marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

386 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 févr. 2022

Le candidat Macron et sa campagne de Russie

À Moscou, et avec la complicité intéressée de Vladimir Poutine, le président de la République s'est livré à un exercice qui lui tient le plus souvent lieu de diplomatie : une opération de communication voire un coup d'esbroufe.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au terme de la réunion avec le président russe, l’entourage du président français faisait état de l’engagement des deux parties à « ne pas prendre de nouvelles initiatives militaires, ce qui permet d’envisager la désescalade ». La Russie aurait notamment accepté de retirer ses soldats au terme des manœuvres militaires en cours en Biélorussie (voir ici). A en croire ses zélateurs, cette rencontre aurait donc été un grand succès diplomatique et la paix en Europe serait en voie d’être sauvée grâce à M. Macron.

Voire…

Avant même que l’avion de M. Macron ne se pose à Kiev, le porte-parole de la présidence russe apportait en effet un démenti cinglant à cette belle histoire racontée par les communicants de l’Élysée. Non, il n’y avait pas eu d'accord pour une « désescalade » car ce n’est qu’avec les États-Unis, et non avec la France, qu’un tel accord pourrait être conclu. Et le porte-parole russe de mettre les points sur les i : « La France est dans l’Union Européenne et est un membre de l’OTAN. La France ne dirige pas l’OTAN. » Le même porte-parole a aussi contesté les informations données par la partie française sur l’engagement de la Russie à ne pas conduire de nouvelles manœuvres militaires à la frontière ukrainienne.

Les choses sérieuses continueront donc d’être discutées avec M. Biden et avec lui seul. Et non pas avec le responsable d’un pays membre de l’OTAN, un membre parmi d’autres, dont nul n’ignore – et certainement pas le président russe - qu’après de beaux discours, il finit toujours par s’aligner sur les États-Unis. Comme les autres. Quel intérêt avait donc M. Poutine à passer cinq heures à discuter avec M. Macron ? Miser sur l’agacement que ne manque jamais de susciter le président français chez ses partenaires, cette fois-ci en surjouant le sauveur de la paix en Europe ; mettre en lumière les divergences entre les membres de l’UE ou entre ceux de l'OTAN. En un mot, diviser pour régner.

© EyePress via AFP

A l'occasion de cet intermède diplomatique, M. Poutine a bien voulu consentir à flatter l’égo de M. Macron en en faisant son interlocuteur d’un jour dans la crise ukrainienne. Devant tous les micros qui leur sont tendus, les courtisans de l’Élysée ne manquent pas de souligner la « stature internationale » de leur héros. Tandis que les futurs adversaires de M. Macron à l’élection présidentielle s’affrontent dans de médiocres querelles, lui consacre tout son temps aux grandes affaires du monde. Lui joue dans la cour des grands, pas dans le bac à sable des candidats. Lui s'entretient avec Poutine, comment imaginer qu'il débattrait bientôt avec Poutou ?

L'étoile de M. Macron peut bien briller au-dessus du siège de La République en Marche, il en va toutefois différemment sous d'autres cieux. Dans un récent article publié dans La Tribune, Marc Endeweld rapporte les propos d’un haut diplomate russe : « Le président français fait de très beaux discours mais ce n'est pas suivi d'actes ». Tout est dit. Souvenons-nous : la Libye, le Liban, le Mali, les écoutes des services secrets marocains, le contrat des sous-marins australiens, on allait voir ce qu’on allait voir. On a vu. La modestie des résultats, à défaut de celle du président-candidat : c’est sans doute une fois de plus ce que l’Histoire retiendra de la réunion qui s’est tenue hier au Kremlin entre les présidents français et russe.

© Dessin Sié pour Mediapart et La Revue dessinée

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo