martinestorti
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2018

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

A propos du «féminisme intégral»: une entreprise de brouillages et de captation

Après le « nationalisme intégral » de Maurras, ou le « voile intégral » de certain-es islamistes, c’est un « osez le féminisme intégral ! » que prône la revue Limite. Quand l’anti-féminisme, voire l’ante-féminisme se déguisent en féminisme.

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article paru dans Libération du 26 avril 2018 sous le titre "Attention, détournements de féminismes"

Il fut un temps où l’on entendait souvent « je ne suis pas féministe, mais… ». Les temps changent. Le mot « féminisme », voué aux gémonies il y a encore quelques années, est devenu très mode.

Tellement d’ailleurs qu’il recouvre désormais des prises de positions et des conceptions totalement opposées. Ainsi, pour ne prendre que quelques exemples, se qualifient de féministes aussi bien des personnes qui critiquent le port du voile ou du burkini que celles qui le défendent ; ou bien celles qui luttent contre le harcèlement et celles qui voient dans la « liberté d’importuner » une « condition indispensable à la liberté sexuelle » ; ou encore celles qui identifient universalisme et racisme comme celles qui rabattent l’émancipation des femmes sur l’identité nationale.

Que les féministes ne soient pas d’accord entre elles n’est pas gênant. C’est même plutôt un signe de santé dont il faut se réjouir. Mais ne s’agit-il toujours que de désaccords, de divergences, voire d’une extension du domaine du féminisme ? Ou bien d’entreprises de brouillard et de brouillages, de détournement et de captation d’un mot, d’anti-féminisme, voire d’ante-féminisme qui se déguisent en féminisme ?

La palme, si j’ose dire, revient aux promoteurs du « féminisme intégral », dernier adjectif arrivé sur la scène. Après le « nationalisme intégral » de Maurras, ou le « voile intégral » de certain-es islamistes, c’est un « osez le féminisme intégral ! » que prône la revue Limite.

On savait que les fondateurs de la dite revue avaient été des animateurs de la Manif pour tous, se qualifiaient de « conservateurs », de « catholiques », mais « féministes », c’est assez surprenant !

Que proposent-elles, ces « féministes intégrales », dans le manifeste concocté par Eugénie Bastié, journaliste au Figaro, et Marianne Durano, agrégée de philosophie (je reprends la manière dont elles se présentent) ?

« Intégral » ne signifie nullement la prise en charge de l’ensemble des questions qui concernent les femmes. Il signifie la réduction des femmes, de la féminité à un seul aspect, la maternité et à la défense « des mères sacrifiées et des corps bafoués ».

Bafoués par qui ? Par quoi ? Par le féminisme dit « médiatique », le féminisme dit « conventionnel », le féminisme « beauvoirien », bref le mauvais féminisme porteur de la contraception, de l’avortement, de la PMA, de la GPA, tout cela mis sur le même plan et dans l’occultation totale de désaccords qui traversent les rangs des « féministes qui se trompent » !

Ce « féminisme intégral » n’est rien d’autre que la remise au goût du jour de la formule d’Hippocrate « tota mulier in utero », « la femme est tout entière dans son utérus ». Et l’ensemble des revendications avancées porte sur la prise  en compte de la maternité, qu’elle soit effective (congés, prise en charge des enfants non désirés) ou potentielle (diminution des avortements, déremboursement de la contraception, retour à des « méthodes de régulation naturelle » basé sur « des temps pour s’unir, des temps pour s’abstenir »…)

Ce retour au « monde d’avant » ne se donne évidemment pas comme tel mais s’habille, se déguise d’une triple manière en s’auto-proclamant « antilibéral »,  « écologique » et « féministe ».

Habillage antilibéral en mettant un signe égal entre libéralisme politique, libéralisme culturel et néolibéralisme économique. Limite n’inaugure pas cette assimilation des trois qui est une figure que l’on trouve dans tous les livres de Jean-Claude Michéa, ou dans la revue de la vieille « nouvelle droite » Eléments.

Habillage écologique en défendant la nature contre l’artifice, le chimique qu’est par exemple la contraception.

Habillage féministe qui joue sous deux registres.

Premier registre : les femmes, à cause de leur libération, ont été dépossédées de leur corps par un autre corps, le corps médical. Bref elles n’ont fait que « passer d’une soumission à une autre ». Mettre ainsi un signe égal entre les grossesses non désirées, les avortements clandestins qui parfois signifiaient mutilations, mort, ou bien emprisonnement avec la pilule, en effet c’est osé !

Second registre : l’égalité dans la sexualité. Le refus de la conséquence éventuelle d’un acte hétérosexuel, à savoir la grossesse, doit être de la responsabilité des deux partenaires, femme et homme. Pas de raison que la femme porte seule la charge contraceptive. Parfait. Et comment s’y prend-on ? Le Manifeste répond : « il est urgent de revaloriser la fidélité conjugale » et tout aussi urgent «  que les hommes retrouvent le sens de leurs responsabilités ». Comme avant ? Oui comme avant.

Si les hommes doivent en effet retrouver ce sens, c’est qu’ils l’ont perdu et qu’il existait avant. Avant quoi ? Avant la déplorable révolution sexuelle, avant Mai 68, avant les funestes années 70. Dans cet « avant » idyllique dont la littérature des siècles passés nous donnent un aperçu, pas de mariages contraints, pas de femmes abandonnées parce qu’enceintes, pas d’infidélités et tromperies de l’épouse mais le plus souvent de l’époux…

Il est étrange de voir des jeunes femmes reprendre à leur compte une si traditionnelle conception de de la féminité, du féminin, du partage sexuel entre les femmes et les hommes, de la place et du rôle des femmes.

C’est évidemment leur droit de s’y inscrire et de s’atteler à sa restauration. Mais leurs ancêtres avaient plus de courage, qui ne se baptisaient pas féministes !

 Martine Storti

Dernier ouvrage publié Sortir du manichéisme, des roses et du chocolat, ed Michel de Maule

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica