marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

382 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 août 2020

Souvent Macron varie, bien fol est qui s’y fie

« Ne jamais exécuter un ordre. Toujours attendre le contre-ordre, pour éviter le désordre » a-t-on coutume de dire pour moquer la discipline militaire.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le port du masque, en population dans la rue, ça ne sert à rien » déclarait Edouard Philippe, alors Premier ministre, le 13 mars 2020 (voir ici).

« Je refuse aujourd'hui de recommander le port du masque pour tous et jamais le gouvernement ne l'a fait. Si nous le recommandons, ce serait incompréhensible » réaffirmait avec force le président de la République Emmanuel Macron le 15 avril 2020 (voir ici).

« Je vais demander aux préfets de se rapprocher des élus locaux pour étendre le plus possible l'obligation du port du masque dans les espaces publics » a pourtant affirmé aujourd’hui le premier ministre Jean Castex qui s'exprimait ... sans masque dans un espace fermé. (voir ici).

Dans un décret publié au Journal Officiel le 28 juillet 2020 et prévu pour entrer en vigueur le 15 août 2020, le gouvernement prévoyait d’assouplir partiellement la jauge des 5 000 personnes maximum lors d'évènements, notamment sportifs.

Le ministère de la Culture annonçait le 4 août qu’il serait possible d'organiser des événements culturels accueillant plus de 5000 personnes à partir du 15 août sur autorisation préfectorale et dès le 1er septembre sans avoir besoin de l’autorisation du préfet (voir ici).

Aujourd’hui, le premier ministre Jean Castex a prolongé jusqu'au 30 octobre l'interdiction des événements de plus de 5 000 personnes (voir ici).

Le président de la République affirmait aujourd'hui dans un tweet : « La vigilance et le respect des gestes barrières restent indispensables. Restez prudents ».

C'est sans doute ce souci de « prudence » qui a conduit le ministère de l’Éducation nationale à supprimer toute contrainte de distanciation physique dans le protocole sanitaire applicable à la rentrée scolaire de septembre qui a été publié il y a quelques jours (voir ici).

Tout et le contraire de tout. Mais l’incurie avant tout.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB