Aquarius : la honte et le dégoût

« L'inhumanité infligée à un autre détruit l'humanité en moi. » Emmanuel Kant

L'Aquarius, un navire de l'ONG SOS Méditerranée, a recueilli 629 migrants au cours de six opérations distinctes dans la nuit de samedi à dimanche. Parmi eux, se trouvent 123 mineurs isolés, 11 enfants en bas âge et sept femmes enceintes.

Le bateau est resté bloqué en mer après que le gouvernement italien et le gouvernement maltais lui ont refusé l'autorisation d'accoster. C'est finalement le gouvernement espagnol qui a annoncé qu'il accueillerait ces migrants à Valence.

Pendant ces deux jours, M. Macron, M. Collomb et le gouvernement français ont gardé le silence, préférant regarder ailleurs. Nul n'a jugé utile de réagir à la proposition des dirigeants corses d'accueillir ce bateau. Le Premier ministre Edouard Philippe a de son côté cru bon de plaisanter avec le Premier ministre belge sur le fait que la Belgique n'avait pas de port en Méditerranée (voir ici)...

Ce président de la République et ce gouvernement m'inspirent un profond sentiment de honte et de dégoût.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.