marugil

Citoyen

Abonné·e de Mediapart

442 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 août 2022

marugil

Citoyen

Abonné·e de Mediapart

Pôle Emploi, cela fonctionne pour les anciens ministres !

Et cela fonctionne d’autant mieux que leur dossier est directement géré par le patron de l’agence du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris.

marugil

Citoyen

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est une réalité du marché de l’emploi qui est abondamment documentée : les « seniors » ont plus de difficultés à retrouver un emploi que les personnes plus jeunes. Ainsi dans cette étude de février 2022, la Direction du Trésor observait que « la part des chômeurs de longue durée (plus d'un an) chez les chômeurs de plus de 55 ans est en 2018 de 60 %, contre 42 % pour l'ensemble de la population ». Selon cette étude, les freins à l’emploi des seniors seraient « la perte d'employabilité avec l'âge », « le niveau de salaire » (en particulier « s’il existe un écart entre leur productivité et leur rémunération ») et « la discrimination selon l'âge ».

Les leviers qui permettent de surmonter ces difficultés sont évidemment identifiés par Pôle Emploi, notamment dans cette étude qui formule les recommandations suivantes aux seniors : « développer sa connaissance du marché du travail afin d’affiner son projet professionnel, mobiliser son réseau, être flexible sur ses critères de recherche d’emploi et être disposé à faire des concessions. » Pôle Emploi note également que  « l’accompagnement par des acteurs experts (Apec, Pôle emploi...) est un réel atout pour leur recherche d’emploi, notamment pour définir leur projet, identifier leurs compétences et les valoriser. »

Une population particulièrement à risques compte tenu de la précarité de leur statut est évidemment celle des anciens ministres de plus de cinquante ans. Fort heureusement, ces derniers savent « mobiliser leur réseau » et bénéficient surtout d’un accompagnement personnalisé en la personne d’un de ces « acteurs experts » de l’agence Pôle Emploi du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, un dénommé Emmanuel Macron qui veille personnellement à leur reclassement. Trois exemples suffisent à démontrer l’efficacité de son action.

Ministre du travail de mai 2017 à juillet 2020, Mme Muriel Pénicaud, alors âgée de 65 ans, a pu rebondir très rapidement grâce à son conseiller. Moins de trois mois après avoir quitté ses fonctions, elle a en effet été nommée ambassadrice, représentante permanente de la France auprès l’OCDE. Titulaire d'une maîtrise en sciences de l'éducation et d’un DEA en psychologie clinique, Mme Pénicaud a su faire preuve de cette « flexibilité sur ses critères de recherche d’emploi » recommandée par Pôle Emploi, ce qui lui a permis d’être nommée dans une organisation qui produit notamment des études économiques et sociales.

Ministre des Solidarités et de la Santé de mai 2017 à février 2020, Mme Agnès Buzyn, alors âgée de 57 ans, a traversé une période de chômage de près d’un an puisqu’elle a dû attendre janvier 2021 pour être nommée envoyée du directeur général pour les affaires multilatérales à l’OMS. A cette occasion, elle s'est montrée « disposée à faire des concessions » , au détriment de sa vie de famille, puisqu'il s'agissait d'un poste basé à Genève. Médecin de formation, spécialiste en immunologie, elle vient récemment de retrouver un emploi à Paris en étant nommée conseillère maître à la Cour des comptes à partir du 1er septembre 2022. Mme Buzyn a incontestablement su « valoriser ses compétences » en immunologie, lesquelles feront merveille dans cette juridiction financière chargée de contrôler la régularité des comptes publics.

Secrétaire d’État à l’écologie d’octobre 2018 à juillet 2020 puis ministre déléguée chargée du Logement jusqu’en mai 2022, Mme Emmanuelle Wargon, âgée de 51 ans, a su opérer une reconversion aussi radicale que rapide sous l’aile protectrice de son conseiller. Diplômée de HEC, de Sciences Po et de l’ENA, elle vient d’être nommée présidente de la Commission de régulation de l'énergie. Ancienne « directrice de la communication et des affaires publiques » (lobbyste en bon français) chez Danone, Mme Wargon a su « affiner son projet professionnel » en passant des yaourts et de l'eau minérale au gaz et à l’électricité.

Alors, les seniors qui ne trouvent pas de boulot, bougez-vous un peu ! Vous voyez bien que c’est possible !

Illustration 1
© Juin - Charlie Hebdo

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.