Le monde a un problème nommé «Allemagne»

Ma traduction de l'édito de l'économiste Paul Krugman* publié par le New York Times le 19 août 2019, où il pointe la lourde responsabilité dans le ralentissement de l'économie mondiale de la politique d'austérité poussée par l'Allemagne.

La Banque centrale européenne à Francfort. Michael Probst/Associated Press © Michael Probst La Banque centrale européenne à Francfort. Michael Probst/Associated Press © Michael Probst

 C'est l’obsession de la dette publique, qui engloutit l’économie.

On pourrait penser qu’à la Maison blanche les tendances actuelles – marchés agités, croissance en baisse, production manufacturière en repli – provoqueraient un examen de conscience, notamment à propos de l’avis de Donald Trump selon lequel « les guerres commerciales sont bonnes, et faciles à gagner ». Plus exactement, c’est ce qu’ l’on pourrait penser si on n’avait pas fait attention au comportement de M. Trump jusqu’à présent.

Ce qu’il fait actuellement, bien sûr, c’est d’attribuer les problèmes de l’économie à un grand complot mis en œuvre par des gens décidés à le faire tomber. Et d’après ses remarques ces derniers temps, il faut comprendre, s’il y a quelque chose à comprendre, qu’il se prépare à ouvrir un nouveau front dans la guerre commerciale, cette fois contre l’Union européenne, qui selon lui, « nous traite horriblement : barrières, tarifs, taxes ».

Il est pourtant amusant de constater qu’il y a effectivement des aspects de la politique européenne, surtout la politique économique allemande, qui eux, nuisent à l’économie mondiale et méritent d’être dénoncés. Mais M. Trump s’acharne sur la mauvaise cible. En fait, l’Europe ne nous traite pas mal : ses marchés sont presque aussi ouverts aux produits américains que les nôtres le sont aux européens. (Nous exportons environ trois fois plus vers l’UE que vers la Chine.)

Le problème se trouve plutôt dans le fait que les Européens, et notamment les Allemands, se traitent mal eux-mêmes, avec une obsession désastreuse : la dette publique. Et les coûts de cette obsession s’étendent à l’ensemble du monde.

Quelques éléments de compréhension : Vers 2010, les politiciens et les experts des deux côtés de l’Atlantique ont chopé une grosse fièvre d’austérité. Ils semblent avoir perdu leur intérêt à combattre le chômage, même si les chiffres en restaient catastrophiques, et se sont mis à exiger à la place des réductions budgétaires. Et ces coupes budgétaires, inédites dans une économie fragile, ont ralenti la reprise économique et repoussé un retour au plein emploi.

Cependant, alors que l’alarmisme autour de la dette dominait tant ici aux États-Unis qu’en Europe, il s’avère qu’il y avait une différence critique dans la motivation profonde des uns et des autres. Nos faucons américains anti-déficit n’étaient, en fin de compte, que des hypocrites qui d’un coup ne s’intéressaient plus à la dette dès que la Maison blanche était sous la coupe d’un Républicain. Les Allemands, eux, ne plaisantaient pas.

Certes, l’Allemagne a forcé les nations très endettées de l’Europe du Sud à faire des réductions budgétaires destructrices pour la société ; mais elle s’est également imposé à elle-même beaucoup d’austérité. Selon les sciences économiques classiques, les gouvernements doivent accumuler des déficits dans les périodes de fort chômage, mais l’Allemagne a au contraire supprimé son déficit en 2012, alors que le chômage dans la zone euro dépassait les 11 %, et a commencé d’enregistrer des excédents de plus en plus importants.

En quoi est-ce un problème ? L’Europe souffre d’un manque chronique en matière de demande privée : les consommateurs et les entreprises ne semblent pas vouloir dépenser suffisamment pour maintenir le plein emploi. Les causes de ce manque font l’objet d’un débat fourni, mais le coupable le plus probable se trouve dans la démographie : une faible fertilité a laissé l’Europe avec de moins en moins d’adultes dans leurs années les plus productives, ce qui se traduit par une faible demande en matière de nouveaux logements, bureaux et ainsi de suite.

La Banque centrale européenne, le pendant européen de notre Réserve fédérale, a tenté de combattre cette faiblesse chronique en fixant des taux d’intérêt extrêmement bas – de fait, elle a instauré des taux négatifs, ce que les économistes d’antan estimaient impossible. Et de toute évidence les investisseurs obligataires s’attendent à ce que ces politiques extrêmes perdurent très longtemps. En Allemagne, même les titres à long terme – jusqu’à 30 ans ! – affichent des taux d’intérêt négatifs.

Certains analystes estiment que ces taux d’intérêt négatifs nuisent au fonctionnement du secteur financier. Sur ce point ma position est agnostique, mais ce qui est clair, c’est qu’avec une politique monétaire poussée à ses limites, l’Europe n’a aucune marge de manœuvre pour réponse si la situation déraille. En effet, une bonne partie de l’Europe est sans doute déjà en récession, et la banque centrale ne peut rien y faire, ou presque.

Il y a pourtant une solution évidente : les gouvernements européens, et en tout premier lieu l’Allemagne, doivent stimuler leurs économies en empruntant et en augmentant les dépenses. Le marché obligatoire les supplie, en effet, de le faire ; il est même prêt à payer l’Allemagne pour qu’elle puisse emprunter, en lui offrant des prêts à intérêts négatifs. Et les dépenses nécessaires ne manquent pas : les infrastructures de l’Allemagne, comme celles des États-Unis, s’écroulent et ont cruellement besoin de réparations. Mais les dépenses sont exclues.

La plupart des coûts dus à l’entêtement allemand sont subis par l’Allemagne et ses voisins, mais nous autres Américains en subissons certaines des conséquences. Les problèmes de l’Europe contribuent à l’affaiblissement de l’euro, ce qui rend les produits américains moins compétitifs et explique en partie le déclin de la manufacture américaine. Mais caractériser cette situation comme une situation où l’Europe profite des États-Unis serait une énorme erreur, en plus d’être inutile.

Qu’est-ce qui serait utile ? Nous pourrions éventuellement exercer une peu de persuasion morale si nos dirigeants faisaient montre de ne serait-ce qu’un peu de crédibilité intellectuelle ou politique, mais ce n’est de toute évidence pas le cas. En un sens, le monde entier a un problème nommé « Allemagne », mais c’est aux Allemands eux-mêmes de le résoudre.

Une chose est sûre : initier une guerre commerciale avec l’Europe serait vraiment un scénario perdant-perdant, encore davantage que notre guerre commerciale avec la Chine. C’est la dernière chose qu’il faudrait aux États-Unis ou à l’Europe. Ce qui veut dire qu’il s’agit d’une erreur que Trump va sans doute commettre.

*Paul Krugman est éditorialiste au New York Times depuis l’an 2000 et professeur émérite en sciences économiques à la City University of New York Graduate Center. En 2008, il reçoit le Prix Nobel d’économie pour ses travaux sur le commerce international et en économie géographique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.