L’amoureux de la place Beauvau

Georges Clémenceau se surnommait « le premier flic de France ». Avec Christophe Castaner, c'est le premier amoureux de France qui succède à Gérard Collomb.

Il aura donc fallu deux semaines au président de la République pour trouver un remplaçant à Gérard Collomb. Du jamais vu. Toute la macronie s'est donc mobilisée pour expliquer que l'importance du poste justifiait de prendre du temps pour choisir la personne la plus qualifiée. Résultat : l'heureux élu est ... Christophe Castaner.

Le ministère de l’Intérieur est un poste stratégique et les présidents de la République successifs y ont toujours nommé des personnalités très proches d’eux, des « fidèles ».

Avec la nomination de Christophe Castaner, c’est bien plus que la fidélité qui est récompensée. En octobre 2017, il déclarait : « Emmanuel est fascinant. Tout l’est chez lui : son parcours, son intelligence, sa vivacité, sa puissance physique même… ». Et d’ajouter : « J’assume cette dimension amoureuse ».

Un tel niveau de flagornerie méritait bien un joli maroquin. Et ceci en dépit des multiples gaffes dont il est l’auteur, et auxquelles le nom de "castâneries" a pu être donné. Injustement parfois, car certaines sonnent fort juste.

Commentant la composition du gouvernement formé en juin 2017, il disait : « Ce gouvernement de renouvellement compte dans ses rangs des entrepreneurs, une femme de lettres, des parlementaires expérimentaux... expérimentés ».  Bien vu !

Ou encore, à propos de l’affaire Business France dans laquelle la ministre du Travail Muriel Pénicaud est mise en cause, Christophe Castaner la rebaptisait « Muriel Pinocchio ». Pas faux non plus.

Mais il sait aussi faire preuve de la dose d’inhumanité requise pour avoir toute sa place dans ce gouvernement comme lorsqu’il expliquait, en décembre 2017, à propos des SDF : « Ensuite, il y a des hommes et des femmes qui refusent aussi, dans le cadre des maraudes, d’être logés parce qu’ils considèrent que leur liberté – et je n’ai pas à juger de savoir si c’est bien ou pas – les amène à ne pas être en sécurité, à l’aise, dans ces centres ».

Il est à craindre que réfugiés et SDF ne soient pas déçus par le changement de ministre de l'Intérieur...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.