Macron et le Covid-19 : fier d’avoir été un amateur

« Le Premier ministre et le gouvernement ont travaillé d’arrache-pied. Le Parlement s’est réuni, l’État a tenu. (…) Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait et de notre pays. » Emmanuel Macron, le 15 juin 2020.

Des motifs de fierté dans la gestion de cette épidémie, Emmanuel Macron n’en manque effectivement pas.

Fierté d’avoir manqué de masques pour les personnels soignants.

Fierté d’avoir manqué de tests afin de pouvoir détecter massivement les personnes contaminées.

Fierté d’avoir expliqué pendant trois mois que le port du masque était inutile sauf pour les personnes malades.

Fierté d’avoir décidé l’utilisation du 49-3 pour faire adopter en force la réforme des retraites lors du Conseil de défense du 29 février, censé être consacré au Covid-19.

Fierté d’être allé au théâtre le 6 mars et d’avoir encouragé les Français à continuer de sortir avant de décréter le confinement général une semaine plus tard.

Fierté de s’être rendu dans un EHPAD avec journalistes et cameramen et d’y avoir déclaré qu’il fallait éviter de « visiter nos anciens » afin de les protéger du virus.

Fierté d’avoir maintenu le 1er tour des élections municipales et d’avoir expliqué que les personnes âgées pouvaient s’y rendre sans danger.

Le 11 février dernier, Emmanuel Macron réunissait environ 320 députés de la majorité et leur tint cet étonnant propos : « Il faut être fiers d'être des amateurs quand on voit les résultats qu'ont obtenus les soi-disant professionnels de la politique » (voir ici).

Le président de la République est fier d’être le premier des amateurs et il a montré l’exemple.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.