Strasbourg : Lieu d'Eur-Ope.

C'est fait : au bout de longues années de concertation, Strasbourg rime avec Lieu d'Eur-Ope, si l'on en croit les affiches d'une inauguration par le secrétaire aux Affaires européennes Harlem Désir (03/05/14) et de la fête orchestrée par la capitale européenne pour l'Europe en mai 2014.

Ainsi, dans ce berceau de l'Europe, la villa transformée en lieu d'accueil, d'information et d'échanges européens ainsi que le mois strasbourgeois de l'Europe se présente en détachant de ce nom des syllabes certes déroutantes, mais éclairantes au demeurant : comme le Forum Mondial de la Démocratie, organisé à deux reprises conjointement par le Conseil de l'Europe et par la municipalité de Strasbourg, fut l'occasion de le rappeler dans ces colonnes, Eur-Ope émane d'un nom grec signifiant depuis le premier millénaire avant notre ère Large-Vue, et découlant de l'appellation sémitique - plus précisément phénicienne - d'une princesse prénommée "Crépuscule du soir"...

Cet enlèvement mythique déboucha donc sur un élan historique, à la fois chaotique et démocratique, à son tour appelé progressivement Europe. Dans la vénérable maison rénovée entre la future extension du quartier européen de Strasbourg et l'ancien quartier maraîcher de la Robertsau, la salle la plus vaste, la plus lumineuse, est placée sous le patronage de Daniel Riot, le "grand Européen" décédé en 2009 auquel elle rend hommage. Mais l'ensemble de cette demeure désormais offerte aux visites, aux associations européennes, à l'information sur nos institutions fédératrices (CIIE), émerge du gazon naissant tel un vaisseau qui trouve déjà, comme l'a souhaité sa directrice Anne Billaut, sa "vitesse de croisière" tout près des Portes ouvertes aujourd'hui au Parlement européen.

Ce bâtiment métamorphosé peut et doit encore se transformer réellement, par-delà tout discours officiel, en "phare" capable d'orienter les choix lors des imminentes élections européennes et, à plus longue échéance, les traversées parfois tumultueuses des citoyens européens. Encore faut-il ensemble maintenir le cap de ce Lieu d'Eur-Ope sur les priorités nécessaires, sur les aménagements modulaires comme sur la liberté solidaire, sur les rencontres et les découvertes de la vibration citoyenne qui sous-tend, bon an mal an, les évolutions européennes depuis trois millénaires, mais plus intensément depuis quelques décennies. 

Puisse donc ce site, aussi novateur qu'ancré dans le sol rhénan, aller plus loin par son atmosphère intime, harmonieuse, fraternelle, et pousser plus haut, pour porter plus fort notre regard au-dessus de nos soucis hagards, de nos pauvres hangars : bref, pour gagner les dimensions d'intelligence, ou plutôt de bonne intelligence, par lesquelles l'aventure de la toute première Europe a fait de nous ses humbles et lointains héritiers. A l'autre bout de ce quartier européen, la Maison d'Alsace affiche d'ailleurs ces jours-ci l'affirmation d'Antoine de Saint-Exupéry qui entre en résonance avec le sillage d'Europe : "Il ne s'agit pas de prévoir l'avenir, mais de le rendre possible". 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.