martinestorti
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2021

A propos des réunions en non mixité

De la non mixité de sexe à la non mixité dite "de race", des années 1970 à aujourd'hui

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quarante-cinq ans, en mars 1976, se tenait à Bruxelles le Tribunal international des crimes contre les femmes, avec près d’un millier de participantes, venues de nombreux pays pour témoigner des multiples violences subies et des multiples manières de les combattre.

Sur quoi les comptes rendus de plusieurs médias de l’époque insistèrent-ils en priorité ? Sur le fait que les cinq journées étaient interdites aux hommes, fussent-ils journalistes. La non-mixité de sexe se transformant même, par exemple pour Paris Match – j’ai l’article sous les yeux – en «tribunal anti-hommes». On devine que si avaient alors existé Internet, réseaux sociaux et chaînes d’infos en continu, ledit tribunal les aurait occupés un moment !

Ce n’était pas la première fois, cependant, que la non-mixité de sexe suscitait critiques, énervement, injures et polémiques. Elle choqua dès les débuts du MLF (mouvement de libération des femmes) et tout au long des années 70. Cet «entre-femmes» délibéré était insupportable à beaucoup, hommes comme femmes. Combien de fois les filles du MLF ont-elles entendu les antiennes, énoncées en mode modéré : «Sans le soutien des hommes, vous n’y arriverez jamais», «il faut se battre ensemble» ou plus souvent en mode vindicatif : «Haine des hommes», «toutes des lesbiennes», des «hystériques», des «mal baisées» et j’en passe !

C’est qu’il y avait en effet dans cette affirmation que les femmes devaient se retrouver entre elles et seulement entre elles pour tracer un chemin de libération, une audace inadmissible, d’autant qu’elle émanait d’un camp politique, celui de l’extrême gauche, qui affirmait sans cesse la nécessaire articulation – on ne parlait pas alors d’intersectionnalité – de toutes les luttes.

Peut-on comparer cette non-mixité de sexe à la non-mixité dite de race ou de couleur de peau qui fait actuellement débat ? Je le crois. Des réunions sans participation de personnes blanches ne me semblent pas mettre en danger l’ordre républicain, comme cela a été dit et répété. Et ledit ordre me paraît bien davantage menacé par des inégalités et des discriminations que par quelques personnes noires qui décident de se réunir entre elles !

Si l’on débattait un peu calmement, en refusant la partie de ping-pong quotidienne entre des dogmatismes concurrents peut-être pourrait-on alors accepter qu’un mouvement d’émancipation ou de lutte contre des discriminations puisse avoir besoin d’un entre-soi libérateur pour se connaître et se reconnaître, se rencontrer et se raconter, pour découvrir un vécu commun, des expériences similaires.

Peut-être pourrait-on aussi faire une distinction entre cette démarche et des idéologies qui trop souvent l’accompagnent, l’instrumentalisent ou la récupèrent. L’une n’entraîne pas nécessairement les autres.

Certaines militantes du MLF tiraient de la non-mixité de sexe la nécessité d’une séparation totale avec les hommes, aussi bien dans la vie publique que dans la vie privée, mais toutes n’ont pas pensé, agi et vécu ainsi. De même, dans ces années 70, Awa Thiam jugeait nécessaire de fonder une coordination des femmes noires tout en étant farouchement universaliste.

Aujourd’hui, il serait bon de ne pas assimiler réunions non-mixtes et idéologie décoloniale, celle qui essentialise blancs et non-blancs, qui considère la modernité occidentale comme intrinsèquement coloniale, impérialiste et raciste, et fait de la France une incarnation exemplaire de ce mal absolu ! Mais il serait bon aussi que les tenant·e·s de cette non-mixité affirment fermement que leur démarche ne se confond pas avec un tel catéchisme.

 Article in Libération 23 mars 2021

https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/un-mouvement-demancipation-peut-avoir-besoin-dun-entre-soi-liberateur-par-martine-storti-20210323_7VH6E4DY3BB5HED342NYR24KDU/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti conservateur n’ont guère d’idées face à la crise inflationniste qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon