Khaled Kelkal , une expérience de la banlieue, à Nanterre

Théâtre politique? Théâtre documentaire? Théâtre philosophique? Ou encore théâtre journalistique...? En tous cas, quelque chose que l'on n'a pas l'habitude de voir. Lors de la première mise en scène à l'automne 2006, Roger des Prés s'était vu accuser de "prôner le terrorisme" (voir ici ou ici pour les abonnés du Monde).

Théâtre politique? Théâtre documentaire? Théâtre philosophique? Ou encore théâtre journalistique...? En tous cas, quelque chose que l'on n'a pas l'habitude de voir. Lors de la première mise en scène à l'automne 2006, Roger des Prés s'était vu accuser de "prôner le terrorisme" (voir ici ou ici pour les abonnés du Monde).

(voir l'article de ), et le 7 octobre dans Le Monde, un long entretien avec le jeune homme réalisé par un sociologue allemand, Dietmar Loch, en 1992 , lors d'une étude sur l'intégration effectuée dans la banlieue lyonnaise.

C'est ce texte qui est repris à La Ferme du Bonheur avec un jeune comédien, Antoine de Benoist de Gentissard dans les mots de Khaled Kelkal et le metteur en scène à la place du sociologue.

lui qui a appris à lire l'arabe "en une semaine". L'impossibilité de se "concentrer" , "nous, on ne peut pas se permettre, les gens nous voient du mauvais oeil".

,de ce que cela lui a apporté d'aller à la mosquée. Là, il se sent à l'aise, respecté, heureux, sans doute.

cette lettre envoyée par des lycées de Colombes à Jacques Chirac après les événements de 2005).

contact@lafermedubonheur.fr - www.lafermedubonheur.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.