36e rassemblement de Taizé : une première en Europe comme en province.

Pour passer de 2013 à 2014, la communauté œcuménique de Taizé a préparé son trente-sixième pèlerinage de confiance au cœur de l'Europe, à Strasbourg. Remplacer les 36 chandelles de l'étourdissement et le 36e dessous qui nous guettent au cours des années par une rencontre aussi massive que fraternelle, aussi festive que spirituelle, aussi réfléchie que spontanée, cela ne s'improvise pas, surtout s'il s'agit de faire accueillir vingt mille jeunes pour quatre nuits dans des familles.

L'originalité de la rencontre internationale de Taizé 2013 ne s'arrête pas là : au-delà de Strasbourg, sur la rive gauche du Rhin toute la région Alsace, sur sa rive droite l'Ortenau, sont entrées en synergie et leurs paroisses protestantes ou catholiques en résonance, sans oublier les carrefours interreligieux. Le résultat est à la hauteur du défi : Strasbourg est devenu ville ouverte, quartiers et communes se sont associés convivialement, et le Parlement européen a permis aux jeunes de toucher la réalité d'une union démocratique dont le devenir est entre leurs mains.

Les réussites de cette rencontre en cours sont d'ordre artistique autant qu'humain, sous-tendues par une juvénile responsabilité, par une coordination harmonieuse et par la profonde joie du partage : non seulement le hall d'exposition, puis de sport, appelé justement Rhenus est décoré par la projection de la rosace ornant la cathédrale de Strasbourg et d'un autre vitrail, sans doute le plus ancien, dit Christ de Wissembourg, mais de plus les chants et les intermèdes se prêtent à une communion musicale autant qu'amicale, et les liens se nouent par-delà les langues, telles des passerelles qui ouvrent LARGE la VUE inscrite depuis l'origine dans EurOpe. Souhaitons donc déjà bonne année à l'Europe comme à Taizé !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.