martinestorti
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2014

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

A propos du genre: osez la liberté

Chaque génération de féministes en fait hélas l’apprentissage. De la bêtise, de la manipulation, et pour une part plus réduite, de la saloperie. Le débat qui se joue depuis quelques semaines sur la scène médiatico-politique française en est la démonstration.

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque génération de féministes en fait hélas l’apprentissage. De la bêtise, de la manipulation, et pour une part plus réduite, de la saloperie. Le débat qui se joue depuis quelques semaines sur la scène médiatico-politique française en est la démonstration. Une fois de plus en effet il faut entendre ce que Simone de Beauvoir a entendu lors de la publication de son livre « Le deuxième sexe » dans les années 50, ce que d’autres avant elle avaient entendu, au long des décennies antérieures, ce que comme les autres filles du MLF, j’ai entendu dans les années 70 et que l’on entend encore, au grand étonnement des jeunes et dynamiques féministes d’aujourd’hui : qu’il faut s’en tenir à la nature, qu’oser affirmer qu’il y a une part culturelle et donc construite dans ce qui s’appelle le masculin et le féminin annule la différence des sexes, que l’égalité entre les hommes et les femmes fait perdre à ces dernières leur féminité… Autant de répétitions, décennie après décennie, siècle après siècle ! 

Il fut un temps où c’était l’absence de corset ou le port du pantalon qui ôtaient aux femmes leur féminité, un autre l’idée saugrenue qu’elles s’étaient mises en tête, devenir par exemple ingénieure, pilote d’avion, polytechnicienne ou chirurgienne…Mais ce qu’elles étaient depuis fort longtemps, parce qu’il y a fort longtemps que les femmes travaillent, par exemple femmes de ménage, paysannes courbées sur les champs, ouvrières à la mine ou à l’usine, toutes ces activités, bien sûr, ne nuisaient pas à leur féminité, et n’annulaient pas la différence des sexes !

 Quand même souligner qu’il était difficile de penser en 2014 qu’un projet bienvenu comme les ABCD de l’égalité, et somme toute assez banal quand au fond, allait susciter une telle litanie d’énormités. Projet banal en effet que de montrer non pas qu’il n’y a pas de nature dans le féminin et le masculin, mais de montrer que la nature n’est pas seule en cause, qu’il y a aussi une part importante de social, de culturel, que cette part, construite, varie donc selon les époques et les sociétés, qu’elle n’est pas immuable, qu’il y a donc et c’est heureux plusieurs manières d’être petite fille et petit garçon, femme et homme. Ou pour le dire autrement et encore plus banalement qu’une petite fille qui a envie de courir, jouer au football, grimper aux arbres et s’amuser avec des autos miniatures n’est pas forcément un garçon manqué et qu’un petit garçon qui a envie de jouer à la poupée ou à la dinette n’est pas forcément une « femmelette ». Ces ABCD ajoutent que la différence des sexes ne justifie pas la hiérarchie des sexes et que certains a priori sur la féminité et la masculinité - a priori qu’on peut aussi appeler préjugés, stéréotypes - peuvent produire des blessures, des souffrances, des  discriminations.

 Les dénonciateurs  de ces ABCD et qui veulent leur suppression, affirment qu’ils ne sont pas contre l’égalité entre les filles et les garçons. Pas contre l’égalité, il se peut. Mais contre la liberté, sûrement.

Reprécisons : la question des femmes ne renvoie pas seulement à l’égalité avec les hommes, qui, depuis plusieurs années, semble être devenu le discours incontournable des droits des femmes, voire d’une bonne partie du mouvement féministe. Egales bien sûr, les femmes doivent l’être. Mais l’égalité ne suffit pas. L’égalité ne vaut pas émancipation. A l’égalité il faut ajouter la liberté. Et c’est précisément parce qu’il y a deux sexes, et c’est précisément parce qu’il y a de la différence, et parce que oui une part de cette différence est irréductible -et dire cela n’est pas naturaliser, ni même essentialiser le féminin-, que la liberté est nécessaire, indispensable.

Par quoi les féministes des années 70 ont-elles commencé ? Par la maitrise du corps. Par la liberté du corps. Contraception, droit d’avorter, lutte contre le viol, parce qu’il y va de la liberté des femmes, liberté insupportable à certains. Je devrais dire à beaucoup.

 Or il est intéressant de constater que ces mots, liberté, libération, émancipation ont quasiment disparu, lorsqu’il est question des femmes, en particulier dans les instances gouvernementales, ou dans les organisations européennes, internationales, multilatérales. Il est dit et écrit « égalité entre les femmes et les hommes », mais pas « liberté des femmes ». « Liberté, ça choque trop » m’expliquait il y a peu un diplomate français. J’ajoute que le mot « genre », ce mot qui excite tant certain-es en France, est jugé aussi dans nombre de pays et dans la plupart des réunions internationales comme plus acceptable, plus modéré en quelque sorte que d’autres mots, considérés presque comme des gros mots, tels  libération des femmes ou féminisme. Et d’une certaine manière, ce n’est pas faux. Car le « genre » ne suffit pas à rendre compte de la domination, de la marchandisation des femmes, de leur contrôle.

 Mais ces stratégies de dissimulation n’évitent rien, Les religions d’ailleurs ne s’y sont pas trompé, ne s’y trompent toujours pas et font alliance. Hostiles à cette maîtrise par les femmes de leur corps, à cette liberté des femmes comme on le voit aujourd’hui, qu’il s’agisse, pour ne prendre que ces deux exemples, de l’avortement ou du voile.

 Pour en revenir à ces ABCD expérimentés dans quelques écoles françaises, ils auraient dû s’appeler « ABCD de l’égalité et la liberté ». De les avoir mal nommés n’a pas empêché les cris d’orfraie. Pour la suite, il faudra oser mettre la carte sur la table, c’est-à-dire la carte de l’émancipation réelle qu’il faut concevoir comme Pierre Mendès France concevait la  République, « éternellement révolutionnaire à l’encontre des inégalités, de l’oppression et de la misère, de la routine, des préjugés et éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac