Théâtre: L'Homme Jasmin à L'Echangeur de Bagnolet

t%C3%A9l%C3%A9chargement%20%282%29.jpg

Il ne reste plus beaucoup de temps pour aller découvrir L'Homme Jasmin à L'Echangeur (jusqu'au 28 mars) mais il est encore temps, justement. C'est avant tout un texte, le livre (traduction de l'allemand par Ruth Henry et Robert Valençay,"L'Imaginaire", Gallimard) d'Unica Zurn (voir plus bas pour les infos) confié à cinq comédiennes (Anne Alvaro, Ulla Baugué,Marilu Bisciglia, Ariane Gardel et Magali Montoya qui a porté le projet et assuré l'adaptation et la mise en scène) qui en donnent une éblouissante lecture chorale. Vêtues de noir (comme l'était toujours nous dit-on Unica Zurn), elles se déplacent sur fond blanc, un grand carré de sel qui crisse et fait des vagues comme un jardin zen, où elles inscrivent des noms de lieux. Ceux des villes ou des hôpitaux psychiatriques où Unica Zurn a séjourné.

t%C3%A9l%C3%A9chargement%20%281%29.jpgCar il s'agit de folie. Sans apitoiement, sans démonstration. Le texte écrit à la troisième personne décrit des hallucinations parfois si belles, si poétiques , qu'on regrette presque de ne pouvoir éprouver les mêmes. Mais aussi les visites des amis, les rencontres, les dessins , les anagrammes qu'elle affectionne et qui sont de toute beauté, les crises de violence qui lui font jeter ses chaussures par la fenêtre (elle se défenestrera par la fenêtre de l'appartement qu'elle partageait avec Hans Bellmer), les rêves, les errances. Parfois, on détecte aussi une sorte d'amusement, un ton presque guilleret, une légèreté de l'être.

Les comédiennes glissent comme des cygnes noirs sur le tableau blanc, valsent, s'enfuient, courent, lisent devant un pupitre, les voix se séparent ou s'entremêlent, s'entrechoquent ou s'envolent.

On ne peut que souhaiter que le spectacle soit repris ailleurs et pour plus longtemps tout en rendant grâce à l'Echangeur pour ce moment choc et doux.

 

Photos: Hervé Bellamy

 

Les infos , en cliquant sur le titre. Plein de photos (attention protégées par droit d'auteur), ici et le dossier de presse (très riche) ici. D'autres infos sur Unica Zurn ici ou encore ici.

 

Et le billet de Veronique Klein, ici même

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.