Outrages de et mes de Pierre-Yves Chapalain à L'Echangeur de Bagnolet

Mais qu'est-ce? Un texte très beau, très fort, avec des comédiens exceptionnels, une étonnante scénographie, des lumières, du son. Oui, c'est du théâtre. Mais quel théâtre? Contemporain ou élisabéthain? Une tragédie ou une comédie? Du burlesque? De l'absurde? Un drame? Un drame rural et maritime? Un drame social? Une pièce policière? Un jeu du chat et des souris? Des histoires d'amour? ...

02-outrages_c_elisabeth_carecchio8.jpg

Mais qu'est-ce? Un texte très beau, très fort, avec des comédiens exceptionnels, une  étonnante scénographie, des lumières, du son. Oui, c'est du théâtre. Mais quel théâtre? Contemporain ou élisabéthain? Une tragédie ou une comédie? Du burlesque? De l'absurde? Un drame? Un drame rural et maritime? Un drame social? Une pièce policière? Un jeu du chat et des souris? Des histoires d'amour? De passions amoureuses?

 

Il y a un couple. Des paysans. Ruinés. Ils ont tout perdu, leurs élevages, leurs terres. Et leur réputation. Le coupable, c'est leur voisin Edmond. Enfin, c'est ce qu'ils pensent et ce qu'ils disent. Toute leur misère, c'est lui qui en est responsable et coupable. Lui qui fait qu'ils n'ont plus rien. Et qu'ils souffrent. Et qu'ils éprouvent une haine immense.

 

02-outrages_c_elisabeth_carecchio9.jpg

Et puis, il y a leur fille, Mathilde qui fait des ménages pour vivre et qui aime bien se promener sur une barque, en mer, par temps calme ou marcher sur la grève.

 

Mais  Mathilde fait le ménage chez Edmond.

 

 Et Mathilde est subjuguée par Edmond. Par les mots d'Edmond.

 

Alors comme un ultime affront, Edmond qui n'a pas d’enfants a résolu de léguer tout ce qu'il possède à Mathilde. Mais il y a une clause, une toute petite clause: à condition que Mathilde lorsqu'elle mourra à son tour, repose à côté de lui.

 

02-outrages_c_elisabeth_carecchio4.jpg

Et puis, il y a Margot, l'amie d'enfance de Mathilde, qui est partie et qui revient. Margot, mystérieuse et forte. Bien plus forte que Mathilde. Et même plus forte qu'Edmond.

 

Mais au-delà de l'histoire, des personnages, des comédiens, du décor à surprises et à transformations,  il y a surtout un texte. Un texte qui bouscule les mots, les images, les pensées. Un texte qui fait que l'on ne sait plus ce que l'on vient de voir et ça fait du bien.

 

Le spectacle créé au Théâtre de Sartrouville et qui a déjà beaucoup tourné est à découvrir d'urgence (jusqu'au 10 novembre)avant de repartir pour les Scènes du Jura, le 13 décembre.

 

Toutes les infos ici

 

Photos : Elisabeth Carecchio

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.