marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

363 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2021

Gouverner, c’est improviser

« Faut-il dimensionner les services, notamment ceux de réanimation, en fonction d’une crise qui survient une fois par siècle ? Je ne le crois pas. » Jean Castex, le 5 février 2021.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Premier ministre, en tenant ces propos dans un entretien à Ouest-France, a ouvert de nouvelles perspectives aux technocrates de Bercy qui ne jurent que par la réduction de la dépense publique. A quoi bon en effet disposer de lits de réanimation prêts à être utilisés lors de catastrophes naturelles ou sanitaires ? Autant attendre que l’évènement se produise, n’est-ce pas ?

Cette approche innovante pourrait avantageusement être étendue à d’autres domaines de l’action publique. L’armée par exemple : pourquoi entraîner des soldats en temps de paix et les équiper en matériel couteux ? Ne serait-il pas plus judicieux d’attendre que la guerre menace pour acquérir le matériel et former ceux qui les utilisent ? Ce serait certes courir le risque d’une défaite cuisante mais le Premier ministre du moment pourrait toujours expliquer que « personne ne pouvait le prévoir », que l’on n’achète pas des chars d’assaut « chez Ikea » et qu’on ne forme pas des soldats en claquant des doigts.

De même, les pompiers qui luttent contre les incendies de forêts. Pourquoi faut-il maintenir une flotte de Canadair qui reste dans les hangars pendant tout l’hiver et des pompiers qui sont sous-utilisés ? Ne pourrait-on recruter les pompiers en CDD d’un mois renouvelable entre mai et octobre et attendre le premier incendie pour louer le matériel nécessaire ? Même chose pour les chasse-neige qui ne servent à rien en été.

« Gouverner, c’est prévoir », dit la maxime attribuée à Adolphe Thiers (mais aussi à Emile de Girardin). Bien que Thiers soit à l’évidence une source d’inspiration dans de nombreux domaines pour l’actuel gouvernement, la maxime qui définit le mieux ce régime est plutôt : « Gouverner, c’est improviser. »

Avec le succès que l’on sait depuis un an.

© Allan Barte (@AllanBARTE)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier