale, la protection de l'environnement et de la diversité culturelle et le renforcement du droit international et du multilatéralisme. Sans oublier la défense de la paix et de la sécurité et l'engagement en faveur du désarmement et de la non-prolifération des armes de destruction massive. 

Compétence politique, cordialité et reconnaissance internationale

Au cours de son mandat présidentiel, Lula a promu un Brésil recherchant des partenariats avec tous les pays du monde et sa personnalité a acquis une dimension internationale. Son gouvernement a mis en œuvre une diplomatie à la fois courtoise et habile. Grâce à ce mode d’action, Lula commence à recevoir une avalanche d'invitations à participer à de nombreux événements en tant qu'orateur tant dans la sphère publique que privée, où l'ancien président a pu démontrer la manière dont son gouvernement a réussi à associer le développement économique et une plus grande répartition des revenus. 

Il convient de noter que pendant son mandat, Lula a été élu Personnalité de l'année par plusieurs journaux et magazines prestigieux d'Europe et des États-Unis, tels que El País, Le Monde et l'American Times Magazine (qui considérait Lula comme l'homme politique le plus influent dans le monde). En outre, de nombreux prix lui ont été décernés par d'importantes institutions multilatérales, par des universités et des fondations, entre autres. Pour n'en citer que quelques-uns : Le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la Paix - Unesco, le Prix de la Gouvernance Mondiale au Forum de Davos en janvier 2010, honoré par les Nations Unies comme Champion du Monde de la Lutte contre la Faim et la Malnutrition infantile. Lula a également reçu le prix Nord-Sud du Conseil de l'Europe. Prix ​​des droits de l'homme George Meany-Lane Kirkland - Fédération américaine du travail et Congrès des organisations industrielles (AFL-CIO), syndicat des centrales syndicales des États-Unis et du Canada (2019). La liste est trop longue pour être énumérée dans cet article. 

Lula le Docteur Honoris Causa du plus prestigieux de l’Institut d'Etudes Politiques de Paris. 

Le 27 septembre 2011, l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (2003-2010), l'ancien métallurgiste et syndicaliste, le pauvre garçon du nord-est qui n'a pas pu étudier et qui n'a jamais fréquenté l'université, a reçu le titre de docteur honoris causa de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris- « Science Po ». Lors de la cérémonie, l'économiste Jean-Claude Casanova a souligné : « sa présidence est à jamais associée à l'émergence des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), au rôle accru du Brésil dans les relations internationales et à son influence croissante dans le monde. » Reconnaissant les multiples actions de Lula et de son gouvernement, le Président de l'Instituto Descoings (décédé) a déclaré : « en interne, les années Lula ont été synonymes de croissance, de prospérité et de renforcement de la cohésion sociale. »

Le 2 mars 2020, Luiz Inácio Lula da Silva a été nommé citoyen d'honneur de la ville de Paris par décision du Conseil de Paris. A cette occasion, il a été souligné que « l'engagement du président Lula à réduire les inégalités sociales et économiques au Brésil a sorti près de 30 millions de Brésiliens de l'extrême pauvreté qui ont eu accès aux droits et services de base ». 

La citoyenneté d'honneur de la ville de Paris est décernée exceptionnellement à des personnes qui se sont particulièrement distinguées dans la défense des droits de l'Homme ou en faveur de personnes ayant vu leurs libertés fondamentales bafouées. Elle a vocation à protéger ses récipiendaires et à affirmer le soutien de Paris dans ces combats.

Malgré l'immense campagne médiatique visant à porter atteinte à la crédibilité internationale de l'ancien président brésilien et à l'associer aux scandales de corruption au Brésil, sa popularité nationale et internationale restera intacte. Les allégations de corruption plaçant Lula à la tête du gang, orchestrées illégalement par l'opération « Lava Jato », ont contraint Lula à passer 580 jours en prison. Par une curieuse coïncidence, une avalanche de délations s'est produite lorsque Lula s'est imposé dans les sondages électoraux comme un candidat fort capable de remporter les élections présidentielles de 2018 pour la troisième fois. 

Pendant sa période de détention au siège de la police fédérale de la ville de Curitiba, ses administrateurs n'ont pas su comment procéder face à la demande de nombreuses visites de distinguées personnalités internationales et nationales, en plus des milliers de lettres qui ont été adressée à Lula et qu'il convenait de vérifier, compte tenu de la sécurité nécessaire à assurer au prisonnier emblématique. La police a également dû contenir la colère des voisins « anti-Lula » qui se plaignaient d'un campement créé devant le siège de la police fédérale à Curitiba. Ses partisans ont campé devant sa prison pendant les 580 jours où Lula a été injustement emprisonné. Chaque jour, ces gens chantaient et disaient bonjour et bonne nuit à l'ancien président Lula. 

Selon les avocats du président, Lula a été victime de la méthode « lawfare » du juge Sergio Moro et de son équipe. « Lawfare » est un mot anglais qui désigne l'utilisation abusive des voies de recours judiciaires à des fins de persécution politique. Lula a été également victime de « fake-news ». Ces mensonges ont été martelés sur toutes les chaînes de télévision, toutes les radios, les journaux au Brésil jusqu'à ce qu'ils soient transformés en « vérités » auprès de l'opinion publique. Lula a toujours affirmé être victime de ce complot juridico-médiatique organisé par une partie du parlement.  

La solidarité internationale comme alliée 

Ce leader politique emblématique a toujours compté sur la solidarité internationale, qui s'est une nouvelle fois mobilisée pour sa liberté, comme le prouve le Manifeste signé par des milliers de personnes à travers le monde, par la Confédération syndicale internationale, la plus grande organisation syndicale au monde, avec environ 180 millions de travailleurs de 161 pays, par de grands intellectuels, politiques et personnages religieux, mouvements sociaux, partis politiques, etc. 

Dans ce contexte, Lula rejetait tout régime de semi-liberté, déclarant qu'il préférerait rester en prison et prouver son innocence. Pour lui, accepter une telle mesure équivaudrait à un aveu de culpabilité. 

Peu à peu, les Brésiliens et l'opinion publique internationale ont commencé à comprendre la réalité de ce Law-Fare. Il y a plus d'un an, Lula a été acquitté de toutes les charges judiciaires et le juge Sergio Moro a été jugé partial par la Cour suprême. 

En plus d'être citoyen d'honneur de Paris, Lula revient à Paris pour recevoir le prix « Courage politique 2021 » de la célèbre Revue de Politiques Internationales. 

Le magazine justifie son choix en précisant qu'au cours de ses deux mandats, le président Lula (2003/2010) a réalisé « un travail marqué par la volonté de promouvoir l'égalité raciale et sociale dans son pays » (dans son double mandat présidentiel, 30 millions de Brésiliens sont sortis de la misère) ; le magazine souligne également la ténacité exemplaire des arguments de Lula face aux persécutions politiques et judiciaires - arguments reconnus par la décision du Suprême Tribunal Fédéral revenant sur les accusations. Lula s'est à nouveau incarné dans les yeux d'une grande majorité de ses compatriotes déçus de la présidence de Bolsonaro. 

Tout d'abord, le 16 novembre, Lula participera à l'événement organisé par l'Institut de Science Politique de Paris - Sciences Po. Il s'agit de la conférence intitulée "Quelle est la place du Brésil dans le monde ? », où il y a exactement 10 ans Lula recevait le titre de Docteurs Honoris Causa.

Puis, le 17 novembre, le Président Lula recevra le Prix « Courage Politique 2021 », à Paris, en présence de nombreuses personnalités adhérents à ce Club prestigieux. Ce magazine est une des publications françaises les plus influentes consacrées aux questions internationales. Chaque trimestre, depuis plus de 4 décennies, les chefs d'État et de gouvernement s'expriment ainsi que des responsables politiques de tous les pays et des experts reconnus sur les questions internationales. 

Président LULA, bienvenue à Paris ! La communauté brésilienne à Paris, tes amis (es), tes vieux camarades de l’utopie du possible te saluent. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter