SDF : l'indignité En Marche !

"C'est une grande misère de n'avoir pas assez d'esprit pour mieux parler, ni assez de jugement pour se taire." La Bruyère

Le 28 juillet dernier, le président de la République déclarait à Orléans : "Je ne veux plus d’ici la fin de l’année avoir des hommes et des femmes dans les rues, dans les bois".

Depuis la fin de l'année, alors que cet objectif n'était à l'évidence pas atteint, il s'est alors trouvé des ministres et des députés LaREM pour nier l'évidence, pourtant aveuglante pour quiconque veut bien ouvrir les yeux.

Ainsi, M. Christophe Castaner, secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement et délégué général de LaREM, déclarait le 29 décembre 2017: "Il y a des femmes et des hommes qui refusent aussi, dans le cadre des maraudes, d’être logés parce qu’ils considèrent que leur liberté - et je n’ai pas à juger de savoir si c’est bien ou pas - les amène à ne pas être en sécurité, à l’aise, dans ces centres."

M. Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la cohésion des territoires, déclarait le 30 janvier 2018 : "C’est à peu près une cinquantaine d’hommes isolés en Ile-de-France [qui dorment dehors], pour être très précis."

Tentant de justifier ces propos, M. Sylvain Maillard, député LaREM, déclarait le 5 février 2018 : "Je suis aussi un élu local parisien et ce qu'il faut savoir, c'est que même dans les cas de grand froid, certains SDF ne souhaitent pas être mis à l'abri (…), c'est leur choix". Au journaliste qui lui demandait : "Les autres, c'est parce qu'ils le veulent? Tous les autres, c'est leur choix de dormir dans la rue?", il répondit : "L'immense majorité, c'est leur choix, oui".

Ces déclarations ont suscité des réactions très vives de la part des associations qui travaillent auprès des SDF, tant elles sont choquantes et en complète contradiction avec les faits.

Messieurs, à défaut de faire preuve d'un peu d'humanité, vous serait-il possible de tout simplement vous taire sur ces sujets, afin de ne pas ajouter l'indignité à la mauvaise foi ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.