martinestorti
Abonné·e de Mediapart

47 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2021

En Afghanistan ou ailleurs prendre sa part d'un combat universel

Dire, comme le font certain.e.s, aux Aghan.e.s libéré.e.s de traditions religieuses ou culturelles oppressives qu’ils font partie d’une « élite occidentalisée », qu’ils ne sont pas le peuple afghan, c’est leur adresser le même discours que celui des Talibans qui eux aussi ne cessent de leur répéter qu’ils ne sont ni des bons musulmans, ni de vrais Afghans.

martinestorti
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un récent entretien à l’hebdomadaire Marianne, Hubert Védrine soulignait qu’il ne suffit pas d’être à Kaboul pour avoir la main sur l’Afghanistan tout entier. Il a raison. Un comble cependant de la part de celui qui, quand il était ministre des Affaires étrangères au début de l’année 2002, ne s'intéressait, pour ne prendre que l'exemple de l’aide éducative, qu’à la réouverture des deux lycées franco-afghans, Esteqlal et Malalaï, situés en plein centre de la capitale afghane. L’idée d’aller reconstruire des écoles ailleurs, dans d’autres villes, dans des villages de montagne lui était totalement indifférente.

Il a fallu batailler ferme - je parle d’expérience - pour obtenir des financements du ministère de l’Education nationale, de l’Assemblée nationale, du Sénat et que quelques collectivités territoriales pour contribuer, en partenariat avec des associations et des ONG, à la réhabilitation d’écoles et de lycées aussi bien dans les banlieues de Kaboul qu’à Mazar i Sharif,  dans la vallée du Panshir qu’à Jalalabad, à Istalif qu’à Nahrin, à Charikar qu’à Pul i Khumri pour ne citer que ces quelques lieux !

Il n’était pas alors nécessaire d’être un expert en géopolitique pour comprendre, qu’après la chute du régime taliban, il était urgent et décisif, quel que soit le domaine d’action envisagé,  de ne pas se concentrer sur Kaboul mais d’intervenir, en partenariat avec la population afghane, dans l’ensemble du pays.

De même il était aisé de constater que, contrairement à ce que je lis et j’entends ici ou là depuis le retour au pouvoir des Talibans, que les Afghans n’étaient pas ignorants de ce qu’était la démocratie. Sans doute pas tous mais beaucoup et pas seulement dans les grandes villes. Que de mépris dans la bouche ou sous la plume de ces donneurs de leçons qui expliquent doctement que l’Occident a voulu imposer modernité, démocratie, et droits de l’homme à des Afghans qui les ignoraient et qui même n’en voulaient pas.  

Les institutrices qui avaient sous le régime taliban continué à enseigner aux filles, clandestinement et même au risque de leur vie, ne savaient-elles pas ce qu’était la liberté d’enseigner qui leur était interdite, ne savaient-elles pas aussi à quel point pour les filles, pour leur émancipation, cet enjeu de l’école était décisif, d’où leur désir de voir les écoles rouvrir le plus vite possible ? Avaient-elles besoin de recevoir des leçons de démocratie, celles qui, dès la fin de l’année 2001, ôtaient leur burka avec un soulagement  et un bonheur qu’on pouvait lire immédiatement dans leurs yeux.   

Et pendant ces 20 années qui viennent de s’écouler, nombreux furent ceux et surtout celles qui ont tenté et souvent réussi de se construire une vie professionnelle ou personnelle libérée de traditions religieuses ou culturelles oppressives.

Pas toute la population certes, mais une partie d’entre elle non négligeable. Alors dire, comme le font certain.e.s à ces femmes et à ces hommes qu’ils font partie d’une « élite occidentalisée », qu’ils ne sont pas le peuple afghan, c’est leur adresser le même discours que celui des Talibans qui eux aussi ne cessent de leur répéter qu’ils ne sont ni des bons musulmans, ni de vrais Afghans.

« Démocratie imposée », disent-ils. Mais c’est plutôt le contraire qui s’est passé ces 20 dernières années car la caution continûment apportée à des gouvernements centraux et locaux corrompus n’a pas été, loin s’en faut, un apprentissage démocratique !

Les opposants de toujours à ce qui est improprement nommé « droit d’ingérence » ne se donnent même pas la peine de dissimuler leur contentement. On les trouve du côté des tenants des identités figées, des différences culturelles qui seraient inébranlables et du séparatisme qu’elles engendreraient inévitablement. « Chacun chez soi », avec ses traditions et sa culture, telle est depuis des décennies l’antienne de ce qui fut appelée la « nouvelle droite » et qui est aussi le refrain de l’extrême droite et d’une partie de la droite. Avec en prime l’idée qu’il y aurait des peuples perméables à la démocratie et d’autres qui ne le seraient pas !

 Mais on les trouve aussi du côté des contempteurs de ce qu’ils appellent « l’impérialisme occidental », toute intervention étrangère étant considérée comme forcément impérialiste, colonisatrice, dictatoriale. Ce qui est faux. Le droit d’ingérence est mal nommé, parlons plutôt d’un droit et d’un devoir de solidarité, ce qui ne confond évidemment pas avec une intervention militaire.

Être solidaire, ce n’est pas « dire à », ce n'est pas faire la leçon, c’est « dire avec », c’est-à-dire emprunter un chemin qui trace un universel. Certains affirment que la tragédie afghane signerait aussi la fin de l’universalisme. S’il s’agit de la fin d’un universalisme en surplomb, qui se donne comme une norme, comme un modèle, comme l’incarnation de ce qu’il y aurait de mieux au monde, faut-il le déplorer ? 
Abandonner sans regret cet universalisme idéologisé, instrumentalisé, rabattu sur l’identité occidentale, ou européenne, ou française, pour  dire oui à un universel en chantier, un universel sans cesse en construction, qui intègre les différences pour les dépasser, un universel qui est fait des luttes, pas toujours victorieuses mais sans cesse reprises, menées dans tant de pays.
Cet universel-là, fait des principes politiques que sont l’égalité et la liberté, me parait avoir le vent en poupe. Non pas parce que ces deux principes politiques triompheraient partout, loin s’en faut, mais parce que partout, oui partout, des femmes et des hommes se battent pour les faire advenir. Et c’est à ce combat là qu’il faut prendre sa part.

 Article paru dans une version légèrement différente dans Libération 21/09/2021

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra