marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

385 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2022

Mon cordonnier et les injonctions à « bien voter »

Depuis le dimanche 10 avril à 20h01, il ne se passe pas une journée sans qu’il reçoive d’innombrables injonctions « faire barrage » le 24 avril. Et cela finit par l'agacer au plus haut point.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Écrivains, comédiens, cinéastes, rappeurs et intellectuels de toutes les disciplines y vont de leur tribune ou de leur appel à voter pour M. Macron pour sauver « la République » et « la démocratie ». Sans compter les éditorialistes qui nous présenté Mme Le Pen comme une fort respectable femme d’État jusqu’au 10 avril et ont feint de découvrir à 20h00 à quel point elle était dangereuse. Tous exigent que nous fassions preuve de « responsabilité » car voyez-vous, s’abstenir ou voter blanc, ce serait apporter son soutien à Mme Le Pen. Voter Macron, c’est même parait-il « la seule option antifasciste » dont nous disposerions dimanche. L'heure est donc à la mobilisation générale.

Eh bien, figurez-vous que mon cordonnier est entré en dissidence. Il pense que voter Macron, c’est voter Macron. Que voter Le Pen, c’est voter Le Pen. Et que voter blanc ou s’abstenir, c’est voter blanc ou s’abstenir. Point. Il considère par conséquent que les responsables d’une éventuelle élection de Mme Le Pen seraient d’une part ceux qui voteront pour elle le 24 avril et d’autre part M. Macron, son gouvernement, sa majorité et les médias à leur botte qui ont fait la courte échelle au RN pendant le quinquennat. Et personne d’autre.

Il estime aussi que « les gens qui se sont rien », ceux que le président Macron avait « très envie d’emmerder », ceux qui n’ont qu’à « traverser la rue », ceux qui « coûtent un pognon de dingue », ceux qui ont été tabassés, éborgnés, mutilés ou dont les proches ont été tués par sa police dans les quartiers populaires ou lors des manifestations, tous ceux-là ont des raisons légitimes de refuser de mettre dans l’urne un bulletin au nom de celui qui les méprise, les insulte, les réprime et leur a déclaré la guerre sociale en 2017.

Il va jusqu’à dire que ces gens n’ont aucune leçon de « responsabilité » à recevoir des pétitionnaires et des « tribuneurs » confortablement installés devant leur clavier. J’invite évidemment nos directeurs de conscience à bien vouloir faire preuve d’indulgence à l’égard de l’auteur d’un raisonnement aussi fruste et dénué de la hauteur de vue qui est la leur. Confier le soin de choisir ses dirigeants à de braves gens qui ne sont mus que par leurs affects nous expose malheureusement à de tels désagréments.

Pire, au risque d’aggraver son cas, mon cordonnier a fait ses comptes - car il sait compter. Au vu des résultats du premier tour, il est arrivé à la conclusion qu’il n’y avait pratiquement aucune chance que Mme Le Pen soit élue. A moins que les injonctions à « bien voter » ne finissent par agacer suffisamment d’électeurs qui se refusent à choisir entre l’éborgneur et la fille du borgne. Il se souvient du référendum de 2005 et il est d’avis que le meilleur moyen d’éviter l’élection de Mme Le Pen, c’est peut-être que ceux qui lui enjoignent matin midi et soir de voter pour M. Macron finissent par se taire.

© Dessin Sié pour Mediapart et La Revue dessinée

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent