La nuit qui tombe sur la France

Une femme. Journaliste indépendante. Deux policiers. La nuit.

L’interpellation de la photographe Hannah Nelson lors du rassemblement contre le projet de loi « sécurité globale » aux abords de l'Assemblée nationale, mardi 17 novembre. © Jérôme Gilles / NurPhoto via AFP L’interpellation de la photographe Hannah Nelson lors du rassemblement contre le projet de loi « sécurité globale » aux abords de l'Assemblée nationale, mardi 17 novembre. © Jérôme Gilles / NurPhoto via AFP

Jetée à terre. Trainée par sa capuche. Sur plusieurs mètres.

Brutalisée. Menottée. Embarquée par la police.

Placée en garde à vue.

Puis remise en liberté. Le lendemain.

Pourquoi ?

Pour faire peur.

Pour faire baisser la tête.

Pour faire taire.

Pour que règne le silence.

Dans dix ans, vingt ans peut-être.

On se souviendra.

De cette image-là.

De ce jour-là.

De ce moment-là.

Celui où la nuit est tombée sur la France.

Mais,

Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange

Un jour de palme un jour de feuillages au front

Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront

Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche.

(Aragon)

Pablo Picasso, Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange , 1953 © Artnet Pablo Picasso, Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange , 1953 © Artnet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.