marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

385 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2019

Laissez faire, laissez polluer

La célèbre formule de Vincent de Gournay méritait d’être « modernisée » pour reprendre la terminologie en vogue. C’est chose faite.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen est le plus grave accident industriel survenu en France depuis l’explosion de l’usine AZF de Toulouse en 2001. La gestion de cette crise par les autorités (Préfecture, Municipalité de Rouen, Agence Régionale de Santé et Rectorat) et par les ministres qui se sont déplacés est digne de celle de Tchernobyl par l’Union Soviétique.

Depuis jeudi, le préfet et les ministres s’attachent à minimiser les conséquences sanitaires et environnementales de cette catastrophe. « Respirez, il n’y a rien à craindre », tel est le mot d’ordre. Incompétence ? Incurie ? Sans aucun doute mais pas seulement. Car s’il y a une constante dans la politique de ce gouvernement, c’est bien d’être exclusivement au service des grandes entreprises, en tout temps et en tous lieux.

En témoignent les dispositions la loi du 10 août 2018 (« pour un État au service d'une société de confiance ») relatives aux projets de modifications apportées à des installations classées Seveso (comme Lubrizol). Avant cette loi, l’examen de tels projets relevait dans tous les cas d'une autorité environnementale indépendante. Depuis cette loi, sous couvert de « simplification », c’est de la seule compétence du préfet.

Comme le rapporte le journaliste Laurent Radisson dans cet article d’Actu Environnement, l’usine Lubrizol de Rouen a bénéficié par deux fois de ces dispositions. Le 15 janvier et le 19 juin 2019, cette entreprise a présenté deux demandes successives d'augmentation des quantités de substances dangereuses stockées sur le site de Rouen. Comme le prévoit la loi, c’est donc le préfet de Seine-Maritime qui s'est prononcé sur ces demandes et non l'autorité environnementale indépendante. Et, oh surprise, dans les deux cas, il a considéré qu'il n'y avait pas lieu de procéder à une évaluation environnementale.

Dans le premier cas, c’est le prédécesseur du préfet actuel qui s’est prononcé. Dans le second, c’est l’actuel préfet. Les propos lénifiants tenus par ce dernier depuis la catastrophe démontre qu’il est bien le représentant, non pas d’un « État au service d’une société de confiance » mais d’un État au service des grandes sociétés dans lesquelles il a une confiance aveugle.

Confiance que rien ne saurait remettre en cause. C’est pourquoi deux ministres hors sol et le préfet ont pu s’afficher tout sourire avec le PDG de Lubrizol France au lendemain de la catastrophe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa