marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2019

Macron et Blanquer dans l’ascenseur pour les fachos

Le macronisme n’était « ni de droite ni de gauche », parait-il. Il est maintenant sans équivoque « et de droite et d’extrême-droite. »

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 8 octobre dernier, le président de la République en appelait à une « société de vigilance » pour combattre « l’hydre islamiste ». Et il décrivait ainsi la « vigilance » en question (voir ici) : « C’est tout simplement savoir repérer à l’école, au travail, dans les lieux de culte, près de chez soi les relâchements, les déviations, ces petits gestes qui signalent un éloignement avec les lois et les valeurs de la République. »

Autrefois, quand on nommait encore les choses par leur vrai nom, cette prétendue « vigilance » s'appelait la délation. Comme au bon vieux temps du Maréchal par exemple, celui auquel M. Macron rendait hommage il y a quelques mois (voir ici).

Hier, le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, précisait que la délation devait bien évidemment s’appliquer dès l’école primaire (voir ici) : « On voit parfois des petits garçons qui refusent de tenir la main des filles, on le signale. » Gare aux petits Mohamed qui seraient trop timides car on a bien compris que les petits Jean-Baptiste, eux, ne risquaient rien.

Le même jour, M. Blanquer commentait en ces termes le port du voile par des mères accompagnatrices lors de sorties scolaires : « La loi n’interdit pas cela, mais on peut inciter localement à ce que ce ne soit pas le cas. […] Le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société, tout simplement. Ce n’est pas quelque chose d’interdit, mais ce n’est pas non plus quelque chose à encourager. [Ce n’est] pas conforme à nos valeurs, tout simplement […] »

Une suggestion pour le ministre de l'Education : son épouse ne pourrait-elle pas organiser des séances de dévoilement public comme le faisaient en 1958 à Alger les épouses des généraux Salan et Massu (voir ici). Dans les cours d'école par exemple, afin que les enfants comprennent bien ce que sont « nos valeurs ».

Ces « valeurs » au nom desquelles la France de M. Macron a vendu à l’Arabie Saoudite des armes utilisées pour massacrer les populations civiles du Yemen, ou à la Turquie pour faire de même au Rojava. Ces « valeurs » au nom desquelles la France de M. Macron laisse mourir les migrants en Méditerranée. Ces « valeurs » au nom desquelles la police de M. Macron tabasse, blesse, mutile, éborgne et parfois même tue en toute impunité. Mais une maman qui porte le voile, voilà qui est absolument intolérable et « tout simplement » contraire à ces « valeurs ».

Le Maréchal pour la « vigilance » et les généraux d'Alger pour le voile : ce sont finalement de bien belles filiations idéologiques pour La France En Marche !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé