Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

100 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juil. 2020

Lettre aux amis et amies de l'étranger

Au moment où j’écris, 16/7, le Covid a tué 76.000 personnes au Brésil. D’ici dimanche, nous atteindrons 80 000 morts. C'est intentionnel. Bolsonaro se complait de la mort des autres. Que les personnes âgées meurent, pour sauver les ressources de la sécurité sociale. Que les personnes atteintes de maladies préexistantes meurent, pour sauver des ressources du système de santé. Laisser mourir les pauvres, pour économiser les ressources de Bolsa Família. Par Frère Betto, frère dominicain et écrivain.

Marilza de Melo Foucher
Docteur en économie, spécialisée en question du développement intégré et solidaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Frère Betto 

Chers amis et amies :

Au Brésil, il y a un génocide ! Au moment où j’écris, 16/7, le Covid-19, qui est apparu ici en février de cette année, a tué 76.000 personnes. C’est près de 2 millions de personnes infectés. D’ici dimanche 19 juillet, nous atteindrons 80 000 morts. Il est possible qu’aujourd’hui, en lisant cet appel dramatique, il atteigne 100 000 morts.

Quand je me souviens que pendant la guerre du Vietnam, pendant plus de 20 ans, 58 000 vies de militaires américains ont été sacrifiées, je saisie l’étendue de la gravité de ce qui se passe dans mon pays. Cette horreur provoque l’indignation et la révolte. Et nous savons tous que les mesures de précaution et de restriction, adoptées dans tant d’autres pays, auraient pu empêcher une telle mortalité.

Ce génocide n’est pas le résultat de l’indifférence du gouvernement Bolsonaro. C’est intentionnel. Bolsonaro se complait de la mort des autres. Lorsque le député, dans une interview télévisée en 1999, il a déclaré: « Grâce au vote, vous ne changerez rien dans ce pays, rien, absolument rien! Cela ne changera, malheureusement, que si un jour nous entrons dans une guerre civile ici, et faisons le travail que le régime militaire n’a pas fait : tuer quelque 30 000 personnes. »

Votant en faveur de la destitution du président Dilma, il a offert son vote à la mémoire du tortionnaire le plus notoire de l’armée, le colonel Brilhante Ustra.

Parce qu’il est tellement obsédé par la mort, l’une de ses principales politiques gouvernementales est la libération du commerce des armes et des munitions. Interrogé à l’extérieur du palais présidentiel s’il ne se souciait pas des victimes de la pandémie, il a répondu : « Je ne crois pas à ces chiffres » (27/3, 92 morts); « nous mourrons tous un jour » (29/3, 136 décès); « et quoi? Qu’est-ce que tu veux que je fasse? ( 28/4, 5 017 décès).

Pourquoi cette politique nécrophile ? Dès le début, il a déclaré que l’important n’était pas de sauver des vies, mais de sauver l’économie. D’où son refus de décréter le confinement, de se conformer aux directives de l’OMS et d’importer des respirateurs et des équipements de protection individuelle. Il a été nécessaire que la Cour suprême délégue cette responsabilité aux gouverneurs et aux maires.

Bolsonaro n’a même pas respecté l’autorité de ses propres ministres de la Santé. Depuis février, le Brésil en a eu deux, tous deux démis pour avoir refusé d’adopter la même attitude que le président. Maintenant, à la tête du ministère, est nommé le général Pazuello, qui ne sait rien sur la santé. Il a essayé de cacher les données sur l’évolution du nombre de victimes du coronavirus ; il a désigné 38 militaires dans des fonctions importantes du ministère, sans la qualification requise; et il a annulé les entretiens quotidiens par lesquels la population recevait des conseils.

Il serait fastidieux d’énumérer ici combien de mesures pour libérer des ressources pour aider les victimes et les familles à faible revenu (plus de 100 millions de Brésiliens) n’ont jamais été mises en œuvre.

Les raisons de l’intention criminelle du gouvernement Bolsonaro sont évidentes. Que les personnes âgées meurent, pour sauver les ressources de la sécurité sociale. Que les personnes atteintes de maladies préexistantes meurent, pour sauver des ressources du SUS, le système de santé national. Laisser mourir les pauvres, pour économiser les ressources de Bolsa Família et d’autres programmes sociaux destinés aux 52,5 millions de Brésiliens vivant dans la pauvreté et aux 13,5 millions qui sont dans l’extrême pauvreté. (Données du gouvernement fédéral).

Insatisfait de ces mesures létales, le président a mis son veto le 3/7 au projet de loi qui imposait l’utilisation de masques dans les établissements commerciaux, les temples religieux et les établissements d’enseignement. Il a également opposé son veto à l’imposition d’amendes à ceux qui enfreignent les règles et à l’obligation du gouvernement de distribuer des masques aux plus pauvres, les principales victimes de Covide-19, et aux prisonniers (750 000). Ces vetos, cependant, ne l’emportent pas sur les lois locales qui établissent déjà l’utilisation obligatoire des masques.

Le 8/7, Bolsonaro a annulé certaines parties de la loi, adoptée par le Sénat, qui obligeait le gouvernement à fournir de l’eau potable et des matériaux d’hygiène et de nettoyage, à installer l’accès à internet et distribuer des paniers de base, des semences et des outils agricoles, aux villages autochtones. Il a également opposé son veto au financement d’urgence pour la santé des autochtones, ainsi que la facilitation de l’accès pour les autochtones et les quilombolas à une aide d’urgence de 600 reais (100 euros ou 120 dollars) pendant trois mois. Il a également mis son veto à l’obligation du gouvernement d’offrir plus de lits d’hôpitaux, de ventilateurs et de machines d’oxygénation du sang aux peuples autochtones et aux quilombolas.

Les peuples indigènes et les quilombolas ont été décimés par la dévastation socio-environnementale croissante, en particulier en Amazonie.

S’il vous plaît, divulguer autant que possible ce crime de lèse-humanité. Il est nécessaire que les dénonciations de ce qui se passe au Brésil atteignent les médias de votre pays, les réseaux numériques, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève et la Cour internationale de La Haye, ainsi que les banques et les entreprises qui hébergent des investisseurs si convoités par le gouvernement Bolsonaro.

Bien avant the Economist, dans les réseaux numériques, je traite le président de BolsoNero– alors que Rome est en flammes, il joue de lalyreet fait la promotion de la chloroquine, un remède sans efficacité scientifique contre le nouveau coronavirus.  Cependant, ses fabricants sont des alliés politiques du président...

J’apprécie votre intérêt sympathique à diffuser cette lettre. Seule la pression de l’étranger sera en mesure d’arrêter le génocide qui afflige notre bien-aimé et merveilleux Brésil.

Fraternellement, 

Frère Betto

Frei Betto est un frère dominicain et écrivain, conseiller de la FAO et des mouvements sociaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet