marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

382 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 avr. 2018

Emmanuel, Nicolas, Mohamed et les autres ...

Le président de la République déplore les atteintes répétées à l’État de droit et aux droits de l'homme. En Egypte ? En Chine ? Au Yemen ? Non ... c'est évidemment au Venezuela que la situation est la plus grave à ses yeux.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« [Le président de la République] a déploré les atteintes répétées à l’« Etat de droit et aux droits de l’homme et il a rappelé que les conditions d’organisation de l’élection présidentielle au Venezuela, le 20 mai, ne permettaient pas, en l’état, un scrutin juste, libre et transparent », selon un communiqué publié par l’Elysée le 3 avril dernier.

On ne peut qu'admirer la fermeté et la constance des prises de position publiques de M. Macron sur le respect des droits de l'homme, partout dans le monde.

Quelques exemples :

Lors de la visite officielle en France du président égyptien Al-Sissi, M. Macron déclarait le 24 octobre 2017 : « De la même façon que je n’accepte qu’aucun autre dirigeant ne me donne des leçons sur la manière de gouverner mon pays (…), je crois à la souveraineté des Etats », appelant à « ne pas donner des leçons hors de tout contexte ». Il est vrai qu'il n'y a guère que 60000 prisonniers politiques en Egypte et que la torture y est institutionnalisée. Pas de quoi préoccuper M. Macron, pas plus que les conditions d'organisation de la réélection de M. Al-Sissi à la présidence égyptienne en mars 2018.

En visite officielle en Chine au mois de janvier 2018, M. Macron justifiait ne pas vouloir parler publiquement du respect des droits de l'homme en Chine en ces termes : "C’est totalement inefficace. Je crois à la diplomatie du respect réciproque, on doit travailler dans la durée". "Totalement inefficace" avec la Chine mais pas avec le Venezuela, pour lequel "la diplomatie du respect réciproque" ne semble pas avoir cours. M. Maduro devrait demander conseil à M. Xi Jinping sur la manière d'organiser un scrutin "juste, libre et transparent" afin de se concilier les bonnes grâces du président français. 

 Le président de la République reçoit en ce moment le prince saoudien Mohamed Ben Salmane. Lors du dîner en tête-à-tête au Louvre hier soir, il ne fait aucun doute que le président français aura eu la délicatesse de ne pas évoquer la guerre menée depuis 3 ans par l'Arabie Saoudite au Yemen. Celle-ci a déjà fait environ 10000 morts et des millions de gens sont au bord de la famine. Pas de quoi gâcher un beau dîner et surtout de juteux contrats de ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite ... armes qui sont utilisées au Yemen. Ah, si M. Maduro avait eu l'intelligence d'acheter quelques Rafale, ou même simplement quelques frégates...

La politique étrangère de M. Macron est à l'image de sa politique intérieure : impitoyable envers les faibles et servile envers les puissants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois