Les habitants de l'ouest de Paris s'inquiètent des déclarations de Valérie Pécresse

La présidente de la région Île-de-France propose de doubler les peines dans certains quartiers.

Invitée hier sur RTL, la présidente de la région Île-de-France a indiqué être "pour le doublement des peines pour les crimes commis dans les quartiers les plus criminogènes" (voir ici).

"C'est quand même dingue que dans certains départements de France, il y ait beaucoup plus de crimes, et beaucoup moins de sanctions", a-t-elle ajouté pour justifier sa proposition.

Mme Pécresse a raison. Dans les arrondissements de l'Ouest de Paris et de nombreuses communes de la banlieue ouest, il y a en effet beaucoup de crimes et délits qui donnent lieu à un nombre anormalement faible de poursuites judiciaires, et a fortiori de condamnations.

Fraude fiscale, abus de biens sociaux, trafic d'influence, corruption, délit d'initiés, détournement de fonds, escroquerie, blanchiment d'argent, ... les statistiques démontrent une forte concentration de ces crimes et délits dans certains quartiers. Mme Pécresse, originaire de l'un d'eux dans le 9-2, a une parfaite connaissance de ce douloureux problème et a le courage de vouloir s'y attaquer.

Ses déclarations ont toutefois causé la stupeur dans ces quartiers de non-droit de l'Ouest parisien, où les habitants s'inquiètent d'être à nouveau stigmatisés.

M. Patrick Balkany a immédiatement annoncé la création d'un comité de défense.

Le président de la République, garant de la réputation des premiers de cordée, devrait s'exprimer prochainement.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.