Macron et Blanquer dans l’ascenseur pour les fachos

Le macronisme n’était « ni de droite ni de gauche », parait-il. Il est maintenant sans équivoque « et de droite et d’extrême-droite. »

Le 8 octobre dernier, le président de la République en appelait à une « société de vigilance » pour combattre « l’hydre islamiste ». Et il décrivait ainsi la « vigilance » en question (voir ici) : « C’est tout simplement savoir repérer à l’école, au travail, dans les lieux de culte, près de chez soi les relâchements, les déviations, ces petits gestes qui signalent un éloignement avec les lois et les valeurs de la République. »

Autrefois, quand on nommait encore les choses par leur vrai nom, cette prétendue « vigilance » s'appelait la délation. Comme au bon vieux temps du Maréchal par exemple, celui auquel M. Macron rendait hommage il y a quelques mois (voir ici).

Hier, le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, précisait que la délation devait bien évidemment s’appliquer dès l’école primaire (voir ici) : « On voit parfois des petits garçons qui refusent de tenir la main des filles, on le signale. » Gare aux petits Mohamed qui seraient trop timides car on a bien compris que les petits Jean-Baptiste, eux, ne risquaient rien.

Le même jour, M. Blanquer commentait en ces termes le port du voile par des mères accompagnatrices lors de sorties scolaires : « La loi n’interdit pas cela, mais on peut inciter localement à ce que ce ne soit pas le cas. […] Le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société, tout simplement. Ce n’est pas quelque chose d’interdit, mais ce n’est pas non plus quelque chose à encourager. [Ce n’est] pas conforme à nos valeurs, tout simplement […] »

Une suggestion pour le ministre de l'Education : son épouse ne pourrait-elle pas organiser des séances de dévoilement public comme le faisaient en 1958 à Alger les épouses des généraux Salan et Massu (voir ici). Dans les cours d'école par exemple, afin que les enfants comprennent bien ce que sont « nos valeurs ».

Ces « valeurs » au nom desquelles la France de M. Macron a vendu à l’Arabie Saoudite des armes utilisées pour massacrer les populations civiles du Yemen, ou à la Turquie pour faire de même au Rojava. Ces « valeurs » au nom desquelles la France de M. Macron laisse mourir les migrants en Méditerranée. Ces « valeurs » au nom desquelles la police de M. Macron tabasse, blesse, mutile, éborgne et parfois même tue en toute impunité. Mais une maman qui porte le voile, voilà qui est absolument intolérable et « tout simplement » contraire à ces « valeurs ».

Le Maréchal pour la « vigilance » et les généraux d'Alger pour le voile : ce sont finalement de bien belles filiations idéologiques pour La France En Marche !

1124455-20c94df8a72a2bd8cc061616b32f0d908a0028d7-jpg

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.