LREM: la politique par les nuls

Le cabinet de Richard Ferrand nous avait expliqué qu'en Centre Bretagne "ce n'est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet".

Cet extrait d'un débat avec les candidats de la 4ème circonscription d'Indre-et-Loire (voir ici ) nous montre qu'en Touraine, le DRH de la start-up En Marche! n'a pas pu trouver un(e) candidat(e) qui sache aligner deux phrases ayant un minimum de sens.

Lire, écrire, parler, ... ou marcher, il semble que cela ne soit pas toujours compatible...

En même temps, comme dirait Jupiter, il est réconfortant de constater que ce n'est nullement un obstacle pour se faire élire sous l’étiquette LREM. En effet, la candidate en question a obtenu 34% des suffrages au premier tour des législatives, et a donc de fortes chances d’être élue à l'Assemblée Nationale. Il convient de remercier LREM qui ouvre ainsi à notre jeunesse des perspectives presque aussi radieuses que George W. Bush en son temps (voir ici).

Et puis, il faut relativiser l'importance de son élection car ce qu'on va lui demander, c'est simplement de savoir lever la main ou appuyer sur le bouton Oui, sans oublier d'applaudir le Chef Marcheur quand elle recevra les instructions sur son smartphone. Avec un peu de formation, ça devrait aller...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.