martinestorti
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2018

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

De l’usage idéologique du mot «néo-féminisme»

Le mot « néoféminisme » ne désigne pas les jeunes féministes pour les distinguer de leurs ancêtres du MLF. Ce terme a une fonction idéologique. Il sert moins à exprimer un désaccord qu’à nommer le féminisme ou les féministes qui ne conviennent pas, ou qui ne sont pas convenables. Il est un outil de disqualification plurielle.

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Le mot « néo-féminisme » a le vent en poupe. Désigne-t-il les jeunes féministes, pour les distinguer de leurs ancêtres du MLF ? Pas seulement. Et même plutôt pas. Ce terme, souvent utilisé notamment par Le Figaro, Causeur, Valeurs actuelles, La revue des deux mondes a une fonction idéologique. Il sert moins à exprimer un désaccord qu’à nommer le féminisme ou les féministes qui ne conviennent pas, ou qui ne sont pas convenables. Il est un outil de disqualification plurielle.

 Et la liste est longue, d’autant que le terme néo-féministe peut désigner différents positionnements, en les séparant et/ou en les amalgamant. Il faut noter que souvent l’article utilisé n’est pas « des » néo-féministes, ce qui permettrait de faire des distinctions, mais « les » néo-féministes, façon de globaliser et de faire fi des nuances

Ainsi des personnes en désaccord avec les campagnes MeToo et BalanceTonPorc, imputent leur origine non pas au féminisme mais au néo-féminisme, lequel est illico presto jugé acteur et producteur d’un féminisme « puritain », « moraliste », « victimaire », « punitif », « justicier », « délateur », «  cafteur », « agent de la censure », « ennemi de la liberté sexuelle », « harceleur » et même « totalitaire ». Tous ces mots et adjectifs ont été utilisés depuis le début de l’affaire Weinstein dans des articles, des tribunes, des entretiens…

Ah bien sûr une grande partie des personnes qui vilipendent ce néo-féminisme prennent soin de se revendiquer du féminisme, l’ancien féminisme, le bon féminisme, celui de Beauvoir, celui des années 70, celui du temps béni du MLF, qui n’aurait jamais été stigmatisé. Elles ignorent, elles oublient (ou elles font semblant d’oublier) ce que Simone de Beauvoir a reçu comme injures, accusations, anathèmes, menaces même lors de la parution de son livre Le deuxième sexe, en 1949. Et des années plus tard, en 1960, Beauvoir soulignait encore à quel point elle avait été « étonnée par les fureurs que Le deuxième sexe a déchainées ».

Les mêmes personnes oublient aussi (ou font semblant d’oublier) ce que les filles du MLF ont entendu du temps où elles luttaient pour la libéralisation de l’avortement ou contre le viol, du temps où elles dénonçaient jour après jour le patriarcat, le machisme, le sexisme.

Parfois aux adjectifs que j’ai précédemment cités s’ajoutent deux reproches : la « guerre des sexes » et l’« annulation de la différence des sexes » qui seraient fomentées par les néoféministes du XXIème siècle, ancestraux reproches puisque déjà énoncés deux siècles plus tôt !

Enfin, « les », (toujours « les » et jamais « des ») néo-féministes seraient coupables de ne s’en prendre qu’au « mâle blanc » et de témoigner une bien dommageable indulgence à l’égard des agressions et des violences lorsqu’elles sont commises, au choix, par des « immigrés », des « musulmans », des « islamistes »,  des « Arabes », des « Noirs ».

Certes, il est tout à fait légitime de critiquer telle ou telle action, campagne, position, analyse, déclaration. Je suis quant à moi en désaccord avec bien des féministes d’aujourd’hui, jeunes et moins jeunes et sur de nombreux sujets. Mais je sais qu’elles ne pensent pas toutes la même chose, et je refuse la pratique de la globalisation et de l’amalgame. On peut par exemple être favorable à MeToo, c'est mon cas et en même temps dénoncer les agressions sexuelles, quel qu’en soit l’auteur, quelle qu’en soit sa couleur de peau ou son appartenance sociale ou religieuse.

La palme de cette pratique de l’amalgme revient sans doute au numéro d’avril de la revue Causeur. Je savais que cette revue n’avait pas un goût prononcé pour la nuance. Mais dans ce mois où il ne faut pas « se découvrir d’un fil », comme le dit le proverbe, le fil dont se couvre Causeur est une grosse corde.

Aux habituels et globalisant anathèmes lancés contre le néo-féminisme par Alain Finkielkraut s’ajoute un article inouï de Peggy Sastre.

Initiatrice de la tribune dite « des 100 femmes » ou encore dite « tribune Deneuve » publiée en janvier 2018 par Le Monde, celle-ci ose rapprocher #Metoo des lynchages racistes et des accusations délibérément mensongères de viols de femmes blanches par des Noirs aux USA !

Sur la page qui suit cet article Eugénie Bastié se félicite de la dénonciation du « néoféminisme victimaire » opérée par « Peggy » qui « est drôle » et qui a « du cran ». « Drôle », je ne sais pas, mais « du cran », il en faut en effet pour écrire les ignominies qui figurent dans l’article titré « La ballade des pendus »

J’ajoute que le féminisme beauvoirien, défendu par Finkielkraut dans le même numéro pour mieux disqualifier « le néo-féminisme », est farouchement détesté par Bastié et ses ami-es de la revue Limite. Mais à Causeur, on fait fi de telles contradictions, on accepte toutes les alliances, dès lors qu’elles nourrissent le réquisitoire conduit jour après jour et depuis des années contre les néo-féministes, manière de s’en prendre au féminisme, qu’il soit néo ou archéo !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin