marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

430 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2023

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

L’égalité des citoyens devant l’arbitraire

« La France (…) assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. » Sous le régime macroniste, cette disposition jugée quelque peu désuète de l'article 1er de la Constitution fait l’objet d’une « modernisation » qui ne manquera pas de renforcer le rayonnement de notre pays dans le monde.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis des décennies, les immigrés Noirs et Arabes résidant dans les « quartiers » cumulaient des privilèges mettant à mal le principe d’égalité au cœur du « pacte républicain ». En effet, pourquoi seraient-ils les seuls à entendre le doux bruit du tonfa quand le geste tout en douceur d’un policier le fait entrer en contact avec leur crâne ? Comment justifier que les chatouillements causés par des décharges de tasers leur soient réservés ? Devraient-ils être les seuls à pouvoir donner un œil ou une main pour la France ? Est-il acceptable qu’il faille être né au sud de la Méditerranée pour éprouver dans sa chair ces mots d’Orwell : « Si vous désirez une image de l'avenir, imaginez une botte, piétinant un visage humain... Éternellement... » ?

Il est incompréhensible que Mme Le Pen, si attentive à ces discriminations, ne se soit pas emparée de cette question. Les Français, les vrais, ceux « de souche », financent par leurs impôts des escadrons de policiers dédiés aux sévices de ces populations, sans jamais pouvoir en bénéficier. Quel scandale ! Il convient donc de rendre hommage à MM. Philippe, Castaner et Lallement qui, dès 2018, ont œuvré à étendre le bénéfice de ces délicates attentions aux gilets jaunes. Plus besoin d’être jeune et basané pour faire connaissance avec les tonfas, les tasers et les LBD, sans parler des grenades de désencerclement. Manifester en famille pour la première fois ouvrait un nouveau droit, celui de goûter aux joies du « maintien de l’ordre à la française ». On n’en attendait pas moins d’un gouvernement « progressiste » et « disruptif ».

Trois ans plus tard, Mme Borne, MM. Darmanin et Nuñez, entendent résolument démocratiser ces pratiques. Il n’est même plus nécessaire de porter un gilet jaune, il suffit juste de se trouver, même fortuitement, sur le chemin d’un robocop un jour de manifestation pour attirer son attention et susciter son envie irrépressible de « libérer son énergie ». Toujours très attaché à l'exercice de la « pédagogie », le gouvernement et ceux qui le protègent offrent aussi aux enfants la possibilité d'en faire l'expérience dès leur plus jeune âge comme ce petit enfant nassé alors qu'il était juché sur les épaules de son père. Au passage, le ministère de la Santé ne devrait-il pas se préoccuper des conséquences à long terme de l'exposition des enfants aux gaz lacrymogènes ? Non pas sur leur santé (un peu de sérieux !) mais sur l'émergence d'ici une quinzaine d'années d'une génération de lycéens et d'étudiants ayant développé une résistance au gaz lacrymogène, ce qui entraverait gravement l'action de la police et mettrait en péril nos institutions.

M. Macron et ses ministres étant des Européens pratiquants, le gouvernement a par ailleurs étendu à tous les ressortissants de l'Union Européenne le bénéfice du « maintien de l’ordre à la française » et ceci sans condition d'âge. Libération rapporte ainsi que jeudi 16 mars, deux adolescents autrichiens de 15 ans, en voyage d'études à Paris, ont été gazés à la sortie du métro Madeleine avant d'être interpellés, menottés et placés en garde à vue. Ils en sont sortis le lendemain matin à 10 heures après l'intervention de l'Ambassade d'Autriche. L'attractivité de la France avant tout !

Le régime de M. Macron assure donc dorénavant l'égalité devant l’arbitraire de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Enfin, presque, car les bonnes vieilles habitudes ne se perdent pas si facilement et il ne faudrait surtout pas que les habitants des « quartiers » se sentent soudainement négligés. Mais la volonté est là et « la répression pour tous » est En Marche.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte