marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2020

Heureusement, Agnès Buzyn avait tout vu et tout anticipé

Les Français ne mesurent pas la chance qu’ils ont eu de l’avoir pour ministre de la Santé. Sans elle, les conséquences de l’épidémie de Covid-19 auraient été catastrophiques pour notre pays.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mme Buzyn avait en effet « tout vu » comme elle l’a déclaré devant la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale. Elle avait compris bien avant les autres que cette épidémie ne toucherait pratiquement pas notre pays, affirmant le 24 janvier qu’en France « les risques de propagation du virus dans la population sont très faibles » » (voir ici). Nos frontières nous avaient très efficacement protégés du nuage de Tchernobyl en 1986 et elle était donc fondée à penser qu’il en irait de même pour ce virus.

Mais surtout, sa formation de médecin a permis à Mme Buzyn d'acquérir une « culture du risque » grâce à laquelle elle est « toujours en anticipation », selon les propos qu’elle a tenus devant les députés qui l’auditionnaient (voir ici).

Imaginez un seul instant que notre ministre de la Santé n’ait pas « tout vu » et n’ait pas toujours été « en anticipation ». La France aurait alors traversé une crise sanitaire gravissime.

Les stocks de masques auraient pu ne pas avoir été renouvelés depuis que Mme Buzyn était ministre avec pour conséquence de graves pénuries de protection pour les personnels soignants.

Il n’aurait pas été possible de procéder à un dépistage massif de la population grâce aux tests produits en grande quantité par une industrie ayant relocalisé ses capacités de production selon les directives « anticipatrices » de la ministre.

Un(e) ministre de la Santé moins bien formée aurait pu laisser ses collègues du gouvernement croire et faire croire que les masques ne servaient à rien pour protéger la population.

Un Conseil de défense aurait pu décider fin février de maintenir les élections municipales sans que la ministre de la Santé ne  fasse connaître publiquement son opposition.

« Ce que nous avons mis en place au ministère de la santé est sans commune mesure, en termes d’anticipation, avec ce que j’ai vu dans d’autres pays » a affirmé Mme Buzyn devant la commission d’enquête.

Les chiffres confirment les propos de la ministre puisque la France a déploré 456 décès par million d’habitant contre 107 en Allemagne depuis le début de l’épidémie (voir ici).  Sans commune mesure en effet.

© Alain Goutal

Mes remerciements à Alain Goutal à qui j'ai emprunté ce dessin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie