martine silber
Martine Silber, journaliste sans journal
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

5 Éditions

Billet de blog 1 nov. 2012

Vases communicants : Second drôle

Le titre de ce billet peut surprendre les lecteurs habituels de ce blog...mais j'ai eu envie de me prêter au jeu des Vases communicants (pour en savoir plus voir ici) qui consiste le premier vendredi de chaque mois pour deux auteurs de blogs à écrire chacun sur le blog de l'autre.

martine silber
Martine Silber, journaliste sans journal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le titre de ce billet peut surprendre les lecteurs habituels de ce blog...mais j'ai eu envie de me prêter au jeu des Vases communicants (pour en savoir plus voir ici) qui consiste le premier vendredi de chaque mois pour deux auteurs de blogs à écrire chacun sur le blog de l'autre.

Je laisse donc la place à Loran Bart, rencontré depuis un bon moment sur Facebook parce qu'il y parle de Balzac, de Saché et de bien d'autres choses qui m'ont intéressées, amusées, intriguées. Mon billet est donc sur son site Notes Eparses à la rubriqueInvités : vases communicants...

À 7 ou 8 ans,

« tiens, comme tu aimes te déguiser, je t’ai inscrit au théâtre ».

MERCUTIO. - Où diable ce Roméo peut-il être ? Est-ce qu'il n'est pas rentré cette nuit ?

BENVOLIO. - Non, pas chez son père ; j'ai parlé à son valet.

Bon, le petit il ne dit rien, ça remplace le violon qu’il pratiquait allongé sur le parquet, façon rockeur des années 70, la posture des rockeurs sans le talent des rockeurs.

MERCUTIO. - Ah ! cette pâle fille au cœur de pierre, cette Rosaline, le tourmente tant qu'à coup sûr il en deviendra fou.

BENVOLIO. - Tybalt, le parent du vieux Capulet, lui a envoyé une lettre chez son père.

Bon, le petit, il est content sans le talent (du théâtre cette fois-ci), de faire le guignol le mercredi après-midi.

Il est content dans le groupe des petits,

MERCUTIO. - Un cartel, sur mon âme !

BENVOLIO. - Roméo répondra.

il est content au petit spectacle des petits devants les parents,

puis après il est content dans le groupe des grands.

MERCUTIO. - Tout homme qui sait écrire peut répondre à une lettre.
BENVOLIO. - C'est à l'auteur de la lettre qu'il répondra : provocation pour provocation.

Puis après il est moins content, parce que les impros thématiques il aime pas ; il est timide, il ne sait pas quoi dire, quoi inventer ; il aime pas que  tous les autres, plus grands encore que le petit devenant grand, le regardent, depuis leur côté obscur comme une meute aux yeux brillants, s’emberlificoter dans ses phrases sans intérêt.

MERCUTIO. - Hélas ! pauvre Roméo ! il est déjà mort : poignardé par l'oeil noir d'une blanche donzelle, frappé à l'oreille par un chant d'amour atteint au beau milieu du coeur par la flèche de l'aveugle archerot... Est-ce là un homme en état de tenir tête à Tybalt ?

BENVOLIO. - Eh ! qu'est-ce donc que ce Tybalt ?

Lâché dans l’arène aux mots, il aime pas. Vraiment pas.

Mais il continue, chaque année, il s’inscrit.

Devenu grand ado, le petit prend une certaine place, plus la persévérance que le talent pense-t-il encore aujourd’hui.

Bon, il n’est pas premier rôle, mais il est là, dans la distribution, il est là, sérieux quand les autres foutent en l’air une représentation devant un parterre important, foutue en l’air la représentation et la prof qui en pleure. Le groupe n’ira pas à ce festival avec ce spectacle sur les droits de l’enfant, donc.

MERCUTIO. - Plutôt le prince des tigres que des chats, je puis vous le dire. Oh ! il est le courageux capitaine du point d'honneur Il se bat comme vous modulez un air observe les temps, la mesure et les règles, allonge piano, une, deux, trois, et vous touche en pleine poitrine. C'est un pourfendeur de boutons de soie, un duelliste, un duelliste, un gentilhomme de première salle, qui ferraille pour la première cause venue.

(Il se met en garde et se fend. ) Oh ! la botte immortelle ! la riposte en tierce ! touché !
BENVOLIO. - Quoi donc ?

Bon il n’est pas premier rôle, mais il est là, dans la distribution, quand le groupe adulte monte une pièce filmée (un peu d’avant-garde, il faut l’avouer) et a besoin de constituer des binômes avec des ados.

Bon il n’est pas premier rôle, mais il est là, dans la distribution, quand il faut choisir 3 élèves pour aller au café de la Gare pour être toujours poético-d’avant garde. (souvenir, juste, d’un long tulle roulé que les 3 apprentis acteurs devaient ramener du fond vers le devant et que la camarade placée au milieu emmena à l’opposé, obligeant les 3 apprentis acteurs à reconsidérer et à adapter une bonne partie de la mise en scène).

Bon, même s’il se cache au fond, le petit, attendant avec impatience 17h & la fin du cours, en espérant n’avoir pas à improviser ce soir-là, même si tout cela, c’est tout de même lui qui est choisi, (pour son physique plus que pour son talent, l’étudiant cinéaste & son film de fin d’étude ne l’a pas vu sur scène 17h étant arrivé assez vite) pour faire le rôle d’un ado dégingandé qui s’enfuit d’une cave (pas une cave à vin, hein, l’autre cave, l’habituelle).

Bon c’est encore pour son physique (sa ressemblance avec son petit frère, lui aussi inscrit maintenant au groupe des petits) qu’il est choisi (avec sont petit frère donc) par la cinéaste New-Yorkaise pour son court métrage (tu vois, si quelques années après le petit a vu New-York, c’est grâce à cela. Prix du scénario au festival de Houston, sous les yeux de Sharon Stone paraît-il).

MERCUTIO, se relevant. - Au diable ces merveilleux grotesques avec leur zézaiement, et leur affectation, et leur nouvel accent ! (Changeant de voix.) Jésus ! la bonne lame ! le bel homme ! l'excellente putain ! Ah ! mon grand-père, n'est-ce pas chose lamentable que nous soyons ainsi harcelés par ces moustiques étrangers, par ces colporteurs de modes qui nous poursuivent de leurs pardonnez-moi, et qui, tant ils sont rigides sur leurs nouvelles formes, ne sauraient plus s'asseoir à l'aise sur nos vieux escabeaux ? Peste soit de leurs bonjours et de leurs bonsoirs.

(Entre Roméo, rêveur)

BENVOLIO. - Voici Roméo ! Voici Roméo !

Bon, il est toujours pas premier rôle, mais il est là, dans la distribution, il est là, il est Benvolio quand la petite troupe monte Roméo & Juliette.

© 

Après, fini le théâtre, plus l’acteur, à peine spectateur de temps à autre, spectateur dessinant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel