marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

400 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 févr. 2022

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Le candidat Macron et sa campagne de Russie

À Moscou, et avec la complicité intéressée de Vladimir Poutine, le président de la République s'est livré à un exercice qui lui tient le plus souvent lieu de diplomatie : une opération de communication voire un coup d'esbroufe.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au terme de la réunion avec le président russe, l’entourage du président français faisait état de l’engagement des deux parties à « ne pas prendre de nouvelles initiatives militaires, ce qui permet d’envisager la désescalade ». La Russie aurait notamment accepté de retirer ses soldats au terme des manœuvres militaires en cours en Biélorussie (voir ici). A en croire ses zélateurs, cette rencontre aurait donc été un grand succès diplomatique et la paix en Europe serait en voie d’être sauvée grâce à M. Macron.

Voire…

Avant même que l’avion de M. Macron ne se pose à Kiev, le porte-parole de la présidence russe apportait en effet un démenti cinglant à cette belle histoire racontée par les communicants de l’Élysée. Non, il n’y avait pas eu d'accord pour une « désescalade » car ce n’est qu’avec les États-Unis, et non avec la France, qu’un tel accord pourrait être conclu. Et le porte-parole russe de mettre les points sur les i : « La France est dans l’Union Européenne et est un membre de l’OTAN. La France ne dirige pas l’OTAN. » Le même porte-parole a aussi contesté les informations données par la partie française sur l’engagement de la Russie à ne pas conduire de nouvelles manœuvres militaires à la frontière ukrainienne.

Les choses sérieuses continueront donc d’être discutées avec M. Biden et avec lui seul. Et non pas avec le responsable d’un pays membre de l’OTAN, un membre parmi d’autres, dont nul n’ignore – et certainement pas le président russe - qu’après de beaux discours, il finit toujours par s’aligner sur les États-Unis. Comme les autres. Quel intérêt avait donc M. Poutine à passer cinq heures à discuter avec M. Macron ? Miser sur l’agacement que ne manque jamais de susciter le président français chez ses partenaires, cette fois-ci en surjouant le sauveur de la paix en Europe ; mettre en lumière les divergences entre les membres de l’UE ou entre ceux de l'OTAN. En un mot, diviser pour régner.

© EyePress via AFP

A l'occasion de cet intermède diplomatique, M. Poutine a bien voulu consentir à flatter l’égo de M. Macron en en faisant son interlocuteur d’un jour dans la crise ukrainienne. Devant tous les micros qui leur sont tendus, les courtisans de l’Élysée ne manquent pas de souligner la « stature internationale » de leur héros. Tandis que les futurs adversaires de M. Macron à l’élection présidentielle s’affrontent dans de médiocres querelles, lui consacre tout son temps aux grandes affaires du monde. Lui joue dans la cour des grands, pas dans le bac à sable des candidats. Lui s'entretient avec Poutine, comment imaginer qu'il débattrait bientôt avec Poutou ?

L'étoile de M. Macron peut bien briller au-dessus du siège de La République en Marche, il en va toutefois différemment sous d'autres cieux. Dans un récent article publié dans La Tribune, Marc Endeweld rapporte les propos d’un haut diplomate russe : « Le président français fait de très beaux discours mais ce n'est pas suivi d'actes ». Tout est dit. Souvenons-nous : la Libye, le Liban, le Mali, les écoutes des services secrets marocains, le contrat des sous-marins australiens, on allait voir ce qu’on allait voir. On a vu. La modestie des résultats, à défaut de celle du président-candidat : c’est sans doute une fois de plus ce que l’Histoire retiendra de la réunion qui s’est tenue hier au Kremlin entre les présidents français et russe.

© Dessin Sié pour Mediapart et La Revue dessinée

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn