marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

385 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2022

En attendant un gouvernement superflu

Près de quatre semaines après la réélection du président de la République, alors qu'il y a une guerre en Europe, une inflation galopante et une sécheresse qui s’annonce catastrophique, le nouveau gouvernement n’a toujours pas été constitué. C'est sans grande importance puisqu'il n'aura qu'une fonction ornementale.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il aura donc fallu trois semaines à M. Macron pour nommer Mme Borne au poste de Première ministre après que le tout-Paris politique et médiatique eut bruissé d’innombrables rumeurs sur le nom de l’heureuse élue. S’il était semble-t-il entendu que ce serait une femme, les éditorialistes s’interrogeaient : la politique de droite extrême du président réélu serait-elle mise en œuvre par une femme issue de la « gauche » de droite ou de la droite de droite ? Avouez que cela change tout.

Selon les gazettes de la Cour, Mme Vautrin – de la droite de droite  - aurait eu les faveurs du monarque jusqu’au dernier moment. Les mêmes gazettes nous expliquent que son choix s’est finalement porté sur Mme Borne car « l’aile gauche » du macronisme ne voulait pas de Mme Vautrin. Une petite parenthèse s’impose ici : il y aurait donc une « aile gauche » à la Cour. Pourtant, les macronistes « de gauche », c’est un peu comme les extra-terrestres : personne n’en a jamais vu même si certains y croient et si les plumitifs du Palais noircissent beaucoup de papier à leur sujet.

Or donc, les macronistes « de gauche » s’opposèrent à la nomination de Mme Vautrin, notamment parce qu'elle avait voté contre la loi instaurant le mariage pour tous. Ces gens-là ont des convictions et ils tiennent à leurs « marqueurs » de gauche. Si réduire les chômeurs à la misère, permettre aux patrons de licencier quand bon leur semble, faire la chasse aux réfugiés - sauf les Ukrainiens -, détruire l’hôpital public et l’éducation nationale, et éborgner les manifestants leur convient parfaitement, en revanche sur les sujets « sociétaux », ils tiennent à affirmer leur différence avec la droite de droite. Car ce sont des « progressistes », voyez-vous.

Grâce à eux, c’est donc finalement Mme Borne qui a été désignée. Quelques persifleurs l’ont déjà surnommée Madame Castex, en référence aux qualités qu’elle partage avec son prédécesseur, à savoir le charisme et le poids politique. Signe de l’importance de sa nomination, celle-ci a été annoncée par un simple communiqué de presse et non par le secrétaire général de la présidence de la République sur le perron de l’Élysée comme c’est la tradition.

Trois jours après le choix de la Première ministre et près d’un mois après l’élection présidentielle, les ministres n’ont toujours pas été nommés. Entre deux épisodes de sa série à la mode Netflix, M. Macron nous avertit que la composition du gouvernement prendra « autant de temps utile que nécessaire », Et Mme Borne fait ce que le monarque attend d'elle, se faire l'écho de son verbe : « On prendra le temps qu’il faut pour avoir la meilleure équipe ». C’est heureux car les citoyens comprendraient mal qu’il fallût prendre un mois pour réunir une équipe de bras cassés. Même si quelques-uns des noms qui circulent laissent penser que ce n'est pas gagné.

En attendant que la fumée blanche sorte de la cheminée du palais de l’Élysée, la France est donc dirigée par des ministres qui expédient les affaires courantes depuis quatre semaines. Certains sont déjà partis pantoufler, d’autres sont en campagne dans la circonscription où ils ont été parachutés, quelques-uns savent sans doute qu’ils feront partie de « la meilleure équipe » à venir, mais à quel poste ? L’État serait-il donc en roue libre ?

Il n’en est rien. Car si les nominations des ministres se font attendre, les postes essentiels, les seuls qui comptent vraiment, sont déjà pourvus. Le tout-puissant Alexis Kohler, surnommé le vice-président, rempile au secrétariat général de l’Élysée. Et cet article de Mediapart nous apprend que MM. Macron et Kohler avaient choisi le directeur de cabinet de la Première ministre - M. Rousseau - avant même que celle-ci fût nommée. Les mêmes avaient d’ailleurs aussi choisi le directeur de cabinet de M. Castex en juillet 2020.

Au moins, les choses sont claires. Le gouvernement Borne est superflu puisque le pays sera dirigé par un triumvirat : MM. Macron, Kohler et Rousseau. Mme Borne et les ministres que choisiront les trois précités assureront sur les chaînes d'infox en continu le service après-vente des décisions que ceux-ci auront prises. Ces porte-paroles auront aussi pour tâche de faire voter les lois par les godillots macronistes qui seront élus à l’Assemblée Nationale. Car, malheureusement, l’efficacité de la « gouvernance » de la « start-up nation » est encore entravée par ces institutions et principes d’un autre âge qui se nomment Parlement et séparation des pouvoirs. Fort heureusement, il y a McKinsey.

Sauf si les citoyens en décident autrement les 12 et 19 juin prochains.

© Alex - Le Courrier Picard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain