Une autre approche du théâtre japonais

Le Théâtre du Soleil, dans le cadre du Festival de L'imaginaire, a invité la troupe de théâtre kyôgen du comédien et directeur de théâtre Mansai Nomura pour deux spectacles «abrités» par le Théâtre de L'Aquarium, à la Cartoucherie de Vincennes.
Kiogen-des-Erreurs2_Shinji-Masakawa-web.jpgLe Théâtre du Soleil, dans le cadre du Festival de L'imaginaire, a invité la troupe de théâtre kyôgen du comédien et directeur de théâtre Mansai Nomura pour deux spectacles «abrités» par le Théâtre de L'Aquarium, à la Cartoucherie de Vincennes. Ces spectacle sont terminés et je m'interdis normalement de publier après coup, mais la situation actuelle au Japon est suffisamment grave pour faire une exception à la règle : nous connaissons si mal ce pays, nous avons tant de préjugés qu'il m'a paru important de signaler cette forme de théâtre qui va à l'encontre de tout ce que nous croyons savoir et qui prouve aussi que les Japonais connaissent mieux nos classiques que nous connaissons les leurs....

 

 

Quelques infos sur le kyôgen en cliquant ci-dessus, mais il suffit peut-être de dire que les spectateurs enthousiastes s'amusent beaucoup et qu'une fois de plus, la curiosité est bien récompensée. Soyons donc à l'affût de prochaines rencontres....

 

 

Kusabira003-by-Yuu-Kamimaki_web.jpg

Deux petites pièces, Boshibari (un maître aux prises avec ses deux valets voleurs de saké) et Kusabira (l'invasion d'étranges champignons) permettaient de prendre la mesure de ce théâtre populaire avant l'entracte (et la possibilité de se restaurer "à la japonaise" dans la bonne humeur et la bousculade comme c'est toujours le cas au Soleil).

 

 

Après ces mises en bouche, Mashigai no Kyôgen ou Le Kyôgen des erreurs (La comédie des erreurs) faisait figure de plat de résistance.. Des personnages enveloppés dans de longs manteaux noirs (j'ai cru qu'une dame en burka m'avait piqué ma place) parcouraient les rangées en se moquant des spectateurs, en essayant de leur voler leurs vêtements ou en se disputant entre eux, marmonnant des "ya ya" qui devenaient peu à peu "ya ya koshi ya", "que c'est compliqué". L'adaptation est à la fois fidèle à Shakespeare et au Kyôgen. Le spectacle a d'ailleurs été joué au Globe, à londres, en 2001.

 

Kyogen-des-Erreurs-Shinji-Masakawa_web.jpg

Pas besoin d'avoir la moindre connaissance des pratiques théâtrales au Japon, le spectateur occidental est d'emblée à son aise aussi bien dans les deux premières pièces que dans la suivante. Des maîtres floués par leurs valets, des créatures bizarres et surnaturelles, des charlatans ridiculisés, des quiproquos, des sosies et des jumeaux, on en connaît des tripotées. Tout est simple même si les mimiques, la gestuelle, les contorsions, les démarches (irrésistibles pour les champignons) le ton des voix, les chants demandent aux comédiens des performances considérables.

 

On se régale de bout en bout, les gags se succèdent, le rythme est tout en glissé-sauté, les entrées et les sorties parfaitement réglées. Jamais le Japon ne nous a paru si proche.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.