marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2018

Jean-Luc Mélenchon, ou comment transformer l'or en plomb

A l'occasion de cette perquisition, le leader de la France Insoumise a joué une fois de plus le rôle qu'affectionnent ses adversaires politiques.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Commençons par le commencement. Bien évidemment, la perquisition du siège de LFI, du PG, du domicile de JLM et de ses collaborateurs est de nature politique.

Qui peut croire qu’un procureur décide de perquisitionner le siège d’un des principaux partis d’opposition et le domicile de son dirigeant sans en référer à son autorité de tutelle, la ministre de la Justice ? Qui peut croire que les moyens considérables déployés et la forme utilisée l’ont été sans que son opportunité soit appréciée par le pouvoir politique. Personne.

Tout comme était de nature politique la décision du parquet, placé sous l’autorité de la ministre de la Justice, d’ouvrir une enquête préliminaire sur les comptes de campagne de M. Mélenchon et de ne pas le faire sur ceux de M. Macron, tous deux ayant fait l’objet d’un signalement par la Commission nationale des comptes de campagne.

Tout comme était politique la décision de M. Macron d’écarter Marc Cimamonti, procureur de Lyon, pour la succession de François Molins au poste de procureur de Paris. Il y a quelques mois, le premier avait ouvert une enquête préliminaire sur l’utilisation de moyens de la métropole et de la ville de Lyon pour la campagne d’Emmanuel Macron. Mal lui en a pris…

M. Mélenchon tenait là une rare opportunité de dénoncer la pratique du « deux poids deux mesures » de la part d’un parquet assujetti au pouvoir exécutif. Pour cela, il lui suffisait de réagir avec mesure et en se limitant à la stricte relation de faits qui parlent d’eux-mêmes.

Au lieu de cela, il a choisi la grandiloquence : « La République, c'est moi ! », « Ma personne est sacrée ! », « Je suis plus que Jean-Luc Mélenchon, je suis 7 millions de personnes ». Quoi de plus ridicule !

Il a aussi voulu se donner le rôle de l’opposant pourchassé par un pouvoir quasi dictatorial : « Demain vous verrez, ils trouveront une excuse, une raison quelconque, pour me foutre en cabane, comme ils l'ont fait avec Lula». Pour un peu, c’était Jean Moulin à Caluire…

« Tout ce qui est excessif est insignifiant. » disait Talleyrand. M. Mélenchon a une fois de plus démontré qu’il était son pire ennemi. Malheureusement pour celles et ceux qu’il prétend défendre, il est aussi le meilleur ennemi de M. Macron. Il est temps qu’il passe la main, ou que celles et ceux qui le soutiennent lui signifient que l’heure est venue de le faire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel