martine silber
Martine Silber, journaliste sans journal
Abonné·e de Mediapart

184 Billets

5 Éditions

Billet de blog 13 nov. 2015

martine silber
Martine Silber, journaliste sans journal
Abonné·e de Mediapart

La Volupté de l'Honneur de Pirandello mes de Marie-José Malis à La Commune d'Aubervilliers

martine silber
Martine Silber, journaliste sans journal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marie-José Malis, la directrice du Théâtre de La Commune (re)met en scène La Volupté de l'Honneur de Luigi Pirandello, pièce assez peu connue, assez peu jouée, qu'elle avait créée en 2012, à La Comédie de Genève.

 La situation de départ tient du théâtre bourgeois, du théâtre de divertissement: une jeune femme, Agata, est enceinte de son amant, marié, le comte Fabio. Pour sauver sa réputation, le comte et sa mère, la signora Maddalena, ne voient qu'une solution, la marier à un autre. Encore faut-il trouver le pigeon adéquat. L'ami du comte, Maurizzio, joue les entremetteurs et propose un ami d'enfance, Angelo Baldavino, joueur déclassé, ruiné, ayant tout perdu même ou  "fors l'honneur"?

 D'emblée, Baldovino joue cartes sur table. Il accepte le marché mais se comportera en tyran. Si l'on veut sauver les apparences, encore faut-il en  envisager  les conséquences. Ce que le comte accepte sans trop y réfléchir.

Et Baldovino tient parole. Maître de la maisonnée, il fait aussi fructifier avec succès une entreprise commerciale. Il veille à tout, enferme tout le monde dans une honnêteté rigoureuse et glaçante à commencer par lui-même. L'honneur est sauf mais à quel prix?  Ce qu'il a promis, il le tient. La femme a besoin d'un époux honnête, l'enfant d'un père irréprochable? Il les incarne. Est-il sincère? Un Tartuffe à l'envers?

 C'est tout l'enjeu, le paradoxe: il joue, il porte le masque de la probité, il agit et parle en homme d'honneur et il y prend ce plaisir voluptueux.

Mais peut-on souffrir de ne pas être vraiment celui que l'on prétend être? Peut-on tomber les masques ou s'y enferrer comme dans une prison?

La mise en scène joue sur une lenteur peu habituelle mais qui grâce à l'excellence et l'énergie des comédiens devient vite totalement naturelle et surtout porte une vraie tension.

On est happés, fascinés, on n'en perd pas une nuance, un sourire, une grimace, un cri, un murmure. Le jeu est souvent frontal, prenant le public à témoin (la salle reste allumée pendant presque tout le temps de la représentation) quitte à ce que les personnages dialoguent en se tournant le dos.

Puis, ils reprennent un jeu plus classique en s'adressant vraiment les uns aux autres. Cette alternance troublante, cette exigence demandée aux acteurs est formidable.

 La scénographie est revêtue de probité candide, tout en blanc. En contrepoint, la laideur des éléments de décor (chaises moches, table moche, un  rideau de scène rouge à l'ancienne qui semble rescapé d'une salle des fêtes abandonnée. ..)   et surtout des costumes (une envolée de tissus à carreaux déclinés en thème et variations dans la deuxième partie) donne un aspect grotesque, voire clownesque, qui provoque le rire, vite étouffé.

 Car la comédie bourgeoise s'est transformée sinon en tragédie , du moins en drame humain.

Photos: Victor Tonelli (en haut) et Willy Vainqueur

Toutes les infos ici

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère