Merci Macron ! disent les fabricants de casseroles

Les fabricants français d’ustensiles de cuisine pouvaient être légitimement inquiets du résultat du premier tour de l’élection présidentielle. Avec l’élimination de François Fillon, ils perdaient en effet un ambassadeur de renom qui a tant contribué à faire connaitre les qualités musicales (et pas seulement culinaires) de leur production.

La composition du gouvernement et la liste des candidats investis par LREM aux élections législatives les ont pleinement rassurés. Le nombre de ministres et de candidats à la députation qui trainent des casseroles comble toutes les espérances de celles et ceux qui, dans ce domaine aussi, attendaient un renouvellement des visages comme promis par notre président.

On n’est pas déçus : emplois fictifs, faux diplôme, harcèlement moral, escroquerie, travail dissimulé, prise illégale d’intérêts, faux témoignage, évasion fiscale, détournement de fonds,  et même violence conjugale et viol !…

Mais n’ayez crainte, ces parangons de vertu vont œuvrer sans relâche pour moraliser notre vie publique, vont prendre les mesures indispensables contre tous ces chômeurs qui se complaisent dans l’oisiveté et vont renforcer la « tolérance zéro » contre les petits délinquants. Et accessoirement, ils voteront une baisse des impôts sur les revenus du capital qui leur permettra de faire face aux éventuels frais de justice. Il faut bien vivre…

Avec En Marche! tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

------------------------

Voici donc une liste non exhaustive et qui s’allonge de jour en jour (dans l’ordre alphabétique pour ne pas faire de jaloux, et en commençant par les ministres) :

François Bayrou, Garde des Sceaux, ministre de la Justice : son parti fait l’objet d’une enquête préliminaire dans l'affaire des assistants parlementaires du MoDem. Et le citoyen Bayrou fait pression sur les journalistes qui s’intéressent à l’affaire.

Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires : visé par une enquête préliminaire pour « atteintes aux biens, manquements au devoir de probité et aux règles spécifiques du code de la mutualité ». La liste pourrait s'allonger car chaque semaine qui passe apporte son lot de révélations.

Marielle de Sarnez, ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes : visée par une enquête préliminaire pour «abus de confiance » en raison de soupçons d’emplois fictifs au Parlement Européen.

Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes : elle expliquait dans un ouvrage comment frauder la Sécurité Sociale en se faisant prescrire un arrêt de travail pathologique.

Véronique Avril, candidate LREM dans la 2e circonscription de Seine-Saint-Denis : propriétaire d’un logement dans un immeuble insalubre de Saint-Denis, qu’elle louait à un prix exorbitant.

Houmria Berrada, candidate LREM dans la 2e circonscription du Nord : condamnée pour "faux et usage de faux document administratif" pour avoir présenté un faux diplôme de l'Institut d'études judiciaires de Strasbourg à l'école d'avocats de Lille.

Bruno Bonnel, candidat LREM dans la 6e circonscription du Rhône : dirigeant d’entreprise, sanctionné par l’Autorité des Marchés Financiers, et propriétaire de deux sociétés domiciliées dans le paradis fiscal du Delaware.

Alain Brevet, suppléant de la candidate LREM dans la 1e circonscription des Hauts-de-Seine, a comparu au lendemain du premier tour au tribunal de Nanterre pour viol sur personne vulnérable!

Romain Grau, candidat LREM dans la 1e circonscription des Pyrénées Orientales : dirigeant d’entreprise, il est visé par une enquête préliminaire ouverte pour harcèlement moral.

Emilie Guerel, candidate LREM dans la 7e circonscription du Var, visée par une plainte de son adversaire pour « escroquerie à l’assurance maladie ».

Stéphanie Jannin, candidate LREM dans la 2e circonscription de l’Hérault : adjointe au maire de Montpellier, sera jugée en correctionnelle pour « prise illégale d’intérêts » dans une affaire de construction de logements sociaux.

Didier Martin, candidat LREM dans la 1e circonscription de Côte-d'Or : ancien directeur de l'office de tourisme de Dijon, visé par une plainte pour faux témoignage et soupçonné d'avoir confondu sa carte bleue personnelle et celle de l'organisme.

Claire O’Petit, candidate LREM dans la 5e circonscription de l’Eure : ancienne dirigeante d’une société mise en liquidation, condamnée à verser 110000 euros au liquidateur et frappée d’une interdiction de « diriger, gérer, administrer ou contrôler directement toute entreprise commerciale ou artisanale, toute exploitation agricole ou toute personne morale (…) pour une durée de cinq ans »

Saïd Ousmane Diallo, suppléant de la candidate LREM dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône) : il avait fait l’objet d’une plainte pour faux témoignage et menaces de mort.

Olivier Serva, candidat LREM dans la 1e circonscription de la Guadeloupe : il avait qualifié l'homosexualité d’« abomination » en 2012.

Buo Tan, candidat LREM dans la 9e circonscription de Paris : accusé par une association d’avoir détourné des fonds, il est visé par une enquête préliminaire pour abus de confiance.

Alain Tourret, candidat LREM dans la 6e circonscription du Calvados, député Radical de gauche sortant : il  a détourné une partie de ses indemnités de frais parlementaires à des fins personnelles.

Corinne Vignon, candidate LREM dans la 3e circonscription de Haute-Garonne : visée par une enquête préliminaire pour travail dissimulé.

Laurent Zameczkowski, candidat LREM dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine : dirigeant d’une PME, il fait l’objet d’une plainte pour violences conjugales. Il est aussi titulaire d’un compte à Hong-Kong non déclaré à l’administration fiscale.

Alexandre Zapolsky, candidat LREM dans la 3e circonscription du Var : dirigeant d’une société, renvoyé en correctionnelle pour injures publiques et diffamation, et dont la société a été condamnée pour harcèlement moral.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.