Souvent Macron varie, bien fol est qui s’y fie

« Ne jamais exécuter un ordre. Toujours attendre le contre-ordre, pour éviter le désordre » a-t-on coutume de dire pour moquer la discipline militaire.

« Le port du masque, en population dans la rue, ça ne sert à rien » déclarait Edouard Philippe, alors Premier ministre, le 13 mars 2020 (voir ici).

« Je refuse aujourd'hui de recommander le port du masque pour tous et jamais le gouvernement ne l'a fait. Si nous le recommandons, ce serait incompréhensible » réaffirmait avec force le président de la République Emmanuel Macron le 15 avril 2020 (voir ici).

« Je vais demander aux préfets de se rapprocher des élus locaux pour étendre le plus possible l'obligation du port du masque dans les espaces publics » a pourtant affirmé aujourd’hui le premier ministre Jean Castex qui s'exprimait ... sans masque dans un espace fermé. (voir ici).

Dans un décret publié au Journal Officiel le 28 juillet 2020 et prévu pour entrer en vigueur le 15 août 2020, le gouvernement prévoyait d’assouplir partiellement la jauge des 5 000 personnes maximum lors d'évènements, notamment sportifs.

Le ministère de la Culture annonçait le 4 août qu’il serait possible d'organiser des événements culturels accueillant plus de 5000 personnes à partir du 15 août sur autorisation préfectorale et dès le 1er septembre sans avoir besoin de l’autorisation du préfet (voir ici).

Aujourd’hui, le premier ministre Jean Castex a prolongé jusqu'au 30 octobre l'interdiction des événements de plus de 5 000 personnes (voir ici).

Le président de la République affirmait aujourd'hui dans un tweet : « La vigilance et le respect des gestes barrières restent indispensables. Restez prudents ».

C'est sans doute ce souci de « prudence » qui a conduit le ministère de l’Éducation nationale à supprimer toute contrainte de distanciation physique dans le protocole sanitaire applicable à la rentrée scolaire de septembre qui a été publié il y a quelques jours (voir ici).

Tout et le contraire de tout. Mais l’incurie avant tout.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.