marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

382 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mars 2021

Un an et 88 300 morts après

C'était il y a un an, jour pour jour. Le 6 mars 2020, le président de la République déclarait à la sortie du théâtre Antoine à Paris : « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie ». Un an et 88 300 morts après...

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

... les théâtres sont fermés tout comme les musées, les salles de concert et de cinéma. Sur les douze derniers mois, ils sont demeurés fermés plus de la moitié du temps, de même que les restaurants et les bars.

Un an et 88 300 morts après, nos « habitudes de sortie » sont désormais strictement encadrées par des « autorisations dérogatoires de déplacement » et l'on s'expose à une amende en flânant sur les quais de Seine, sur une plage ou dans un parc.

Un an et 88 300 morts après, des libertés aussi fondamentales que la liberté de se déplacer ou de se réunir dans l’espace public demeurent suspendues comme elles l’ont été pendant plus de six mois depuis que « nous sommes en guerre ». D’ici quelques semaines, les lois « Sécurité globale » et « Séparatisme » entreront en vigueur et constitueront une nouvelle et grave atteinte aux libertés publiques. Parce que, pendant l’épidémie, la destruction de l’État de droit continue dans ce pays.

Un an et 88 300 morts après, alors que les licenciements sont de plus en plus fréquents et nombreux, près d’un million de chômeurs vont voir baisser leurs indemnités à partir du 1er juillet 2021. Parce que, pendant l’épidémie, la destruction de la Sécurité Sociale continue dans ce pays.

© Fred Sochard

Un an et 88 300 morts après, le Parlement n’est plus qu’une chambre d’enregistrement des décisions prises par un seul homme, dans le secret des Conseils de défense. Celui qui s’est trompé depuis le début, sur à peu près tout. Celui qui est responsable du fiasco des masques, de la stratégie de test et d’isolement et de la stratégie de vaccination. Celui qui croit tout savoir, sur tous les sujets, en toutes circonstances et n’écoute plus que lui-même. Parce que, pendant l’épidémie, la destruction de la démocratie continue dans ce pays.

Un an et 88 300 morts après, la vie n'a pas repris et la survie continue.

Dans un tout petit peu plus d’un an (et combien de dizaines de milliers de morts supplémentaires ?), le moment sera venu de chasser ce despote non éclairé de son palais et d'en écarter les Tancredi qui n'ont d'autre projet que de « tout changer pour que rien ne change ».

Pour que la vie puisse reprendre.

Une vie qui ne se limitera plus à travailler et à consommer entre 6h00 et 18h00 mais où l'on pourra se promener à toute heure sans autorisation de la préfecture.

Une vie où il sera possible de manifester son opinion dans la rue sans être fiché et sans risquer d’être mutilé par la police.

Une vie où certains de nos concitoyens ne seront plus discriminés en raison de leur couleur de peau ou de leur religion.

Une vie où les réfugiés seront accueillis dignement et non plus harcelés jour et nuit.

Une vie où chacun pourra vivre de son travail et où « les distinctions sociales ne [pourront] être fondées que sur l'utilité commune ».

---

Mes remerciements à Fred Sochard à qui j'ai emprunté le dessin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart