Emmanuel-Moi-Je Ier - « Si veut le roi, si veut la loi »

« Je suis pour le respect des cultures, des civilisations, mais je ne vais pas changer mon droit parce qu’il choque ailleurs. » Emmanuel-Moi-Je Ier, le 16 novembre 2020.

Emamnuel-Moi-Je Ier se plait à rappeler régulièrement à ses sujets « que l’ordre public tout entier émane de [lui] », en un lointain écho au discours de Louis XV devant le Parlement de Paris, le 3 mars 1766.

Le 21 novembre 2017, interpellé lors d’une distribution de nourriture des Restos du cœur par une Marocaine dont le visa arrivait à expiration, il répondait : « Je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n'en ont pas, sinon comment je fais avec les gens qui sont déjà là. »

Le 30 octobre 2019, dans un entretien à l’hebdomadaire d’extrême-droite Valeurs actuelles, il expliquait au sujet de « tous les gens qui n’ont rien à faire là » : « Moi, je ne cède rien sur l’asile, mais je le donne à qui de droit. »

Le 15 juin 2020, lors d'un déjeuner avec Renaud Muselier, il conditionnait l'aide financière de l'État aux régions au soutien de leurs présidents pour un report des élections régionales au-delà de 2022 (voir ici) : « Je vous aide si vous m'aidez à reporter les régionales après la présidentielle car j'ai des opposants politiques parmi vous. (…)  Je ne vais pas donner de l'argent à mes adversaires. »

Le 16 novembre 2020, évoquant dans un entretien publié par la revue Le Grand Continent les réactions de certains pays après les récents attentats, il déclarait : « Je ne veux choquer personne, je suis pour le respect des cultures, des civilisations, mais je ne vais pas changer mon droit parce qu’il choque ailleurs. »

Les visas ou le statut de réfugié ne sont plus délivrés par les institutions prévues à cet effet. Emmanuel-Moi-Je Ier est le dispensateur de toutes les grâces.

Le Parlement ne décide plus de l’allocation d’une partie du budget aux régions. Emmanuel-Moi-Je Ier distribue les privilèges aux grands seigneurs du royaume en contrepartie de leur allégeance.

Le Parlement s'illusionne sur les quelques pouvoirs que, dans sa bonté, le monarque veut bien encore lui concéder. Mais c'est à Emmanuel-Moi-Je Ier et à lui seul « qu’appartient le pouvoir législatif sans dépendance et sans partage ».

Charles Le Brun - Plafond de la Galerie des Glaces, Château de Versailles. Charles Le Brun - Plafond de la Galerie des Glaces, Château de Versailles.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.