marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2021

Brevets sur les vaccins: le berger Biden et les moutons européens

En restant arc-boutés sur la défense des intérêts à court terme des industriels européens, les nains politiques qui dirigent l’Union Européenne ont laissé passer l’occasion de prendre une position en pointe sur un dossier hautement symbolique et se voient soudainement contraints de s’aligner sur celle des États-Unis.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 2 octobre 2020, l’Inde et l’Afrique du sud ont déposé à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) un texte demandant que les pays renoncent aux brevets sur les vaccins jusqu’à la fin de la pandémie de Covid-19. Cette proposition est soutenue par une centaine de pays « du Sud » et par le directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Lors de la réunion de l’OMC qui s’est tenue les 10 et 11 mars 2021, les États-Unis, l’Union Européenne et le Royaume-Uni – et d’autres pays industrialisés ainsi que le Brésil – se sont à nouveau opposés à cette demande (voir ici et ).

Mme Panier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, assurait le 17 mars dernier le service après-vente du lobby pharmaceutique (voir ici): « Un brevet c'est ce qui permet de rémunérer les chercheurs, de financer des recherches qui n’aboutissent pas immédiatement, c’est des centaines de millions d'investissements, de la propriété intellectuelle, des savoir-faire, c'est en fait ce qui rend possible l'innovation d’après. »

Le 24 avril, Emmanuel Macron réaffirmait très clairement son opposition à la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19 en ces termes : « Nous entendons beaucoup parler en effet de transfert ou d'absence de propriété intellectuelle. Le sujet, nous le savons aujourd'hui, n'est pas celui-là. C'est celui du transfert de technologie, de la mobilisation des capacités de production. »

Hier, coup de théâtre : la représentante de l’administration Biden à l’OMC a annoncé que les États-Unis soutenaient désormais la proposition de levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. Qu’à cela ne tienne, les dirigeants européens, réputés pour leur souplesse d’échine en matière d’alignement sur les États-Unis, sont immédiatement devenus des supporters de cette mesure.

Ce matin, la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, déclarait à propos de la levée des brevets : « L'UE est prête à discuter de toute proposition qui s'attaquerait à la crise de façon efficace et pragmatique. Nous sommes prêts à discuter de la façon dont la proposition américaine peut permettre d'atteindre cet objectif. » Même son de cloche du côté du ministre des Affaires Étrangères allemand qui affirmait lui aussi : « C’est une discussion à laquelle nous sommes ouverts. »

Dans le même temps, le président Macron se déclarait « tout à fait favorable à ce que la propriété intellectuelle soit levée ».  « Oui, nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial », assurait-il moins de deux semaines après avoir affirmé que « ce n’était pas le sujet ». On attend maintenant avec impatience que Mme Panier-Runacher nous explique que ce gauchiste de Joe Biden ne comprend rien à rien, qu’il va freiner l’innovation et que les chercheurs américains ne pourront bientôt plus être payés.

Pour autant, ceux qui, à gauche notamment, se réjouissent du revirement des États-Unis font sans doute preuve de beaucoup d’optimisme voire d’une certaine naïveté. Les négociations à l’OMC seront très longues et les lobbies de l’industrie pharmaceutique sont déjà à pied d’œuvre pour les faire traîner le plus longtemps possible et obtenir un compromis final qui ménage au mieux l’intérêt de leurs actionnaires.

Joe Biden sait cela et il sait donc que les multinationales américaines (Pfizer, Moderna Johnson & Johnson) auront encore toute l’année 2021 et sans doute une bonne partie de 2022 pour engranger d’énormes bénéfices avant que la levée des brevets ne commence à exercer une pression à la baisse sur les prix. Il en va différemment pour Sanofi et Curevac qui sont en retard dans le développement de leurs vaccins et bénéficieront donc moins longtemps de prix élevés.

Le président des États-Unis réalise ainsi un très joli coup politique. Sur le plan intérieur, il satisfait l’aile gauche des démocrates. Sur le plan commercial, la levée des brevets aura sans doute plus d’impact sur les résultats des entreprises européennes que sur ceux des entreprises nord-américaines. Et sur le plan diplomatique, il donne aux pays du Sud le signal qu’il n’y a pas que la Chine et que les États-Unis entendent leurs demandes.

Quant à l’UE, en restant arc-boutés sur la défense des intérêts à court terme des industriels européens, les nains politiques qui la dirigent ont laissé passer l’occasion de prendre une position en pointe sur un dossier hautement symbolique et n'ont d'autre choix aujourd’hui que de s’aligner sur celle de Joe Biden.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss