Le livre numérique progresse et fait polémique

Qu'est ce donc qu'un livre électronique?Toujours à la pointe de l'actualité , je viens de lire ce billet de Thierry Crouzet qui lui-même renvoie à d'autres billets.

9782814504219_1_m.jpgQu'est ce donc qu'un livre électronique?Toujours à la pointe de l'actualité , je viens de lire ce billet de Thierry Crouzet qui lui-même renvoie à d'autres billets.

 

François Bon, écrivain devenu éditeur, (voir son site publie.net ) a communiqué il y a quelques jours quelques informations : sa plateforme a atteint le 28 décembre précisément les 10 000 téléchargements individuels pour l’année 2010, à comparer aux 2800 de l’année 2009. "D’autre part, net renforcement de la lecture par abonnement (sur laquelle nous redistribuons 30% des recettes nettes à nos auteurs par péréquation des pages lues, et 50% sur les recettes nettes téléchargement). Nous avons fêté ce passage symbolique par la diffusion gratuite pendant 10 jours, chez tous nos revendeurs, d’un texte de Martin Winckler, son Petit afflictionnaire médical.". L’essor de la diffusion a permis cette semaine une baisse sensible de tarifs puisque l’ensemble des titres est à 3,49 euros,. Les textes sont sans DRM (Digital Rights Management), les fameux droits numériques censés protéger les droits d'auteur et sont téléchargeables (selon les titres en plusieurs formats)

 

Ces infos de publie.net ont généré cet autre billet sur la plateforme numérique des libraires indépendants, e-pagine.

 

Mais toujours dans la même semaine, on peut lire aussi ce billet extrêmement violent de Juan Asensio contre François Bon, publie.net, le numérique et la littérature française contemporaine sur son site Stalker dont l'objectif est de "disséquer le cadavre de la litttérature".

 

NDLRU (note de la rédaction unique), lire aussi à propos des DRM, ce billet sur clubic.com (Fnac: Le DRM tue le livre électronique) qui fait suite à l'agacement de Korben sur son blog (Fnuck la Fnac et ses ebooks aux DRM).

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.